La dette publique n’est pas une affaire d’État

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La dette publique n’est pas une affaire d’État

Publié le 17 novembre 2011
- A +

Une étude montre que la dette concerne les particuliers : ils paient !

Un article de l’aleps

Parce qu’on organise des sommets entre chefs d’État à son sujet, parce qu’on met en accusation Papandreou ou Berlusconi, on finit par avoir le sentiment que la dette publique est un jeu qui se déroule dans la cour des grands, tandis que les petits contribuables attendent avec quelque anxiété (légitime) que les oracles politiques se soient prononcés.

Le rapport rédigé pour Contribuables Associés par Pierre Garello et Vesselina Spassova, permet de voir la vérité en face : si la dette est « souveraine », le paiement de la dette est fait par les sujets, ceux qui sont assujettis à l’impôt.

1° C’est la dette qui fait que le budget de l’État atteint sa taille actuelle, or le budget impose aussi l’effort fiscal que devront faire les contribuables. Actuellement, avec 49 milliards de Francs, le service de la dette (c’est-à-dire le seul remboursement des intérêts) est la première dépense budgétaire.

2° Les ménages français sont endettés parce qu’ils ont contracté des emprunts pour se loger ou s’équiper. Cette dette privée et volontaire représente en moyenne environ 17.000 euros, soit les trois quarts de ce que le ménage gagne en un an. Mais les ménages ont aussi à rembourser une dette publique et involontaire de 25.000 euros !

3° La dette ralentit la croissance, elle représente une perte de pouvoir d’achat pour tous les Français, en particulier pour les plus démunis. Les pays les moins endettés ont plus de croissance et moins de chômage.

4° Les contribuables ne récupèrent pas leur argent sous forme de meilleurs équipements collectifs, parce que la dette n’est pas utilisée pour financer des investissements (seulement 4%), mais pour faire face aux dépenses courantes d’un État boulimique.

5° Pour ne pas être en reste, les collectivités locales s’endettent, et ce mouvement s’est accéléré depuis quelques années (10% de la dette).

6° La dette de la Sécurité Sociale ne cesse elle aussi de s’aggraver, les régimes de retraites et d’assurance maladie étant en déficit permanent (12 % de la dette).

La conclusion est claire : le contribuable ne peut plus supporter la dette publique. Que faire dans ces conditions ? Rompre avec l’État Providence et l’illusoire « modèle social français » qui encourage l’oisiveté et la tricherie, privatiser, accélérer la croissance en diminuant les impôts et leur progressivité. La solution est du côté de la production, encore faut-il la libérer de ses entraves fiscales, réglementaires et sociales.

—-
Article publié en collaboration avec l’aleps.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • 49 milliards de Francs ?

  • « Les contribuables ne récupèrent pas leur argent sous forme de meilleurs équipements collectifs, parce que la dette n’est pas utilisée pour financer des investissements (seulement 4%), mais pour faire face aux dépenses courantes d’un État boulimique. »

    Terrible. Si encore on avait des équipements dont on puisse être fiers à laisser à la génération suivante, qu’elle sache à quoi correspond la dette que nous lui léguons. Mais non, pour le moindre petit EPR, les écolos sont vent debout. Idem pour les aéroports, routes, voies ferrées, antennes. Les écolos ont peur de tout, sauf des grenelles, des normes, et des taxes carbones. Qu’ils crèvent.

  • Encore une vision simpliste des choses.
    En Occident il y a un problème universel de la dette, publique et privée, due sans doute aux politiques de taux quasi nuls des banques centrales.
    Dans les pays où l’état-providence est plus faible, la dette est privée, par exemple aux Etats-Unis. Au lieu d’avoir une sécurité sociale endettée et en déficit vous avec des particuliers endettés pour payer leurs soins. Au lieu d’avoir un sytème éducatif public hypertrophié et couteux vous avez des étudiants qui commencent leur vie lourdement endettés (avec des diplomes pour la plupart inutiles). Voir par exemple
    http://globaleconomicanalysis.blogspot.com/2011/04/education-bubble-student-loan-debt.html
    Dans le cas où les dettes privées dominent on constate qu’elles sont favorisées par des politiques publiques inspirées par des lobbies. La bulle éducative aux Etats-Unis par exemple, est soutenue par des dépenses importantes en faveur des étudiants pauvres et par un passe-droit exorbitant en faveur des banques : il est impossible de se débarasser d’une dette pour des études par une faillite personnelle. Dans le système de santé aussi, des prix élevés, donc des dettes, sont favorisés par des lois anti-concurentielles.
    90% des libéraux sont contre une éducation ou une santé financées directement par des fonds publics tirés de impôts, mais sont de farouches défenseurs des pratiques non libérales de soutien des prix causant l’endettement privé.

  • @toto, dette privée ou publique, le constat est le même, ce sont les banques centrales qui ont permis cette explosion de la dette, se gavant au passage.

    En parlant des « student loans » aux etats unis, faut comprendre la mécanique perverse qu’il y’a derrière, le gouvernement américain, et les banques, et favorisant les prêts étudiants, pour faciliter l’accès aux études supérieure, ont créé indirectement l’inflation des prix des écoles (plus de demande, et plus de gens prêt a payer = hausse des prix), qui atteignent maintenant un prix si énorme (multiplié par 5 depuis 1990) , que désormais les étudiants qui veulent maintenant acceder a un prêt étudiant sont pieds et poings liés a leur dette pour de nombreuses années.

    Les 2000$ par an qu’une université demandait auparavant étaient largement supportable par nombre de parents américains ou les étudiants eux-mêmes. Les 10 000$ par an demandés maintenant ? Difficilement supportables.

    Encore une fois c’est le gouvernement qui a totalement dérégler une logique de marché qui fonctionnait normalement.

    Les gouvernements occidentaux, ont voulu nous faire croire, quelque soit leurs méthodes, qu’ont pouvait vivre au dessus de nos moyens (par la dette privée ou publique), et qu’imprimer plus de billets allait augmenter la richesse globale. Ce fût vrai pendant un moment. Mais désormais on accuse le contrecoups de plusieurs décennies de politique monétaire démente. Un very bad trip a l’échelle mondiale.

  • Concernant la conclusion finale, je vous conseille d’aller de ce pas regarder le documentaire « le salaire de la dette » pour vous donner une idée de ce que peut donner un privatisation de masse…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Diego Taboada.

L’immigration est une thématique récurrente dans l’actualité. C’est un enjeu social, économique et culturel qui souvent divise et alimente les débats. Quelle réponse apporter du point de vue libéral ? Une restriction de l’immigration peut-elle se justifier ? À quelles conditions ?

Historiquement, l’immigration n’était pas le sujet prioritaire pour les libéraux. Au XVIIIe siècle, les libertés sont pensées au sein d’un territoire ou d’une frontière. Ce n’est que récemment que les penseurs libéraux ont abordé la ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Daniel Tourre.

[caption id="attachment_104198" align="aligncenter" width="614"] Extrait de Pulp Libéralisme, la tradition libérale pour les débutants, Éditions Tulys.[/caption]

Le 11 novembre 1918 marque l’armistice de la Première Guerre mondiale mais malheureusement pas la fin du suicide européen par le nationalisme guerrier ou le socialisme.

Car par-delà ses massacres de masse et ses destructions, cette Première Guerre mondiale marque la fin de l’âge d’or européen, un âge d’or largement libéral.

Dans son auto... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Francis Richard.

Thomas Sowell[1. Thomas Sowell, économiste né en 1930 en Caroline du Nord, est noir. Ou Afro-américain, comme on dit au pays de Malcolm X. Il dispose ainsi d'une sorte de pass sanitaire, pour aller au fond d'un sujet dont nul académicien blanc ne pourrait même esquisser les contours de manière honnête, sans y perdre carrière et réputation. (Préface de Laurent Obertone)] définit les deux termes du titre de son livre, qui, comme l'écrit Laurent Obertone dans sa préface, sent bon la mort sociale :

La race [...]... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles