Les nouveaux entrepreneurs cubains survivront-ils?

Les laissera-t-on exister ou va-t-on à nouveau les éliminer?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints419

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les nouveaux entrepreneurs cubains survivront-ils?

Publié le 3 décembre 2011
- A +

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba

Entre les affreux immeubles de béton et les grandes maisons avec jardin apparaissent de timides espaces de loisirs. Un quartier qui pendant des années a été condamné à l’ennui nocturne, à être une portion de ville dortoir, voit maintenant surgir ici et là des enseignes lumineuses et des bars à boisson. Des cafeterias confortables, des bars, des gymnases et des salons de coiffure apparaissent avec la récente renaissance du travail à compte propre. Peu des entrepreneurs d’aujourd’hui ont fait partie de la vague des petites entreprises privées du milieu des années quatre vingt dix. Ils n’ont donc pas en mémoire le traumatisme de la fermeture, la volonté gouvernementale de les asphyxier avec des impôts élevés, des restrictions absurdes et des inspections excessives.

À côté des échoppes sans beaucoup de ressources s’élèvent également des lieux qui rivalisent de beauté et d’efficacité avec le meilleur hôtel de l’île. Des œuvres d’art aux murs, des meubles en bois travaillé, des lampes commandées aux artisans locaux, sont quelques uns des détails utilisés par cette nouvelle classe d’entrepreneurs pour décorer leurs locaux. On entend dire partout : « ils viennent d’ouvrir un restaurant mexicain à ce coin de rue » ; « un chef est arrivé de Suède pour donner des cours à des cuisiniers qui prévoient d’ouvrir un site au Centre de la Havane », « sur cette terrasse on vend les meilleures pizzas du pays ». On a l’impression que cet influx de créativité ne peut être arrêté et qu’ils ne pourront pas – comme ils l’ont fait autrefois – barrer la route à un secteur qui dépasse en qualité les établissements d’État.

Le quartier est devenu une destination pour ceux qui auparavant s’échappaient vers la 23è rue ou le Malecon à la recherche de détente. Mais il subsiste comme un doute qui nous empêche encore de profiter pleinement des tables aux nappes impeccables et des serveurs en cravate. Quelques questions surgissent à chaque cuillerée que nous goûtons : Survivront-ils ? Les laissera-t-on exister ou va-t-on à nouveau les éliminer ?

—-
Sur le web

Traduction: Jean-Claude Marouby

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Le tourisme a apporté beaucoup de devises dans le pays, créé beaucoup d’emplois, et surtout ouvert les yeux des cubains.

    Raul Castro a fait de timides avancées en libéralisant quelques métiers, en contrepartie du licenciement d’une foule de fonctionnaires, mais les gens en ont tant vu que leur interprétation de l’évolution dépend de leur caractère : certains imaginent une opportunité de rester, d’autres y voient celle de partir.

    L’expérience démontre qu’il faut des décennies pour guérir du communisme …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles