1 Français sur 2 souhaite que les syndicats vivent uniquement de leurs cotisations

Logo CGT (tous droits réservés)

Et 80% des Français estiment que les syndicats ne représentent pas les salariés

Seuls 37% des Français souhaitent le maintien des subventions aux syndicats et un Français sur deux souhaite que les syndicats vivent uniquement de leurs cotisations selon un sondage Ifop/Observatoire de la fiscalité et des finances publiques.

L’analyse de Michel Brulé, fondateur de l’institut BVA, pour Le Cri du Contribuable.

CGTL’enquête de l’Ifop pour l’Observatoire de la fiscalité et des finances publiques souligne l’état d’ignorance dans lequel se trouvent les Français en ce qui concerne les ressources des organisations syndicales : 6 sur 10 ignorent que les subsides publics constituent l’essentiel de leur financement.

Question : Les subventions publiques constituent l’essentiel des ressources financières des syndicats français. Vous personnellement, le saviez-vous ?

•   Oui

Ensemble des Français :  40 %
Sympathisants de gauche : 41 %
Sympathisants de droite : 45 %

•    Non

Ensemble des Français : 60 %
Sympathisants de gauche : 59 %
Sympathisants de droite : 55 %

Cette ignorance des sources de leur financement est particulièrement élevée chez les femmes et chez les jeunes. Seuls les électeurs de plus de 60 ans sont en majorité informés de cette spécificité française. Salariés du secteur public et du secteur privé, électeurs de gauche et électeurs de droite affichent la même ignorance de cette dépendance des syndicats à l’égard des subventions publiques.

Quand on les informe de cette réalité, la réaction majoritaire est la désapprobation : la moitié des Français estime que les syndicats devraient vivre exclusivement des cotisations de leurs adhérents ; un tiers considèrent normal que viennent s’y ajouter des aides financées par les contribuables.

Question : Concernant le mode de financement des syndicats français, de laquelle des deux opinions suivantes vous sentez-vous le plus proche ?

•    Les syndicats français doivent être financés uniquement par les cotisations de leurs adhérents

Ensemble des Français :  49 %
Sympathisants de gauche : 33 %
Sympathisants de droite : 71 %

•   Les syndicats français doivent être financés à la fois par les cotisations de leurs adhérents et par des subventions publiques

Ensemble des Français : 37 %
Sympathisants de gauche : 57%
Sympathisants de droite : 24 %

•   Ne se prononcent pas

Ensemble des Français : 14 %
Sympathisants de gauche : 10 %
Sympathisants de droite : 5 %

Si le partage des opinions est sensiblement le même au sein des différentes catégories de salariés, il n’en va plus de même quand on fait intervenir les préférences politiques : le financement par les subventions est plutôt approuvé à gauche, alors qu’il est rejeté majoritairement au centre et massivement à droite. Il s’agit donc là d’un sujet qui oppose  les familles politiques.

Qu’en est-il de la représentativité des syndicats, telle que les Français la perçoivent ? Elle est contestée par une large majorité : les trois quarts des électeurs pensent que nos syndicats ne représentent pas correctement l’ensemble des salariés français.

Question : Selon vous, les syndicats français représentent-ils correctement l’ensemble des salariés ?

•   Oui

Ensemble des Français :  24 %
Sympathisants de gauche : 38 %
Sympathisants de droite : 16 %

•    Non

Ensemble des Français : 76 %
Sympathisants de gauche : 62 %
Sympathisants de droite : 84 %

Même à gauche, on doute à 60 % de cette représentativité. À droite, ce sont 80% des répondants qui la récusent et au Modem 90%. Sans doute bon nombre des répondants ont-ils eu connaissance des chiffres sur la baisse du taux de syndicalisation et sur la faiblesse des pourcentages qu’il atteint désormais parmi les salariés du privé – moins de 5 % – faiblesse qui met en cause leur aptitude à parler au nom de tous.

En résumé, les Français connaissent mal la situation financière des syndicats, estiment en majorité qu’ils devraient vivre de leurs cotisations et pas des aides publiques, et doutent qu’ils représentent bien l’ensemble des salariés.

Le thème de leurs ressources est un thème qui divise politiquement les électeurs, avec un partage global plus favorable à des ressource se limitant à leurs cotisations.  Il y a donc là un thème potentiellement porteur pour les candidats et formations de droite. À condition bien sur que les dirigeants partagent les convictions de leur base.

Sur le web
Synthèse sur le financement des syndicats