La culture à l’air libre

La citation du dimanche, de Mario Vargas Llosa

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La culture à l’air libre

Publié le 27 novembre 2011
- A +

La citation du dimanche :

La chose la plus importante que j’ai apprise est que les cultures n’ont pas besoin d’être protégées par les bureaucrates et les forces de police, ou placées derrière des barreaux, ou isolées du reste du monde par des barrières douanières pour survivre et rester vigoureuses. Elles doivent vivre à l’air libre, être exposées aux comparaisons constantes avec d’autres cultures qui les renouvellent et les enrichissent, leur permettant de se développer et de s’adapter au flot constant de la vie. La menace qui pèse sur Flaubert et Debussy ne vient pas des dinosaures de Jurassic Park mais de la bande de petits démagogues et chauvinistes qui parlent de la culture française comme s’il s’agissait d’une momie qui ne peut être retirée de sa chambre parce que l’exposition à l’air frais la ferait se désintégrer.

Mario Vargas Llosa, Konstnärliga verk är ocksa varor, entretien au journal danois Dagens Nyheter en 1993, relaté par Johan Norberg dans Plaidoyer pour la mondialisation capitaliste.

—-

Mario Vargas Llosa est un écrivain libéral péruvien né à Arequipa le 28 mars 1936. Il est une des figures de proue de la littérature sud-américaine, et a obtenu le Prix Nobel de littérature en 2010.

Pendant ses études, il travaille comme journaliste et s’engage au parti communiste. Mais à la suite de la révolution cubaine, il s’éloigne de la gauche et s’affirme comme libéral. Son œuvre romanesque est traversée par le combat de l’individu pour recouvrer sa liberté et se débarasser de l’oppression. Sa vie privée aussi. À la fin des années 80, il s’intéresse à la politique à un tel point qu’il se lance dans l’arène suite à la nationalisation de plusieurs banques privées péruviennes en 1987. Il fonde le mouvement de droite démocratique et en est le candidat aux élections présidentielles de 1990.

Lire l’article consacré à Mario Vargas Llosa sur wikibéral.

 

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • La culture française (tout comme l’ensemble des cultures occidentales) ont commencé à se faire la malle dans les années 80 ,ou elle était au plus bas, avec la société de consommation.

    Pour qu’une culture vive,il faut qu’elle soit vivante,c’est-à-dire que les personnes la ressente à l’intérieur d’eux.

  • heu…les années 80,c’est plutôt l’arrivée de la gôche au pouvoir,nan?
    Enfin,officiellement,parce qu’elle avait déjà pris le pouvoir officieusement dès les années 70,dans l’université et les médias(et le monde artissique).
    Dénoncer la société de consommation était déjà une immonde stupidité en 68,alors en 2011…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Moins de deux ans après avoir été très violemment attaqué au couteau par un jeune exalté lors d’une conférence qu’il s’apprêtait à donner, justement sur l’importance de préserver la sécurité des écrivains, Salman Rushdie revient sur cet événement et sur les temps qui ont suivi, à travers un livre, Le couteau.

 

Une attaque ignoble

La conférence de ce 12 août 2022 n’avait même pas commencé que l’écrivain, pour lequel aucune mesure de sécurité particulière n’avait été prévue, fut la cible de la course effrénée d’un jeune illu... Poursuivre la lecture

La vidéo a été largement diffusée. Les trois femmes attablées au restaurant ont partagé une vidéo commune. Derrière l'anecdote culturelle, cela dit aussi des rapports entre entreprise et culture.

La vidéo a enflammé les réseaux sociaux la semaine dernière. Postée à l’origine sur le compte SnapChat d’Aya Nakamura et supprimée depuis, on y voit la chanteuse franco-malienne, pressentie pour chanter lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques, en compagnie de la première dame Brigitte Macron et d’Hélène Mercier Arnault, pianiste é... Poursuivre la lecture

Il y a des sujets comme l’immigration pour lesquels le politique prend le peuple à témoin en le sondant, en se justifiant, d’autres sur lesquels on décide en catimini. 

Ainsi il en va de la taxe streaming ajoutée discrètement au projet de loi de finances 2024 par un amendement unanime des groupes politiques au Sénat. Une taxe de 1,75 % sur le chiffre d’affaires des plateformes de streaming qui promettent qu’elle ne sera pas répercutée. Prix ou service, le consommateur sera bien perdant quelque part, et Spotify annonçait fin décembre qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles