Toi aussi, lutte contre la fraude intellectuelle

La fraude la plus navrante, dans ce pays, est intellectuelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Toi aussi, lutte contre la fraude intellectuelle

Publié le 16 novembre 2011
- A +

Toi aussi, lutte contre la fraude intellectuelle

Vite, il faut trouver des sous. Et pas qu’un peu ! Le triple-A (auquel les gens sérieux ne croient plus depuis longtemps) est en danger ! Le gouvernement (pas très sérieux qui y croit encore) se mobilise donc, oublie que le mot « austérité » est tabou, et gratouille ses fonds de tiroir. Et les trois premières minutes, c’est presque impressionnant.

Sarkozy serait-il en campagne ? Oh, non, vous n’y pensez pas !

Non, il est, comme tous les élus responsables et soucieux d’un avenir maîtrisé pour les finances publiques, décidé à en finir avec la vilaine fraude sociale, et s’en est donc ouvert lors de son déplacement à Bordeaux. En temps de crise, on ne peut plus se permettre le laxisme douillet dont l’administration a fait preuve les années précédentes.

Fini, les contrôles de l’URSSAF gentils et compréhensifs ! Fini, les petits arrangements avec la Sécurité Sociale, ! Terminé, la clémence et la mansuétude de l’Inspection du Travail ou même des aimables représentants du Trésor Public lorsqu’ils viennent effectuer chez vous un petit fisc fucking contrôle fiscal de routine !

Maintenant, on ne joue plus : on va te retrouver ces méchants fraudeurs, ces voleurs éhontés de la veuve et de l’orphelin, et on va te me les coincer ! Non mais.

Vous l’aurez compris : comme d’habitude lorsqu’il s’agit de trouver quelques piécettes pour faire fonctionner le bastringue encore quelques semaines de plus et continuer à se shooter gentiment à la dette publique, on ne renonce à aucun artifice.

Avouer qu’on veut s’attaquer à la fraude sociale en fin de quinquennat, pour Sarkozy, c’est avouer qu’il n’en a pas fait assez les années précédentes. C’est aussi avouer que l’Etat est, encore plus que d’habitude, poussé dans ses retranchements ultimes puisqu’il va lui falloir, maintenant, effectuer un travail de recouvrement qu’on imagine déjà long, pénible et plus que sûrement peu profitable.

On ne s’étonnera pas non plus du choix fait d’aller traquer le méchant fraudeur : c’est électoralement bien plus porteur de désigner à la vindicte populaire un groupe social vague, qu’on imagine interlope et séditieux, plutôt que d’aller chercher les économies là où elles se trouvent.

Ainsi, avec une seule mesure simple, de justice sociale et suffisamment égalitaire pour ne pas pouvoir être attaquée par la Gauche qu’on sait évidemment Humaniste et Responsable, le problème de la fraude aux arrêts maladie pourrait être grandement amoindri.

Pour cela, il suffirait tout simplement d’aligner le nombre de jours de carence du secteur public sur le secteur privé ; dès lundi, c’était déjà vaguement envisagé, sur la pointe des pieds, et encore, puisqu’on sent qu’au moindre frémissement, poum, des grèves et autres mouvements d’humeurs vont se faire sentir. On se rend bien compte qu’un tel alignement provoquerait un changement assez important en matière d’absentéisme, une baisse du taux d’arrêt maladie, et augmenterait mécaniquement les ressources humaines disponibles ce qui permettrait de répondre au mantra habituel du manque-de-personnel…

Alors hop, ni une ni deux, le gouvernement, rassemblant le petit raisin sec qui lui sert de couille (racheté en seconde main à un précédent gouvernement, très peu servi), décide de punir le privé encore un peu plus en passant le nombre de jours de carences de trois à quatre. Comme la mesure est un cocktail savant avec 1 mesure de foutage de gueule, 1 mesure d’iniquité et 1 mesure de cynisme amer, histoire de faire passer le breuvage, le brave Fillon en profite pour introduire la fameuse carence dans le public, à hauteur de … une seule journée.

Encore une fois, dans le pays où l’Egalité figure sur tous les frontispices municipaux, le public va faire 25% de l’effort du privé. Ce dernier appréciera encore une fois d’être roulé dans la farine, découpé en rondelles et revendu en petits cubes faciles à digérer.

Mais ne vous focalisez pas sur ce genre de petites différences, hein, il en va de la réélection du Président, les enfants, on ne joue pas. On a mieux à faire : on va trouver du pouilleux qui fraude, c’est plus médiatique.

Explosion atomique clownesque

Et pendant ce temps, pour ce qui est des économies à l’étage supérieur de la fusée républicaine, vous pourrez bien sûr aller vous faire voir ailleurs. En effet, même si plus de neuf Français sur dix veulent une réduction mesurable du train de vie du gouvernement, on attend toujours que ce rêve humide de plus de 55 millions de Français devienne réalité.

Car lorsqu’il s’agit de passer à l’acte, il n’y a plus personne : le député moyen, qu’on savait toujours indélogeable et friand d’argent des autres, refuse catégoriquement de faire un petit effort : « non, scrogneugneu, vous ne toucherez pas à mon indemnité bande de populistes démagogues ! »

Mieux : puisque le peuple gobe sans broncher, et même si la crise continue de s’étendre et de faire des ravages, chaque jour apporte son lot de scandale aux remugles bien putrides, comme par exemple lorsqu’on apprend qu’Éric Walter, le formidable, l’indépassable et indispensable secrétaire générale de la non moins essentielle HADOPI, dont on se rappellera que le salaire (180.000 euros annuels) fait partie des 1% contre lesquels les 99% ne pipent pas mot, vient de se faire nommer Chevalier de l’Ordre National du Mérite. Ceux qui l’ont et qui le méritent doivent avoir honte. Certes, ils ne doivent plus être très nombreux, mais à leur place, j’irai même jusqu’à m’indigner, tiens.

Ce gouvernement et ce président, en mode panique depuis que la crise est passée à la dimension supérieure, montrent encore une fois leur totale incompétence, leur manque cruel de lucidité. Au moment où l’on sent que c’est justement la qualité dont on a clairement le plus besoin, c’est assez inquiétant de s’en voir à ce point dépourvu. Le bon sens a totalement disparu.

Mais ce qui désespère encore plus est de voir que les adversaires politiques sont aussi à court de tout échantillon, même minuscule. Rien de nada, nib, que dalle à droite. Le néant, le vide, le zéro à gauche.

Ce pays est foutu.
—-
Sur le web

—-

Sarkozy, ce socialiste.

Voir les commentaires (96)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (96)
  • Bravo !
    J’aimerais beaucoup que les syndicats de fonctionnaires nous expliquent, d’un point de vue moral, quelles justifications ils peuvent donner pour expliquer les privilèges des fonctionnaires par rapport aux employés du privé. ( emploi à vie, retraite plus précoce, meilleurs pensions de retraite, délais de carence réduits etc …

    • Ben on y va:

      emploi a vie => Faux, un poste de fonctionnaire peut être supprime et un fonctionnaire peut être reclasse ou mis en disponibilité de fait. C’est vrai que ce sont des dispositions un peu différente du privé mais pas tellement différent de ce que l’on voit dans les grandes entreprises privées.

      retraite plus précoce => Faux, l’age de départ a la retraite est le meme dans le privee que dans le public. La durée de cotisation est la même.

      meilleur pensions de retraite => Faux, la rémunération des fonctionnaires étant en partie des « primes de fonction » (primes qui permette d’avoir de ne payer les fonctionnaires que 33% de moins que le prive et pas moitie moins), la pensions de retraite ne prends pas en compte ces primes. Le montant des pensions de retraite est en realite bien inferieur a carriere equivalente dans le publique que dans le privee.

      delai de carence reduits -> La question est selon moi, pourquoi y a-t-il des delais de carence ? Il n’existait pas a la mise en place de la securite sociale. Ils ont ete rajoute pour reduire les depenses de sante. Tien au passage, ce delai de carence n’existe pas en Alsace-Moselle…

      Ensuite il y a quand meme des avantages dans la fonction publique… Sinon personne n’irais dedans pour une paie aussi minable (en tout cas, pas au niveau reel de recrutement).

      • Tu ne réponds pas à la question. Qu’est-ce qui justifie une différence de traitement entre les salariés du public et du privé (tant en matière de carence que pour tout le reste, à la limite) ?

        • Tout à fait, pourquoi donc les salaires du public ne sont-ils pas alignés sur le privé, à qualification équivalente ?
          On pourra trouver toutes les explications sur cette anomalie, mais voila, il existe un secteur public et un secteur privé, ils ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients, mais on ne peut pas parler de remettre de l’équité sur un point de détail, à moins de remettre tout à plat.

          Moi (je suis fonctionnaire), je suis prêt à avoir autant de jours de carence que le privé, mais je veux aussi la même paie !
          Pas possible ? Ah bon, dommage…

          • Je travaille dans le privé, pour le public, et je visite un nombre incalculable de collectivités. Et que me dise les Chefs de services ? « Ha si mes gars se rendaient compte de la chance qu’ils ont de ne pas risquer de se faire virer quand ils ne foutent rien, peut être qu’on avancerait un peu plus dans ce pays ». Et je ne l’invente pas, je l’entends tout les jours ! mais bien sûr, ces même personnes ne vont pas le répéter devant des journalistes, ça ne serait pas politiquement correct.

            Quand à vos salaires (je m’occupe du calcul des payes justement), vous n’êtes pas si mal payé que ça, il faut arrêter. Ha c’est sûr que si on ne regarde que votre indice, ça n’est pas terrible. Mais il faut arrêter de mettre sous couvert une indemnité par ci, une indemnité par là, une petite prime pour ceci, une petite prime pour cela, j’en passe et des meilleures ! sans oublier bien sûr, que tout ça c’est sans le moindre risque quand vos objectifs ne sont pas atteint.
            Quand j’entend des DGS me dire « 10 personnes aux ressources humaines, alors que 2 suffiraient, et mais bon, il dans les 8 autres, il y a la femme du Maire, la Maîtresse du 1er adjoint, le fils du préfet, donc on ne peut rien dire… »

            Bref je m’arrête là parce que ça pourrait durer des heures ! Fonctionnaires ! Vous savez pertinemment que vous êtes avantagés, mais je vous comprend, qui pourrait admettre d’être moins bien traité alors que vous avez été chouchouté pendant des années, (et que vous aviez choisi ce métier justement pour ces avantage, n’est ce pas ?)

          • « Moi (je suis fonctionnaire), je suis prêt à avoir autant de jours de carence que le privé, mais je veux aussi la même paie ! »

            OK. Mais le hic, c’est que, contrairement à ce que tu crois, ça va te couter, disons, environ 10 à 25 % de ta paie selon qu’on compte en net (sans le bénéfice de la pension de retraite) ou en brut (avec cette pension). C’est con, hein ?

            http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=G2001-11

        • Dans le privé, la carence est rarement appliquée (prise en charge par les entreprises).

          Dans le public, c’est l’état qui la prend en charge (blanc bonnet et bonnet blanc).

          D’ailleurs à la lecture de l’ensemble, quel serait l’avantage de travailler dans le public (s’il doit en rester) ?

      • Etant dans le privé mais connaissant bien le public, je confirme ce que Damien a écrit.

        Le pire, c’est que l’état français est le plus filou de tous les DRH puisque c’est le seul qui permette de cumuler des CDD à vie et qui se voit obliger de passer un emprunt en urgence en fin d’année pour payer ses fonctionnaires (c’était fin 2010) pour cause de départs en retraite surévalués lors de la mise au point du budget de l’année.

        En Alsace-Moselle, c’est le seul endroit où le remboursement est plus élevé qu’ailleurs et que son fonctionnement est à l’équilibre (budgétaire).

        Bref, on joue sur le clivage et pendant que les uns tapent sur les autres, on continue à faire n’importe quoi. On verra la france perdre son triple AAA d’ici la fin de l’année et il faudra peut-être enfin que nos politiques (tous bords confondus) se mettent sérieusement au travail !

      • Sympa d’avoir répondu. Toutefois, il me semble que vous répondez à côté sur deux point:

        – L’emploi à vie. La question n’est pas d’être reclassé mais de perdre son emploi, de se retrouver au chômage. Il me semble que ce cas est rare dans la fonction publique, corrigez moi si je me trompe. Ne sous-estimez pas cet avantage, surtout en cette période. Vous devriez le classer dans le dernier paragraphe « il y a quand même des avantages dans la fonction publique », au risque de vous faire encore plus critiquer.

        – Délai de carence réduit. Quoique vous en pensiez par ailleurs et quelle que soit la question pour vous, il est inutile de passer du coq à l’âne, la différence de traitement public/privé s’accentue sur cette question et sa place est aussi naturellement dans la catégorie « il y a quand même des avantages dans la fonction publique »…

        A mon avis, vous devriez plutôt parler des injustices et des difficultés que vous constatez ou encore vous contenter de relativiser certains mythes lorsque vous défendez la fonction publique. Et admettre, au moins en partie, que même si cela n’a pas toujours été le cas, les avantages de la fonction publique par rapport au privé sont de plus en plus concrets en cette période de crise.

        • A ceux que cette guéguerre public-privé fait fantasmer, je rappelle que la fonction publique est ouverte à tous les citoyens sur concours, et qu’il y en a pour tous les niveaux. Vous révez d’être fonctionnaire et de crouler sous les mirifiques avantages que vous confère ce statut, pas de problème, passez le concours !

          • argument classique mais con. Seul le boulot effectivement fourni peut justifier une rémunération (au sens large), pas le fait d’avoir été choisi pour faire ce boulot par une procédure fut-elle la plus ouverte à tous et la plus juste.

      • Damien, tu a perdu une belle occasion de la fermer.

        « emploi a vie => Faux. »
        Non. C’est vrai. En théorie, légalement, effectivement, un fonctionnaire peut être « mis au chômage » voire « licencié » (et c’était déjà vrai dans le statut Thorez de 1945, d’ailleurs…). En pratique, il faut quasiment avoir tuer quelqu’un (et encore, ça suffit pas toujours) ; ca peut concerner quelques ripoux, mais les exemples sont tellement rares que si tu en trouves …

        « retraite plus précoce => Faux »
        Non, c’est vrai. http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?ref_id=NATCCF04561&reg_id=0
        l’age LEGAL et la durée de cotisation LEGALE sont les mêmes dans le public et le privé, mais les conditions fort différentes font que, en pratique, les fonctionnaires peuvent partir plus tôt, et ils le font.

        « meilleur pensions de retraite => Faux »
        Non. C’est Vrai. Un signe qui ne trompe pas : le taux de cotisation employeur des pensions civiles de l’état est de plus de 60 % (pour des cotisations employé d’un peu plus que 8 %), alors que dans le privé il est inférieur à 10 %

        « Le montant des pensions de retraite est en realite bien inferieur a carriere equivalente dans le publique que dans le privee. »
        Foutaise. Le seul secteur où on peut raisonnablement comparer parce que les carrière sont réellement équivalente, c’est l’enseignement. Et justement on vient de voter une loi qui pose le principe que un jour, plus tard, quand on pourra, les retraites des enseignants du privé seront alignées sur celles du public, qui doivent être un tiers(*) plus avantageuses (* je ne garanti pas la proportion, c’est peut-être moitié ou un quart, mais ça ne change pas le principe)

        « paie aussi minable » …
        Minable. A qualification équivalente, les fonctionnaires sont au moins aussi bien payés que les gens du privé, et en général MIEUX. La seule exception, ce sont les cadres supérieurs, mieux payés dans le privé (où ça chiffre très vite très haut alors que dans le public ça plafonne vers 150 000 net ).
        http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=G2001-11

        • – L’emploi a vie: Tout comme dans n’importe quel grosse societe. Je connais personnellement des fonctionnaires qui ont été oblige de quitter la fonction publique (SANS INDEMNITE DE DEPART) parce que leur poste disparaissait et qu’il n’y avait pas de poste equivalent disponible / reclassement possible. C’est effectivement rare mais pas plus que dans les grosses entreprises.
          Sans compter que le taux de CDD (environ 50% des agents selon wikipedia dont des CDDs de plus de 10 ans bout a bout) dans la fonction publique explose…

          – Sur la retraite, le seul avantage est constitue par la réduction des années de cotisations pour prise en charge d’enfant qui n’existe plus réellement. La refonte récente du système de retraite a mis fin à ces avantages (mais pas a ceux des régimes dit « spéciaux »)

          – J’aime bien le « l’état cotise plus, donc chaque fonctionnaire a une meilleur retraite ». La vous avez, selon vos terme, « perdu une bonne occasion de vous taire ».

          – Le seul secteur l’enseignement ? Bizarre j’ai des collègues qui font un travail équivalent dans le prive, il gagne le double de mon salaire. On m’a déjà propose le double de mon salaire actuel pour travailler dans le prive en province. Mais a part ça je ne sais pas de quoi je parle…

          – Le lien de l’INSEE que vous fournissez précise « aux femmes et aux personnes les moins diplômées ». En effet, l’équité fait partie des principes de la fonction publique, donc les femmes touchent le même salaire que les hommes… Si on lit la suite c’est vrai en fait que sur les bas diplôme (donc catégorie C). Des le BAC+2, c’est une autre histoire. Sans compter que le recrutement des catégorie B (normalement niveau bac) se fait généralement a partir de niveau Bac+2. Ce qui signifie que les fonctionnaire mieux payes que dans le prive sont les cat C (« ouvrier », niveau < Bac) soit seulement 30% des fonctionnaires de la fonction publique d’état (si on considère qu'aucun cat C n'a de diplôme Bac+2 ou d’expérience équivalente, ce qui n'est bien sur pas le cas). Il est egalement facile de comparer des chiffres globaux comme le fait l'INSEE en oubliant la categorie des personnels.

          Pour information je fais partie d'un corps du haut de la catégorie A et viens d'être titularisé. Je ne connaitrait surement jamais la retraite. Étant passé par le privé et ayant beaucoup de famille et collègue dans le privé et dans le publique, je ne parle pas au hasard. Je relate des faits. Je ne connais que 3 collègues qui toucherait moins en pratique dans le privé.

          Pour les commentaires du genres "foutent rien", c'est drôle, j'ai entendu ça de toutes les grosses boites, c'est un problème de structure qui n'a rien à voir avec la fonction publique.

          Il serait peut-être temps d'arrêter de stigmatiser systématiquement la fonction publique. Il est vrai qu'on est pas a plaindre (c'est le sens de "il y a quand même des avantages") mais nous ne sommes pas les mieux lotis et je ne pense pas que tout additionner il y ait une catégorie (dans le sens type d'employeur / type d'emploi) de la population réellement avantager.

          • – L’emploi a vie:
            wouahou. tu connais des exemples. personnellement. Chapeau. sont pas nombreux à pouvoir en dire autant. Dis nous en plus ; pas les noms, mais les emplois, l’employeur, etc. Je suis curieux parce que je n’ai jamais entendu parler d’une chose pareille, même par des sources syndicales qui ne peuvent pas ne pas avoir été mis au courant et qui dénoncent régulièrement la simple possibilité que ça se passe, mais sans pouvoir donner un seul cas.
            Tu découvre que tous les agents publics ne sont pas des fonctionnaires. Et mais, de qui on parle, là ? des fonctionnaires. Pas des CDD (qui existent, oui ; et c’est pas le sujet)

            – Retraite.
            Tu n’y connais manifestement rien pour énoncer une telle bêtise. renseigne-toi mieux.

            – « j’ai des collègues qui font un travail équivalent dans le prive, il gagne le double de mon salaire ». D’où je conclus que tu fait parti des cadres sup. Mais ne rêve pas : pour une paye double, il faut bosser double. D’ailleurs tu ne rêve pas : tu pouvais prendre une disponibilité sans risque, et profiter de cette okaz, et … tu ne l’a pas fait ; de ton propre point de vue le gain financier ne compensait pas tes pertes par ailleurs. Comme quoi tu sais où est ton intérêt.

            Note qu’il est probablement vrai que dans certaines grosses boites privé, des gens sont encore plus « au chaud » que les fonctionnaires. Mais voilà : la fonction publique, c’est notre fric et notre responsabilité en tant qu’employeur officiel ; c’est nos oignons. Par contre, ce qui se passe dans le privé, c’est juste un référentiel, pas nos oignons.

          • « Il serait peut-être temps d’arrêter de stigmatiser systématiquement la fonction publique. »

            C’est notre argent et l’état fait des dettes en notre nom pour vous payer il est normal qu’on demande une certaine efficacité voir une optimisation drastique parce que là on va dans le mur.
            Ce n’est pas de votre faute je n’ai aucun soucis avec ça mais batailler sur l’absence d’avantages est une position intenable et ridicule.

            « Ainsi, en 2007, le rapport annexé au projet de loi de finances pour 2008 constatait-il qu’en 2004 le salaire moyen des agents de l’Etat était supérieur de 14 % à celui du secteur privé, et de 20 % pour les employés. Pour les hôpitaux la comparaison était encore plus favorable au secteur public : + 24 %. Les syndicats du secteur public se sont émus de cette comparaison, qui leur enlevait des arguments dans leurs négociations de salaires. Ils ont donc fait abroger dans la loi du 25 décembre 2007 l’article 15 de la loi Le Pors. La comparaison des salaires public/privé n’est plus publiée en annexe aux projets de loi de finances. »
            http://www.contrepoints.org/2010/11/24/7697-les-fonctionnaires-sont-bien-mieux-payes-que-les-salaries-du-prive

      • ok ok par contre pour les salaires …. Les fonctionnaires sont mieux payés que les salariés du privé: vrai
        En 2009, les salariés du privé ont gagné en moyenne 18 758 euros, tandis que les fonctionnaires ont touché 21 236 euros. Cet écart de revenus entre public et privé s’explique par une durée d’emploi supérieure de 13% dans la fonction publique du fait de la stabilité de l’emploi. Il n’existe d’ailleurs plus de différence de salaire horaire. En outre, sur la période 1995-2009, le revenu salarial a augmenté plus rapidement dans le privé (+0,9% en moyenne par an) que dans le public (+0,4%). En effet, la croissance de l’emploi publique a surtout été dynamique dans les fonctions publiques territoriale et hospitalière, majoritairement composées d’agents de catégorie B ou C (employés et ouvriers), moins payés que les agents de catégorie A (cadres) qui sont majoritaires dans la fonction publique d’Etat.

  • Avez-vous lu l’interview de François Baroin et l’article consacré à Michel Pébereau dans le journal Les Echos du 16/11/11 (celui ci s’est vu décerné le grand prix de l’Economie – pas moins- par le même journal). Affligeant!
    Ce pays est bel et bien foutu!

  • En 2006, il y a eu ; » travailler plus pour gagner plus »
    Il fallait entendre les pressés du vendredi 15 h nous expliquer qu’ils allaient être millionnaires.
    2011: » Les fraudeurs trahissent la France. » Les habitués de l’arrêt de travail vont te soutenir que c’est vrai.
    Pourquoi??
    Parce qu’il faut entendre dans ce discours que le fraudeur et le fainéant est l’AUTRE. Il est soupçonné de cumuler si il a la peau basanée et qu’il parle avec un accent.

  • Grâce à la vertueuse lutte contre la fraude, l’Etat va pouvoir redistribuer l’argent de façon juste et équitable aux plus intolérablement démunis.
    Il faut lutter contre la fraude et augmenter les impôts et taxes (et emprunter aussi aux Chinois) pour réinjecter tout cet argent dans l’économie ce qui relancera énormément la croissance, fera tomber le chômage à zéro et payera les fonctionnaires (trop peu nombreux actuellement pour gérer ça) et financera les retraites des travailleurs et l’éducation de nos brillantes petites têtes blondes.

  • Oui, le bilan est affligeant. Non le pays n’est pas encore foutu. Une seule solution pour sauver ce pays : déloger sur le champ et par la force la mafia et les gangsters menteurs qu’il a, hélas, lui même mis au pouvoir… Finie la retraite dorée républicaine et l’impunité pour les grands voyous! Assez d’abus et de lamentations!…ACTION bong sang!…

  • Le rôle des syndicats n’a jamais été de tirer les droits des salariés, quels qu’ils fussent, vers le bas. Je note tout de même que la volonté de cliver qu’utilise le gouvernement produit ses effets.
    Que les fédérations de salariés du privé se manifestent ce serait déjà bien mais même là il est bien difficile de mobiliser (même lorsque « le public » et ses nantis restent en pointe pour lutter contre les « réformes »). D’ailleurs face à l’ignominie globale qui nous entoure aucun radicalisme ne s’exprime (à part quelques « indignés ») pour le moment. Jusqu’à quand?

  • C’est fou comme le peuple français ressemble de plus en plus à Hollande : mou.
    Les quenelles s’allongent et personne ne bronche…

    • Et le mieux, c’est que ça va continuer encore un loooong moment.

    • on en reparlera quand lepen sera en tete du premier tour(et c’est pas avec plaisir).peut etre qu’on a besoin de réviser nos livres d’histoire et d’etudier la chute des regimes corrompus au travers des ages

  • Depuis bientôt 5 ans que la « nouvelle » droite est au gouvernement et c’est seulement maintenant que l’on s’apperçoit d’une problèmatique de fraude à la sécu ! Ce n’est pas parce qu’il y a une crise  » crise de qui de quoi d’ailleurs, si quelqu’un peut m’expliquer clairement ? Les Français dépensent trop ou pas assez ? » qu’il faut se poser la question.

  • J’ai l’âge de monter sur les barricade et je crois qu’il est grand temps comme dit Vulcan78, de déloger tous ces voyous, parasites patentés et de remettre de l’ordre dans notre pays, faire le ménage et fermer les robinets en attendant d’avoir vraiment le montant exact de la ponction qu’ils se sont octroyée.
    EGALITE c’est un mot qu’il faut retirer immédiatement, car il est surfait et ne s’applique absolument pas aux citoyens de ce pays.

  • Jours de carence : je pense que c’est un test avant alignement du public sur les 4 jours du privé, d’ailleurs, les champions toutes catégories de l’absentéisme sont les fonctionnaires territoriaux, déjà qu’ils ne foutent rien.

    Qu’on en finisse avec le mythe du serviteur de l’Etat, intouchable parce qu’il remplirait une mission désintéressée. Ce vocabulaire du sacré est horripilant, ces gens se sont cherché un job cool, protégé, avec plein d’avantages, dont l’inamovibilité. Et ils bossent comme tout le monde, et plutôt pas dans les cadences infernales.

    La fraude suprême est bien celle des fromages républicains à l’assaut desquels on voit notre belle classe politique (serviteurs de l’Etat !), de gauche comme de droite, marchander sans vergogne, les plus moralisateurs n’étant pas les derniers, hein les Verts ?

  • De qui est cette image ? « Explosion atomique clownesque »

  • En parlant d’honnêteté intellectuelle, il faut aussi dire que certaines entreprises prennent totalement ou partiellement en charge les jours de carence.
    D’autre part, sans ajouter à ce que dit Damien, les libéraux et les réacs, confits dans leur haine du fonctionnaire et du secteur public, prennent le problème à l’envers. Ce n’était pas le fait que le secteur public était « privilégié » concernant les jours de carence qui était un problème. La vraie égalité aurait consisté à supprimer le système des jours de carence ! Quitte à renforcer considérablement les contrôles.

    Pourquoi toujours niveler par le bas ? Le jour où les salariés du privé seront enchainés à leur plan de travail (comme parfois au Pakistan) , les belles âmes libérales exigeront-elles que ceux du public subissent le même sort ?? J’exagère un peu, mais il me semble malsain de rechercher toujours un bouc-émissaire, que ce dernier soit le bourgeois, le fonctionnaire, le juif, l’immigré, le peuple, l’Etat, ou je ne sais quoi. M Sarkozy et ses subordonnés réutilisent de vieilles recettes. Et ça marche !

    Finalement, ceux du secteur public ne sont en rien des privilégiés. Après tout, il y a souvent de grandes différences selon les secteur économiques, entre les entreprises. Où est le problème ? Faudrait-il , au nom d’une soi-disant « égalité » ou d’une pseudo « équité » , que tous les salaires, toutes les conditions de travail soient alignés sur ce qu’il y a de pire ?

    • « La vraie égalité aurait consisté à supprimer le système des jours de carence ! Quitte à renforcer considérablement les contrôles. »

      Ah ouais super, et embaucher des fonctionnaires contrôleurs qui contrôlent les fonctionnaires en arrêt de maladie qui fraudent ?

    • pourquoi niveler vers le bas?en general quand t’es ruiné tu réduis tes dépenses ,non?

      • « Pourquoi toujours niveler par le bas ? Le jour où les salariés du privé »

        Je ne sais pas si vous êtes au courant mais le pays est en train de ce casser la figure à cause de ces dépenses de fonctionnement, en cause l’inefficacité du public qui coute un rein. Par habitant la France compte deux fois plus de fonctionnaires que l’allemagne et elle ce paye un bénéfice pendant que la France plonge dans le rouge.

        « Le jour où les salariés du privé seront enchainés à leur plan de travail (comme parfois au Pakistan) , les belles âmes libérales »

        Les « belles âmes libérales » prétendent que votre collectivisme socialiste mou appauvri et endette toute la société et que tout ça va très mal finir. Dans certains états beaucoup plus libéraux comme les pays-bas, la suisse et quelques autres ça ce passe bien mieux : les services public fonctionnent, le salaire moyen est plus élevé, le social marche très bien et surtout la dette n’est pas critique, on ne parle pas de faillite.

        Vous êtes alter-comprenant décidément.

      • « pourquoi nivelé vers le bas ? »
        Surtout, pourquoi nivelé ? Toutes les assurances ont une franchise, elles ne couvrent que les gros pépins alors que les petits restent à la charge de celui qui les subit. Si la franchise est plus basse (en l’occurence : durée de carence plus courte), l’assurance est plus chère, et réciproquement une durée de carence plus longue devrait se traduire par une assurance moins chère.

        On devrait avoir le choix. C’est le premier vice : le système obligatoire uniforme.

        Le second vice c’est que la caisse d’assurance unique obligatoire est en déficit alors que les primes d’assurance sont déjà bien chères, donc y’a pas à tortiller du cul ni à gueuler comme un putois : il faut réduire les prestations.

  • Rien d tel quun exemple a la kennedy….le poisson qui se mord la queue….

  • Le problème n’est pas tant avec les administrations d’Etat, où, je l’ai vérifié, le temps de travail et l’efficacité se rapprochent du privé…mais pas le salaire…par contre dans les collectivités locales c’est franchement le règne du clientélisme : embauches en fonction des copinages, de l’origine géographique, des rapprochements politiques etc… J’ai travaillé pour une grande collectivité du Midi où le temps de présence vérifié était en moyenne de 32,7 heures / semaine…les agents avaient droit au « jour du président » supplémentaire + pour les femmes (bonjour l’égalité), 6 jours à prendre quand elle veulent, sans justification. Ce qui explique que les mois de mai et novembre sont quasiment chômés dans les régions et les conseils généraux…

  • DIVISER POUR MIEUX REGNER, et ya pas a dire, a chaque fois le peuple tombe dans le panneau

    • En parlant de panneau…

      Vous êtes au courant que la France fait partie des quatre maudits du sud susceptible de faire une faillite retentissante !?

      Si vous aviez une quelconque compétence en économie voir en compréhension vous vous rendriez compte à quel point vous « tombez dans le panneau », la gauche et la droite font semblant de rien mais c’est une véritable tempête de merde qui est prévu.

  • En 2012 il ne reste qu’une chose à faire : dites lui « Casse-toi pauvre c… » Ce sera tout, n’importe qui sauf le président des riches et madame LePen.

  • feuille de route pour le prochain président:
    -sortir de l’Europe
    -revenir au franc
    -privatiser tous les fonctionnaire.
    -finis les cumules des mandats et salaires.
    finis les avantages de tous les politiques car trop chère aux contribuable.
    -la droite et la gauche sont des alliés.
    dans ces conditions il reste plus que le FN.

  • il sont tous à se disputer entre public et privé , alors que la solution serai si
    simple à savoir il y a 577 députés , 343 sénteurs , 30 ministres et secrétaires d’état si on leur baissait leur salaires de 1000 euros , on ferait 950000 euros d’économie par mois X12 = 11 400 000 euros d’économie par an , sans toucher à la TVA à la sécu et aux retraites , pas mal non ??
    les sénateurs ayant changer de majorité devraient donner l’exemple !!!

    • 11 miyons ? C’est une misère. On peut faire nettement mieux :

      700 millions.

      • Excellente vidéo, qu’ils divisent leur salaire par deux, pour l’exemple.
        Aussi : qu’on divise le nombre ahurissant d’élus que nous entretenons en France. La moitié de ces parasites, ce serait encore trop !

  • Il me semble bien que, encore une fois, le but etait de diviser les citoyens.

    • Non, ça c’est l’éternel argument des syndicats qui prétendent représenter le service public (et le privé qui ne dit rien parce qu’il aurait trop peur pour son emploi)
      Ne vous laissez pas embobiner avec l’argument de la division (tous ensemble ! tous ensemble ! alors qu’il ne défendent que leurs prébendes)

  • Ben voilà, ils y arrivent ! Diviser le peuple, en voilà une idée qu’elle est bonne ! Et ça maraaaaaaarche !!! Pauvres imbéciles ! Quand allez-vous vous rendre compte qu’on vous roule dans la farine ? Et vous pensez que c’est en fustigeant les fonctionnaires que vous changerez le monde ? Et pendant ce temps-là les entreprises licencient, et pendant ce temps-là, les marchés financiers choisissent les chefs de gouvernements en Europe, et vous…petits cerveaux que vous êtes ! Vous gueulez sur les fonctionnaires ? Et ça vous rend heureux ?
    Lisez plutôt cela : http://tinyurl.com/3rh7jw

    • Que de grands mots, que d’énervements ! Tout ce qu’on demande, c’est que les fonctionnaires en surnombre arrêtent de voler ce que les autres produisent.

  • Ce texte ne representant nullement aucune informaion, pourquoi figure t il au milieu de l’info ? Ceci n’est que de la desinformation emis par des fouteurs de merde. Ce site d’informations est il hacke ? Ou bien nous manipule t il ?

  • En conclusion de l’article: »Ce pays est foutu. »

    Cette article est pourris (et n’est même pas signé).

    • Le commentaire est pourri (de fautes) et l’article est signé.

    • « Cette article est pourris »

      Et bien l’avenir jugera. Pour info nos CDS commencent à faire la même tête que ceux de la Grèce avant leurs « grand bond en avant ».

      Mais comme vous n’y pigez absolument rien on ne s’attend pas à ce que vous compreniez l’article non plus.

  • C’est gros comme une maison: monter les gens les uns contre les autres (« et les fonctionnaires et gnagnagna et le privé et gnagnagna… »)
    Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de très hauts revenus parmi ceux qui participent à ce débat. Et que vous soyez dans le privé ou le public, vous allez, tout comme moi, cracher pour rembourser les dettes accumulées à cause des dérives de la haute finance. On est en train de se faire baiser mais on cherche quand même des poux dans la tête du voisin, logé à la même enseigne! Ce pays n’est pas foutu mais certains Français ont la vue courte. Vraiment courte. Pendant qu’on s’écharpe, les agences de notation se paient notre gueule! Et les banques se marrent!

    • « les dettes accumulées à cause des dérives de la haute finance »

      Lol.

      Ca fait 40 ans que la France fait de la dette, et c’est pas la « haute finance » qui les a contractées.

      • Non…bien sûr! Que les hedge funds spéculent sur la dette de la France, de l’Italie et de la Grèce, ça ne compte pas, ça. J’aime assez le LOL, méprisant et hautain, qui prouve ce que je disais précédemment: vue courte. Et puis renseignez-vous! C’est la haute finance qui gouverne le monde, ni vous, ni moi ni Sarko. Que croyez-vous que les Américains (99%) font en ce moment? Et ce ne sont ni des fonctionnaires ni des gauchistes. Et puis, après tout, battez-vous entre vous.

        • Le plus sûr moyen d’éviter la spéculation sur les dettes souveraines est de ne pas s’endetter. Si, si, renseignez-vous.

        • Ce ne sont pas les hedge funds qui spéculent sur la dette de la France. Manifestement, vous parlez beaucoup de la Haute Finance mais n’y entendez rien. En outre, pas de dette, pas de spéculation dessus. Un état qui gère ses finances correctement ne se met pas les deux pieds dans la merde et ne se les leste pas ensuite avec un bon bloc de béton.

        • « Que croyez-vous que les Américains (99%) font en ce moment? »
          Comme nous ils bossent pour payer les rémunérations et les voyages à Cannes de nos dirigeants.

          « C’est la haute finance qui gouverne le monde »
          Ah!! donc c’est eux qui votent nos budgets déficitaires depuis 40 ans? Et pourquoi ils nous font payer à nous Français et pas à ces libéraux d’Estonien qui eux avec 4% de croissance en moyenne et une dette de moins de 10% sont plus solvables que nous!

        • Marrant, une petite minorité d’extrême gauche (très représentative du paysage politique américain) et d’assistés utilise comme slogans qu’ils sont les 99% (comme les scores électoraux de l’extrême gauche lorsqu’elle est au pouvoir) exploités par les 1% (si ce n’est pas là une tentative de diviser le peuple) et vous tombez dans le panneau.

          Les indiniais espagnols aussi prétendent être les 99%, pourtant la droite espagnole pète le feu, battant les records d’Aznar.

          La fonction publique est hyper puissante en France, représente un poids considérable en lobbying (la majorité du parlement sont des fonctionnaires et des cadres du public), faisant des grèves terribles à la moindre réformette de l’administration et n’est pas soumise à des objectifs de résultat et d’utilité concrète.
          Étant donné qu’il est impossible de mesurer l’utilité d’un poste de fonctionnaire, vu qu’ils n’ont pas d’objectifs concrets de rentabilité, cela permet des dérives dépensières.

          Et cela coûte un pont aux contribuables, ceux qui créent la richesse du pays, car non seulement la fonction publique crée peu ou pas de richesse, mais en plus elle coûte à ceux qui en créent : la moitié du fruit de leur travail et rendant non-rentables des pans entiers du paysage économique français, ce qui est la cause du chômage.

          Maintenant, jouer les victimes, faire de l’émotionnel alors qu’on a vécu trop longtemps et abusé sur le dos des autres, c’est mal-venu.

      • t’as oublié l’exemple recent de dexia.meme si le deficit vient de la gabegie de l’etat,dexia et autres donne le coup de pouce vers la tombe

  • Moi, je suis fonctionnaire de catégorie A. J’ai choisi de passer le concours pour la sureté de l’emploi, mais surement pas pour la paye, et encore moins la considération qu’ont nos ministres pour ceux qui travaillent pour eux… C’est vrai que cet avantage apparait intéressant en tant de crise, alors qu’il l’était moins quand j’ai passé le concours. Mais bon, on est joueur ou on ne l’est pas, et je ne le suis pas du tout, j’ai donc choisi la sécurité quand mes camarades de fac ont choisi le privé. A cette époque, j’ai été charrié : « qu’est-ce que tu vas t’emmerder pour gagner trois fois rien… ». Et maintenant, le public ferait rêver les mêmes ou leurs homologues ? Je crois rêver…
    Venez, les concours sont ouverts, si le cœur vous en dit.

    • Choisir la sécurité, c’est aussi être joueur. Mais bon, cela ne changera rien à l’ampleur des prochains plans sociaux dans la fonction publique.

    • igor ,l’emploi a vie est bientot fini en france.ce n’est plus possible economiquement.on n’a plus les moyens(je n’aime pas sarko et sa clique,je tiens a préciser)

  • C’est bien triste de voir les gens se bagarrer ainsi pour savoir qui est le mieux ou le moins bien loti entre secteurs privé et public. Divises et tu vaincras, ça marche toujours hélas !
    En fait pour les jours de carence la solution aurait été de mettre tout le monde à 2 jours. Mais notre gouvernement fait 4 et 1 pour d’une part stigmatiser encore et encore sur ces nantis du public, et d’autre part une fois qu’on a commencé avec 1 jour, rien ne l’empêcher d’en rajouter 1 par ci un par là en douce et résultat tout le mode en aura 4.
    Et voilà on tire tout le monde vers le bas.
    A noter aussi que dans le privé la majorité des entreprises compensent ce délai de carence. Pour le public ça sera perte sèche.
    Quant aux régimes spéciaux dont je bénéficie, infâme profiteuse que je suis, avant de parler il faudrait peut être savoir qu’ils ont été réformés en 2007 et 2010.
    Pour finir, les fainéants fonctionnaires, d’un côté et les courageux salariés du privé de l’autre ça commence à faire. Je ne suis pas fonctionnaire mais bien contente qu’il y en ait encore pour me fournir gratuitement une fiche d’état civil, ou avoir gracieusement l’aide des pompiers ou de la police quand j’en ai besoin.
    On pourrait peut être tout privatiser, comme ça il n’y aurait plus de vilains fonctionnaires profiteurs mais bon là faudrait avancer des euros sinon on aurait zéro….

    • Il ne s’agit pas de diviser : le pays l’est déjà depuis longtemps entre ceux qui travaillent dur et ceux qui profitent des avantages sans effort. Et ne dites pas de bêtise, les fiches d’état-civil, les pompiers ou la police ne sont jamais gratuits !

      Ceci dit, réduire l’Etat à ses fonctions régaliennes signifie justement renforcer la police, les pompiers, les juges ou l’armée, bref les vrais fonctionnaires. Ces derniers seront nettement mieux payés qu’aujourd’hui, comme tous ceux qui travaillent dur, lorsque l’Etat-providence aura été démantelé et les privilégiés cordialement conviés à se (re)mettre au boulot.

    • beaucoup de bon sens dans tout ce que tu dis.mais je te rappelle que quand un pays est ruiné il vaut mieux tirer tout le monde vers le bas.l’inverse n’est pas possible

    • Coût pour la collectivité d’une sortie d’un VSAB (la camionnette rouge des pompiers) : env. 1000 euro.
      Quant à la carence des 4 jours : ce n’est pas énorme et correspond à des pathologies souvent bénignes. Par ailleurs, il existe d’autres avantages en terme de prises de congés (plus nombreux) permettant aux fonctionnaires de s’organiser. Lorsque vous n’êtes ni employé du public, ni employé dans le privé : un arrêt de votre activité a un cout sur vos revenus et vos assurances vous couvrent qu’à partir de la fin de la deuxième semaine (selon votre contrat bien sûr)…
      Quant à la division des français elle existe de fait lorsqu’on crée structurellement des différences. Les différences divisent, mais c’est une Lapalissade.

      Quand à comparer les avantages des cadres sup. des grandes entreprises (souvent privatisées ou ayant de tels avantages par rapport aux PME que c’est tout comme : cf. les collusions politicofinancières) : il est très juste de remarquer comme plus haut : il s’agit de notre argent versé pour payer un service souvent très cher. Le privé est privé. Son seul engagement citoyen est de respecter les lois du pays.

  • Quelle était cette étude qui avait mis en évidence, il y a quelques années, que 70% des arrêts de travail en France étaient le fait de fonctionnaires ou assimilés ?

    Donc, on résume l’égalitarisme de l’Etat providentiel dans les faits :
    – 5M de fonctionnaires, 70% des arrêts, 1 jour de carence
    – 23 millions de salariés du privé, 30% des arrêts, 4 jours de carence

  • et une petite guerre civile en sus…..
    pauvre vieux réac…….

  • Ouais… Ouais… Ouais… Bon, en tout cas, ce que l’ensemble de ces réactions m’inspire, c’est que l’ « égalitarisme » à la mode étatique au mieux n’a pas résolu les divisions entre les gens (fonctionnaires/privés, patrons/ouvriers, et j’en passe), au pire (et c’est ma conviction) n’a fait que les accroître.
    Continuez vos petites bastons, vous ne voyez que l’arbre et pas la forêt (l’Etat obèse et omnipotent).
    Chacun son délire, hein ?

  • Non je ne suis pas simplette je sais que les fonctionnaires cela coûte à tous.
    Mais ce dont je parlais c’est un autre coût si certaines missions étaient privatisées : genre 10 € pour une fiche d’état civile, 150 pour un dossier de mariage.
    Certes à entendre certains les fonctionnaires ne foutent rien (en tous cas pas ceux des impôts car ça marche super bien ce service) donc en réduisant la voilure et en les mettant au boulot on aurait le même résultat.
    Mais en ce cas si on veut faire des économies, il ne faut pas compenser ces diminutions d’effectifs par plus de policiers ou de pompiers. On perdrait tout le bénéfice réalisé.
    Finalement vous avez raison, je suis peut être trop simplette pour comprendre ce raisonnement.

    • Par comparaison avec l’Allemagne qui est loin d’être sous-administrée, il y a entre 1,5 et 2,5M de fonctionnaires en trop en France. Largement de quoi faire les économies nécessaires ET améliorer considérablement le sort de ceux qui sont vraiment utiles (les missions régaliennes, les vrais fonctionnaires).

    • mais pourquoi on repayerait pour tout alors qu’on a deja payé des impots pour cela?il n’ y a pas si longtemps tout etait gratuit et les impots moins élevés.comment en est on arrivé au contraire?

  • Finalement quand je relis tout ce qui précède et bien qu’ayant sans doute le QI d’une huître, je me demande si on ne va pas finir par faire porter un signe distinctif aux fonctionnaires, pas jaune à 6 branches, ça serait « ringard ».
    Non un truc rouge comme celui de la honte qu’ils devraient ressentir d’exister. Et puis après on pourrait les rassembler pour les emmener quelque part faire des travaux d’intérêt général, en train par exemple, qui convient bien à ce type de transport de masse (des wagons à bestiaux par exemple, il y en a plein qui ne servent plus à rien). Et comme on est civilisé, ils seraient nourris avec les restes de bouffe qu’on jette à tout va, paraît il.

    Ah juste un détail les fonctionnaires sont aussi des êtres humains !

    Ca fait de la peine toute cette haine…. Et ça fait peur aussi…

    • Caty: « Ah juste un détail les fonctionnaires sont aussi des êtres humains ! »

      Vous plaisantez ?
      Sinon, quelle insulte pour le genre humain !
      J’espère que vous étiez ironique.

      • les fonctionaires mangent leurs propres enfants(quand ils sont tout petits).ils sont cruels paresseux,et chauves ,avec des ongles très longs,comme des griffes

    • « …les fonctionnaires sont aussi des êtres humains ! »

      les voleurs et les bandits aussi !

  • Ce qu’il y d’amusant dans tous ces commentaires c’est de constater le nombre de fonctionnaires qui viennent soutenir l’état (plus encore que leur propre travail).
    Je ne pense pas que H16 ait critiqué la fonction publique en elle-même, mais l’usage qui en est fait et surtout son extension hors de tout contrôle.

    Pour ma part, je ne reproche pas aux membres des administrations publiques leur situation (on ne se grandit pas en abaissant les autres), mais le coût de ces services publics. Si les fonctionnaires peuvent garder leur statut et avantages tout en préservant mes revenus : grand bien leur fasse !

    Certains commentateurs ont raisons (qu’ils soient fonctionnaires ou non) : ce n’est pas augmentant les sujets de discorde entre public et privé que quoi que ce soit va s’améliorer. Le gouvernmenent tente clairement de nous faire croire que c’est le train de vie des fonctionnaires qui ruine le pays. Mais ce n’est pas le cas (en tout cas, pas directement). Ce qui nous ruine c’est l’espace de plus en plus important occupé par les missions de l’état.

    Bien sûr, les fonctionnaires devraient être les premiers à critiquer cette extension de l’état (qui a terme va finir par tous les mettre dehors faute de moyens), mais l’endoctrinement et l’esprit de corps est tel qu’ils se pretent eux-mêmes au jeu de la comparaison malsaine public/privé.

    • « Bien sûr, les fonctionnaires devraient être les premiers à critiquer cette extension de l’état »
      ————————————-
      ca revient à demander aux dindes de fêter noel, ce n’est pas très réaliste

    • « Ce n’est pas en augmentant les sujets de discorde entre public et privé que quoi que ce soit va s’améliorer. » Si, parce que c’est le fond du problème. Il n’y a pas d’Etat sans personnel pour le servir et surtout, comme de trop nombreux commentaires le démontrent, SE servir. Seule la volonté de SE servir explique les sureffectifs chroniques, l’absentéisme colossal, les avantages multiples, le rapport salaire / charge de travail, etc.

      C’est tellement le coeur du sujet, en fait, que dès qu’on en parle, immédiatement débarquent les arguments d’autorité, les plaintifs (les fonctionnaires n’y sont jamais pour rien), les agressifs, la mauvaise foi manifeste (notamment sur les salaires), l’idéalisation ou les boucs-émissaires habituels : c’est la faute aux banquiers, aux spéculateurs, à la finance internationale, etc. C’est toujours la faute à la terre entière, jamais aux premiers concernés.

      On ne peut pas réduire l’etat providentiel sans réduire sa masse salariale de façon importante (baisse des salaires et des retraites + plans sociaux + privatisations). Qui peut croire, compte tenu de l’inflation inouïe des mouvements violents à la moindre broutille (dernièrement encore avec l’indigne « droit de retrait »), que cela se passera sans confrontation ?

    • N’avons nous pas demandé que l’état s’occupe un peu plus de nous à chaque fois que tout va mal ?…

      • @ol,ben non justement c’est la qu’est le probleme.l’etat est toujours la pour nous imposer des services nouveaux qu’on a pas demandé,et il en profite pour les surfacturer.regarde les villes americaines en faillite ou les administrés prennent de plus en plus de choses en charge eux memes.et ils payent moins d’impot.au rythme ou on en est en france ,veolia va venir t’installer des chiottes payants chez toi

        • C’est déjà fait ! Avant, nous avions le compteur d’eau dans la maison, on pouvait lire sa consommation, voir le compteur tourner en cas de fuite, et fermer l’arrivée d’eau.
          Maintenant, ils installent les compteurs et les robinets à l’extérieur. Plus facile pour les relevés et interventions.
          Puis ils se rendent compte qu’il y a un problème en cas de gel.
          Que font-ils ? Ils vous obligent à prendre une assurance. Quand les tuyauteries pètent entre le compteur et la maison, c’est le propriétaire qui doit douiller, même si la fuite se produit au niveau du trottoir, espace public.
          Ce n’est pas « l’Etat toujours là pour nous imposer des services nouveaux », ce sont les collectivités locales, qui ont vite compris le truc (marchés public truqués ? en tous cas bizarres)

  • C’est l’état qui est endetté donc c’est à lui de diminuer ses charges, donc plus de renouvellement d’aucun poste de fonctionnaire et diminution des salaires et licenciement si il le faut.
    Voilà, c’est pas plus compliqué que cela, quand une boite privé licencie parce qu’elle ne vend plus, personne ne vient dire qu’il ne faut pas opposer le public et le privé. Chacun son tour de goûter au chômage, je ne vois pas pourquoi la fermeture d’une sous préfecture et le licenciement de tout le personnel serait plus choquant que celle d’usine dans la même ville.
    EGALITE, même pour les emmerdes!

    • Ca c’est sur ça va faire avancer les choses. Pourquoi pas alors partager la famine avec les africains ? Egalité pour tous les emmerdes !!!!

  • Igor n’a pas compris que , d’une manière ou d’une autre , les fonctionnaires non régaliens seront la future valeur d’ajustement de l’état socialiste franchouillard …

    • Tu rêves. Le principe de base de la gestion administrative c’est de doter le superflu avant l’accessoire, et l’accessoire avant l’indispensable. Après, tu exige une rallonge en montrant que l’indispensable n’est pas couvert, en faisant pleurer la classe fermée, la caserne de pompier en ruine, infirmière manquante à l’hôpital …
      Concrètement, on taille dans le régalien (la justice, l’armée, la police) et on verse des seaux dans l’inutile voire le nuisible (Hadopi…)

  •  »En conclusion de l’article: »Ce pays est foutu. »
    Cet article est pourri (et n’est même pas signé).  »

    Les fautes sont corrigées et la signature h16, il a fallu que je la cherche (h16, une signature ?).

    Tu comprendras que c’est la forme de ta conclusion que je n’apprécie pas beaucoup, tout comme, tu n’as pas apprécié mon commentaire.

    Pour ce qui est du contenu de cet article, à ma relecture, il n’apporte rien …

    BudWeiser. Je suis désolé mon intelligence est limitée.
    Je compte sur toi pour inonder le monde de ta connaissance !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Par Tho Bishop. Un article du Mises Institute

Plus d'un mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le conflit militaire est resté un conflit régional. Si la Russie a pu fortifier ses revendications dans l'est de l'Ukraine et a progressé dans le sud, les récentes contre-offensives des Ukrainiens ont éloigné l'armée de Vladimir Poutine de Kiev. Parallèlement, les allégations de crimes de guerre commis par les forces russes pendant le conflit ont donné au président ukrainien Volodymyr Zelenskyy de nouveaux arguments dans sa campagn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles