SEC : l’efficacité de la réglementation

Trop de réglementations nous infantilisent et nous déresponsabilisent vis-à-vis de quelque chose de très important pour la plupart d’entre nous: notre argent

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

SEC : l’efficacité de la réglementation

Publié le 14 novembre 2011
- A +

Trop de réglementations nous infantilisent et nous déresponsabilisent vis-à-vis de quelque chose de très important pour la plupart d’entre nous: notre argent.

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec

À chaque cas de fraude, d’abus ou de simple problème, la solution prodiguée est la même: plus de règlementation. En effet, on nous promet régulièrement que si l’État promulguait les règles nécessaires et que les agences qui les appliquent avaient les budgets nécessaires, nous aurions bien moins de problèmes. Et pourtant, malgré la hausse prodigieuse des codes de lois, des réglementations diverses, et du nombre d’agences et d’employés pour les appliquer, la situation ne semble pas s’améliorer. Pourquoi?

En multipliant les règles, celles-ci multiplient du même coup la complexité pour les agents, qui dans bien des cas n’ont pas l’expertise nécessaire pour les comprendre toutes. Qui dit trop de réglementation dit aussi bien des façons de les contourner, car chacune de ces règles contient aussi des clauses échappatoires bien calculées, souvent mises en place pour ne pas fâcher un groupe d’intérêt spécial lors de sa composition.

Un exemple de ceci est la SEC, la Securities and Exchange Commission, agence qui est chargée entre autre de faire appliquer les règles sur les transactions de titres financiers. Celle-ci a entre notamment audité le financier Bernard Madoff à plusieurs reprise durant la dernière décennie. Fait intéressant: ils n’ont jamais rien trouvé d’incorrect dans ses livres comptables! Ce n’est qu’après coup qu’ils s’en sont mêlés avec une vengeance que l’on a pu admirer dans les médias. Que s’est-il passé? Eh bien, comme nous l’avons expliqué par ailleurs une raison est que les meilleurs experts travaillent pour des firmes privées, et l’expertise présente à la SEC ne fait pas le poids… et, de plus, certains d’entre eux ont été négligents et incompétents. Après tout, ces fonctionnaires ne font qu’un boulot et ce n’est pas leur argent! La SEC a même dû en sanctionner plusieurs dernièrement.

Mais non, ils n’ont pas perdu leur emploi, mais tout de même une suspension sans solde de quelques semaines est de rigueur. Après tout, les investisseurs ont perdu des milliards dans cette affaire. En passant, que pouvaient bien faire ces cerbères du monde financier lors de cette arnaque? Ils étaient probablement submergés de travail à nous protéger de tous ces requins de la finance! (… les salariés de la SEC surfaient sur des sites pornographiques pendant que l’économie chutait).

La morale de l’histoire? Trop de réglementations, comme tellement d’autres tendance, nous infantilisent et nous déresponsabilisent vis-à-vis de quelque chose de très important pour la plupart d’entre nous: notre argent. Nous passons des semaines à penser à l’achat d’une voiture par exemple, et des heures de recherches sur les différents modèles, leur fiabilités, on fait des essais routiers, on lit des articles pour s’informer… mais pour notre argent? On fait confiance à un courtier qui ne nous connait pas, il sait ce qu’il fait lui! Et de toute façon, il est certifié et le gouvernement s’assure que tout est en ordre… Prenez-donc le temps de vérifier ce qui se fait avec votre argent, vous vous éviterez bien des soucis. Ça n’assure bien sûr pas qu’on ne fasse jamais affaire à un fraudeur, mais ça vous aide bien plus que de simplement croire qu’on le fera pour vous!

—-
Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Armand Paquereau.

Il aura fallu une médiatisation récurrente de faits inacceptables pour enfin motiver les législateurs à tenter de trouver des solutions attendues à ce problème social de première nécessité.

Quand une association (DAL) se permet d’installer des squatteurs dans la maison d’une dame de 85 ans absente de son domicile pour raisons de santé, que ces faits se multiplient dans de nombreuse villes, on se demande bien ce que sont devenus l’article 17 de la déclaration des droits de l’Homme (1789 et 1848) et l’article... Poursuivre la lecture

Par Adrien Boros. Un article de l'Iref-Europe

Une histoire banale. Elle se situe dans un immeuble modeste d’une ville moyenne. Il s’agit d’un petit logement avec un petit loyer. Ayant été occupé pendant des années, il est aujourd’hui en mauvais état. Au départ du dernier locataire, le propriétaire décide d’entreprendre des travaux lourds de rénovation, dont notamment le remplacement de tous les châssis vitrés par des doubles vitrages, l’isolation des murs, la mise aux normes de l’électricité, etc.

Poursuivre la lecture

Par Gérard Maudrux.

Énième rapport de la Cour des comptes sur la Sécurité sociale, mettant en avant la fraude. Rien de nouveau, ce n’est pas le premier rapport, et rien ne change.

Déjà en 2013 un rapport de l’IGAS, habituellement si prompte à dénoncer des broutilles dans le privé, signale près de 8 millions de cartes vitales de plus que d’habitants, sans s’en émouvoir ni en chercher les causes : circulez, il n’y a rien à voir.

Rien ne change

Résultat : nous en sommes toujours au même point puisque rien n’a changé. Il ne f... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles