Entrepreneuriat: laissez faire!

Après avoir découragé l’entrepreneuriat à coups de taxes, les élus souhaitent le réanimer grâce à des interventions supplémentaires

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Entrepreneuriat: laissez faire!

Publié le 26 novembre 2011
- A +

Après avoir découragé l’entrepreneuriat en dégradant le climat d’investissement à coups de taxes, les élus souhaitent le réanimer grâce à des interventions supplémentaires. Ne feraient-ils pas mieux de s’abstenir?

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec

Jean Charest, le premier ministre du Québec, a annoncé sa Stratégie québécoise pour l’entrepreneuriat, une initiative visant à encourager les Québécois à se lancer en affaires.

La Stratégie soulève quelques points pertinents, comme l’importance de revaloriser le métier d’entrepreneur en raison du préjugé négatif dont il souffre. Nous n’en serions probablement pas là si des groupes sociaux et des organisations syndicales n’avaient pas véhiculé, pendant plusieurs décennies, un discours diffamatoire à l’égard des gens d’affaires à qui ils attribuent souvent des intentions malsaines et des comportements immoraux. Volontairement ou non, beaucoup de mal a été fait et il faut maintenant déconstruire les idées reçues.

La Stratégie souligne également le rôle que joue l’environnement d’affaires dans l’activité entrepreneuriale et souhaite faciliter la tâche des preneurs de risques. Comme le Québec arrive au septième rang sur les dix provinces canadiennes en ce qui a trait au climat d’investissement, cette initiative tombe à point. Toutefois, les mesures mises de l’avant par Québec n’exerceront, au mieux, qu’un effet marginal sur la pénurie d’entrepreneurs, car elles ne s’attaquent pas aux problèmes fondamentaux.

Pourtant, ce qui détruit la fibre entrepreneuriale est non seulement bien connu, mais abondamment documenté. Parmi les conditions assassines, on note :

1) La rigidité des lois du travail : avec, entre autres, la formule Rand et les dispositions qui interdisent le recours aux travailleurs de remplacement en cas de grève, mais qui autorisent l’accréditation syndicale sans scrutin automatique ainsi que l’adhésion syndicale obligatoire, le Québec est la province où le marché du travail est le moins propice à la création d’emplois.

2) Le coût élevé de la main-d’œuvre : l’employeur québécois débourse environ 78 % de plus en taxes sur la masse salariale que son homologue albertain et doit payer le salaire minimum le plus élevé relativement au salaire médian provincial.

3) La lourdeur du fardeau fiscal des sociétés : même si l’État québécois a consenti des efforts au cours des dernières années, notamment en abolissant la taxe sur le capital, l’impôt sur les profits des sociétés demeure plus élevé qu’en Colombie-Britannique et qu’en Alberta.

4) La précarité des finances publiques : même si la classe politique ne l’avouera jamais, des programmes sociaux généreux, des déficits budgétaires importants, des dépenses de programmes élevées et en croissance, ainsi qu’un service de la dette à la hausse découragent l’investissement, car ils sont annonciateurs de hausses d’impôts et de taxes.

Ronald Reagan disait que « Les gouvernements ont une vision sommaire de l’économie. Si ça bouge, ajoute des taxes. Si ça bouge toujours, impose des lois. Si ça ne bouge plus, verse des subventions ». N’est-ce pas précisément ce que nos élus font? À coups de taxes et de lois, ils ont dégradé le climat d’investissement et ont découragé l’entrepreneuriat. Maintenant qu’ils ont tué la poule aux œufs d’or, ils espèrent la réanimer grâce à des interventions supplémentaires. Pourquoi ne comprennent-ils donc pas que la meilleure manière d’encourager l’entrepreneuriat… c’est en lui fichant la paix!

—-
Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Eh ben tu penses qu’ils veulent ranimer l’entrepreneuriat !!! Grâce à leurs conneries accumulées au cours des décennies précédentes, ils l’ont tué !

    Alors forcément, y’a plus personne pour payer des impôts et financer leurs délires, on va essayer de réanimer la vache à lait… en augmentant les aides, etc… donc en augmentant les dépenses de l’Etat… etc… etc…

    Ou comment prendre les gens pour des cons.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel est le critère qui compte le plus pour nous dans un travail ?

On a envie de répondre que c’est la rémunération.

Eh bien, ce n’est le critère numéro un que pour 22 % des employés.

C’est ce qui figure dans l’enquête réalisée par Bain, avec l’institut Dynata, auprès de 20 000 travailleurs dans dix pays (États-Unis, Allemagne, France, Italie, Japon, Chine, Inde, Brésil, Indonésie et Nigeria), et publiée en janvier 2022.

Elle est pleine d’enseignements pour comprendre comment ont changé et sont en train de changer ... Poursuivre la lecture

Par Jen Maffessanti. Un article de la Foundation for Economic Education

 

La saison 2 de The Witcher, une série de fantasy diffusée sur Netflix, a été lancée le 17 décembre 2021 alors que sa première saison a battu des records de contenu en streaming. The Mandalorian sur Disney+ venait tout juste de détrôner Stranger Things en tant que série en ligne la plus demandée, mais The Witcher n'a pas tardé à détrôner The Mandalorian de la première place.

The Witcher, avec Henry Cavill, est l'adaptation d'une série de livres ... Poursuivre la lecture

Cette fois-ci, c’est vraiment parti : avant-hier, j’ai reçu le premier tract électoral de la présidentielle 2022 dans ma boîte aux lettres ! C’était un petit mot de notre insoumis national Jean-Luc Mélenchon. Enfin, insoumis… À la façon particulière des politiciens incrustés depuis toujours dans le système. Il fut quand même vingt ans sénateur, ministre de Lionel Jospin (PS), député européen pendant huit ans, et il est actuellement député français depuis 2017. Mais bref. J’avais cinq minutes, j’ai lu.

Et puis il ne faudrait pas oublier... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles