Occupy La Défense, Wall Street et ton temps libre en pédalant

Occupy Wall Street distribue ses leçons mais ne sait pas les appliquer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Occupy La Défense, Wall Street et ton temps libre en pédalant

Publié le 8 novembre 2011
- A +

Occupy La Défense, Wall Street et ton temps libre en pédalant

Pendant que les Thaïlandais occupent les rues pour en retirer les crocodiles et les serpents suites aux inondations catastrophiques qui viennent d’avoir lieu, en France, la résistance s’organise gentiment en occupant La Défense. C’est vraiment formidablounet, cette ferveur populaire de jeunes qui se retrouvent pour griller des saucisses équitables sur un parvis un peu froid…

Et il est vrai qu’avec la semaine qu’on vient de passer, pleine de rebondissements tous plus homériques les uns que les autres, on a eu tendance à s’éloigner des vrais mouvements de fond qui agitent la société française.

C’est un peu dommage puisque cela nous aura fait manquer, quelque peu, les 30.000 pardon 3000 pardon 300 agités indiniais indignés qui se sont retrouvés dans une même communion quasi-religieuse sur le parvis de la Défense.

Reconnaissons-leur un mérite : se retrouver, ainsi, alors qu’il ne fait pas très chaud et que le temps est décidément un peu humide, sur une place essentiellement spacieuse et bétonnée, donc ouverte aux courants d’air, c’est une belle performance. À l’instar des Occupy Wall Street et comme je l’ai noté dans mon précédent billet, nos aimables indignés se sont donc tous retrouvés sous le message général, assez confus, qu’ils représentent (oui, oui, tous les 300) les 99% de la population et qu’ils veulent que ça change, scrogneugneu. Et c’est important, ce scrogneugneu, c’est la partie indignation du mouvement.

Et c’est donc une quarantaine de personnes (oui oui, tous les 40) qui ont passé deux ou trois nuits (heureusement pas trop humides) pour marquer leur vive protestation contre ce monde qui, il faut le rappeler, est rempli de gens abjects et méchants alors qu’ils veulent, démocratiquement mais fermement, qu’il ne soit plus rempli que de gens gentils, compréhensifs et ouverts.

Et pendant que l’imposante foule de Occupy La Défense s’organise pour passer la fin de l’automne au pied du Grand Arche, à New-York, on ne désarme pas dans le parc Zuccotti. Et avec l’hiver qui arrive, la dimension « lutte » dans la protestation prend toute son ampleur.

En effet, pendant que les indignés français bravent courageusement une petite pluie et des températures oscillant entre seize et vingt degrés (le réchauffement climatique, je vous dis), les nombreux OWS se retrouvent, eux, confrontés à une petite neige (7 cm) et des températures un peu moins clémentes. Heureusement, des dons en couvertures, écharpes et manteaux donnent du baume au coeur de ces résistants d’une nouvelle ère.

Mais ces braves gens, le nez rougi par le froid, la pancarte gelée et les doigts de pieds décidément bleus, posent, par leur seule présence grelottante dans un parc de downtown Manhattan, une vraie question philosophique, existentielle, même : comment se fait-il que ces gens qui critiquent l’irresponsabilité des politiciens et des riches patrons, ces 1% qu’ils dénoncent vigoureusement à s’en casser le panonceau, qui sont eux-mêmes passablement agacés d’être vus comme des hippies sans but cohérent, comment se fait-il qu’ils n’aient rien prévu contre le froid et la pluie, la neige, et les petits soucis climatiques qui allaient, inévitablement, survenir courant octobre/novembre, comme tous les octobres/novembres depuis les deux ou trois derniers millénaires au moins ?

On apprend aussi que les radiateurs et les générateurs qui leurs servaient localement ont été confisqués par les pompiers pour des raisons de sécurité. Connaissant l’organisation américaine, on est surpris qu’une manifestation correctement planifiée n’ait pas du tout prévu un enregistrement correct de ces éléments. Voilà qui dénote un peu.

Et puis tiens, dans l’article cité (et d’autres), on apprend aussi que, je cite :

« they are getting cold-weather tips from the homeless people who have joined their ranks. »
« Ils reçoivent des astuces contre la météo rigoureuse de SDF qui ont rejoint leurs rangs. »

Pedal powerEt là, chbing, une question vient naturellement à l’esprit (surtout quand on est un méchant taquin, comme moi) : comment peut-on prétendre donner des leçons au reste du monde quand on s’en fait donner par des sans-abris ? Certes, les sans-abris ont plein de choses à apprendre à tout plein de monde, cela est évident. Mais on s’interroge sur le degré de préparation, de responsabilité, de réalisme des gens qui se lancent ainsi dans une telle aventure : il s’agit, pas moins, de révolutionner le monde dans son ensemble, fournir un nouveau paradigme économique, hein, pas d’échanger bêtement un joint en faisant de la guitare, ici, on veut du sérieux, du monumental, qui change toute la société, et … on se fait bêtement entourlouper par 7 cm de neige et des températures automnales en automne.

Cependant, on apprend aussi qu’à la suite de la confiscation des groupes électrogènes, une solution opérationnelle s’est rapidement mise en place. Ouf. Et quelle solution ! Cinq générateurs à pédales ont été mis en place : maintenant, pour avoir de l’électricité, il faut simplement user du jarret. Et en plus, c’est écolo (forcément) ! Trop de la balle.

Moui. Reste quelques questions, cependant : qui va pédaler pour que les autres dorment au chaud ? Est-ce que tout ceci est un avant-goût de ce qui doit remplacer l’affreux capitalisme ? Ça donne moyennement envie. Et au fait, les vieux, les femmes enceintes pédalent aussi ? Tant de questions dont on se demande comment elles vont animer les prochaines réunions de prises de décision au sein du mouvement.

Plus sérieusement, Occupy Wall Street ne fait plus (trop) mystère de la somme totale d’argent récoltée : 454.000 dollars, dont 50.000 ont été déjà dépensées pour acheter des vêtements, de la nourriture, des médicaments, et d’autres éléments plus ou moins indispensables. Mais on se demande pourquoi cet argent n’est pas distribué équitablement entre tous les participants, ou encore pour récompenser le pédalage régulier qui produit des watts, non ? Ce serait un peu douteux de ramasser 450K d’un côté et de faire pédaler pour la bonne cause gratuitement, vous ne trouvez pas ?

Mais bref : tout ces petits bobos et ces engelures des occupants de Zuccotti peuvent d’ores et déjà servir de leçon aux fiers occupants de La Défense qui devront, très rapidement, prendre leurs précautions pour ne pas tomber, eux aussi, dans le pédalage improvisé.

En tout cas, si un changement profond de société (pour lequel on a toujours autant de mal à voir comment il se traduirait concrètement) doit venir de ce genre d’organisation millimétrée, je ne suis vraiment pas sûr de souscrire.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)
  • Mais non, il ne faut pas qu’ils distribuent l’argent. 450k c’est bien mais c’est pas assez pour faire la révolution. L’idéal serait qu’ils continuent leur mouvement pour engranger encore plus de dons, et ils mettraient l’argent sur un compte épargne dont les dividendes leur permettrait de financer les dépenses courantes du mouvement !
    En plus, depuis le temps qu’ils glandent devant, ils ont bien du rencontrer un back office engagé qui peut leur conseiller un placement sur;

  • Moi je dis : vive l’écologis-meuh ! (oups, je l’avais déjà faite celle-là, je m’a trompé de topic, faites excuse Ô Maître h16 !)
    Oui, bon, c’est sûr, le salut ne viendra pas du côté de ces militants de l’impossible et du débilement correct.

  • L’auteur de cet article n’a, de toute évidence, jamais lu Voltairine de Cleyre, dont pourtant Contrepoint se réclame (de façon scandaleuse d’ailleurs).

    • Qu’est-ce qu’il peut bien y avoir de scandaleux, pour un site libéral, à mettre en exergue une citation d’une anarchiste ?
      Au pire, un anar anti-libéral extrémiste ne devrait y voir qu’un hommage du vice à la vertu…

    • Vite, éclairez nous de votre belle science.

      Qu’on rigole.

  • Mais bien sur qu’ils représentent 99% de la population !

    Si par hasard les 1-10 niais arrivaient au pouvoir, on peut être certain qu’ils obtiendraient 99% de voix aux élections qu’ils organiseront. ^^

  • L’ironie au sujet des SDF, c’est qu’il y a une semaine, les cuisiniers des indiniais du parc Zuccotti ont fait « grève » en distribuant juste du pain sec au lieu des habituels repas bios pour protester contre les vrais squatteurs (SDF et autres indigents) qui affluent pour profiter des bons repas gratuits qui leur changent de la soupe quotidienne de l’Armée du Salut.
    Eh oui, c’est le partage à la mode gauchiste, c’est festif tant que ça va dans un sens et avec l’argent des autres.

  • @H16 : je vous recommende de regarder les aventures de Peter Schiff (votre grand copain) a Occupy Wall Street :

    http://www.youtube.com/watch?v=UGL-Ex1CD1c

    Ca montre que pas tous les Occupants (a ne pas confondre avec les indignés par pitié !) ne sont pas forcément tous des écolos-bobo-marxo-gauchistes, on est a new york quand même, la majorité la bas serait considérés comme des sales libéraux en France (j’adore quand le mec a la fin demande qui est POUR le capitalisme et que tout le monde autour lève la main)

    Je pense qu’Occupy Wall Street est un symptome qui montre que les Américains ont enfin compris que y’avait quelque chose de nauséabond dans le systeme, mais pour l’instant ils n’ont pas identifié le vrai responsable, qui se trouve plutôt du coté de la Maison Blanche et du Congrès que du coté de Wall St.

  • Hallucinant! Je decouvre Contrepoints et, apres lecture de quelques articles de cette teneur, je sais pour de bon que je n’y reviendrai jamais. Vous appellez ca du nivellement par le haut?

  • Bonjour,
    Je ne vais pas aborder le pour ou contre du phénomène « indigné ». Votre article me suggère une toute autre réflexion, désolé pour le « hors » sujet.
    « ici, on veut du sérieux, du monumental, qui change toute la société, et … on se fait bêtement entourlouper par 7 cm de neige et des températures automnales en automne. » (intéressant, en effet)
    Ailleurs le monumental qui change toute la société se fait (bêtement?) entourlouper par un séisme puissant, je vous l’accorde, mais dans une région historiquement sollicitée si je puis dire… (tout aussi curieux)
    Nos contrepoints trouvent leur point d’orgue: Nous sommes « in accore », nos contemporains de tout bord semblent omettre la nature cyclique des saisons et chaotique des éléments. Peut-être serait-il temps que nous leur suggérions de sortir un peu, prendre l’air (ça aide à réfléchir), afin de se ressaisir des rumeurs, qu’elles soient de nature humaine ou propre à notre environnement premier, sans obligatoirement aller bien loin. Nous ne sommes pas obligé d’engager la « campagne de Russie ». Tiens, lui aussi s’était adonné aux joies des engelures…
    Au plaisir

  • « Hallucinant », je viens moi aussi tout juste de découvrir ce site et après m’être tapé l’article plus ou moins facho et les commentaires des lecteurs de ce genre de choses je suis tombé sur celui d’un type qui a posté quelque chose de sensé, bravo donc à Benoit!
    Vous êtes des dangereux, des méchants, et des fous.
    Libéralisme = égoïsme assumé?

    • Déjà de retour ? 🙂
      Tu n’étais pas obligé de changer de pseudo tu sais…

    • Oui oui oui ! Mea Culpa ! Je m’auto-flagelle ! Oui, je suis un méchant, un fou et un dangereux ! Et dire que je suis en liberté (enfin, en liberté… tout est relatif) ! Mais que fait la poulice ?
      Bon, je vais aller me faire un café, hein ? Vivement ce soir qu’on se couche ! Non, parce que se farcir des leçons de morale à deux balles par des pré-ados lobotomisés, ça va cinq minutes, hein ?

    • C’est le concept de morale qui te défrise? Premièrement le pré-ado lobotomisé a terminé son adolescence depuis un moment, et je te prie de laisser ma lobotomie en dehors des débats.
      Quant à la poulice elle est à la Défense si tu la cherche, en train de faire son boulot : détruire des tentes et voler des bouts de carton.
      Tu crois vraiment que le monde est sain si chacun cherche le bien être pour sa gueule quitte à se torcher avec celui des autres? Je pige pas qu’on cautionne ouvertement l’injustice et qui plus est que toute idée contestataire soit décrédibilisée à la naissance. La honte!

      Si quelqu’un est ok pour m’expliquer pourquoi j’ai tort, quels éléments je ne prend pas en compte, en quoi je pourrais être manipulé etc… sans tomber dans une bataille de fions (gros fachos VS pré-ados lobotomisés) ça m’intéresse.

      • Parfait. Merci pour ta réponse, pour une fois constructive. Eh bien, si tu lis quelques articles de ce site, tu pourras constater par toi-même, si toutefois tu acceptes l’idée que le libéralisme que nous défendons n’a rien à voir avec l’image que tu en as et qui a été façonnée par des décennies de désinformation lobotomisante par les médias et politiciens au pouvoir.
        Tu pourras constater par toi-même que justement nous ne cautionnons pas l’injustice mais que nous nous battons pour une société plus juste.
        Ta phrase « Tu crois vraiment que le monde est sain si chacun cherche le bien être pour sa gueule quitte à se torcher avec celui des autres? » n’a strictement rien à voir avec le libéralisme, mais en revanche a à voir avec le libéralisme tel qu’il nous est plus ou moins subliminalement présenté par les médias et politiciens.
        Oui, c’est une évidence, la poulice, que nous finançons par nos impôts et taxes, ne défend plus le peuple, mais le pouvoir en place, lequel n’a strictement rien… de libéral.
        Nous croyons que les indignés sont tout simplement récupérés et manipulés par cette mafia politicienne. C’est notre conviction ; en ce sens, l’article de h16 est à lire au 2° voire 3° degrés.
        Bien sûr, ce que je te demande est un effort : accepter l’idée que ta vision du libéralisme a été faussée. Le but de ce site est de rétablir la réalité de la vraie idéologie libérale (nous ne sommes ni « ultra », ni « néo » libéraux).
        A toi de voir, en espérant que ma réponse t’aura aidée.

      • Kim : « sans tomber dans une bataille de fions (gros fachos VS pré-ados lobotomisés) ça m’intéresse. »
        ———————-
        « Gros fachos », hmm voyons voir… Le fascisme est par définition contre l’individualisme et le capitalisme, ça devrait te plaire pourtant. C’est un mouvement qui a inspiré les nationalistes socialistes allemand (nazis pour les intimes). D’ailleurs, son fondateur a été un ancien socialiste bouté hors de son parti pour extrémisme gauchiste.

        Donc, si ça t’intéresse, petit scarabée, je te rassure tout de suite, sur ce site libéral, il n’y a pas eu de « bataille de fions entre gros fachos VS pré-ados lobotomisés » vu que tu es dans le camp des gros fachos.

        Bon, maintenant, si tu es intéressé par autre chose, tu le demandes, gentiment…

  • Merci pour ta réponse éclairante.
    Cependant mon point de vue à propos des indignés diffère du tien dans le sens où je pense que c’est un mouvement qui justement ne parvient pas à être récupéré par qui que ce soit. Ces militants ont la particularité de rejeter toute famille politique ou syndicat qui chercherait à s’approprier leur engagement.
    Le fait d’être indigné est simplement une sonnette d’alarme qui cherche à dire « Stop, quelque chose ne va pas aujourd’hui! »
    Pour revenir au libéralisme, tu dis qu’il a vocation à se battre pour une société plus juste, le combat est donc nécessaire.
    De plus en évoquant les mafias politiciennes et le pouvoir en place, tu sembles toi aussi juger que les institutions dirigeantes ou qui cherchent à diriger ne sont pas légitimes et ont un comportement de voyou.
    Les libéraux, au lieu de se gausser des indignés – qui peut-être s’agitent en vain, ou de la mauvaise façon – ne pourraient-ils pas comprendre ce sentiment d’injustice, de foutage de gueule et d’obscénité insupportable qui les motive?
    Je ne te demande pas de venir ce vendredi essuyer une charge de CRS à leur côtés à la Défense mais simplement de toi aussi te laisser une chance de comprendre qu’ils ne font pas ça pour avoir l’occasion de camper sur du bitume en plein mois de novembre mais bien par conviction. Et enfin blâmer quelqu’un parce qu’il est « lobotomisé » (le mot à l’air de compter pour toi) est injuste puisque si c’est effectivement le cas, cette personne est la victime de ceux qui lui auront vidé le cerveau ; je conseille plutôt de l’empathie et un effort d’information et de réparation à l’égard des lobotomisés et une « traque » et une identification des vrais coupables.
    Je te prie de m’excuser pour mon emportement de ce matin mais je reste choqué par ce texte qui tourne en ridicule des gens qui sont absolument sincère, convaincu et soucieux de l’intérêt général.

    • Je n’ai jamais mis en doute la sincérité du militant de base, indigné ou pas, et ce quelque soit le mouvement politique envisagé. Je mets en doute la récupération du mouvement, c’est tout, et par des gens aux intentions pas toujours très nettes.
      Il est vrai que je me suis moqué de toi, mais c’était en réponse (je cite) à « facho, dangereux, méchant et fou ». Tu es arrivée sur ce site avec un ton agressif sans même chercher à nous connaitre ; j’y ai répondu.
      Nous, les libéraux sommes opposés par nature à l’Etatisme et promouvons la liberté (et son corollaire, la responsabilité) individuelle en réaction, justement à la notion d’ « intérêt général » qui nous parait floue et propice à l’exploitation de notre crédulité.
      Mais pour comprendre tout ça, je te recommande la lecture de plusieurs articles de ce site, articles qui l’exprimeront mieux que je ne saurais le faire et qui devraient t’expliquer pourquoi il ne faut pas confondre libéralisme et égocentrisme par exemple.
      Mais, une fois de plus, si tant est que ta curiosité est piquée au vif, il t’appartient ou pas de poursuivre en tout cas l’information sur le libéralisme, et ce site me parait être un bon outil pour le comprendre.
      Bonne fin de journée et merci pour cet échange

      • Merci à toi, je me coucherais moins bête ce soir et tu supposes bien en mentionnant ma curiosité sur cette idéologie qu’est le libéralisme.
        J’en viens à me demander comment on peut paraître aussi dénigrant, hautain et agressif que l’auteur de l’article ou que ce type qui parle d’une bande de ploucs, d’abrutis et d’escrocs et pourtant assumer haut et fort sans avoir conscience de passer potentiellement pour quelqu’un d’extrême (extrémisme supposé qui m’a fait employer les mots « méchant » « dangereux » et « fou »).
        Concernant l’intérêt général j’ai bien compris que le flou de cette notion constituait un des points clé du libéralisme qui si je ne me trompe pas (ce qui serait très possible) le définirait comme une sorte de somme des intérêts particulier.
        Si la « récupération » du mouvement que vous évoquez est constituée par les quelques peoples (politiques ou autres) qui cherchent à surfer sur la vague de l’indignation pour vendre leur soupe je suis d’accord avec vous. Certains se réclament de cette pensée à la mode cependant pour moi ce mouvement n’est pas récupéré dans le sens où les militants n’en ont pour la grande majorité rien à carrer de telle ou telle étiquette ou tentative d’influence des politiques ; cette indifférence, ce non-engagement leur cause sans doute du tort puisque comme disait l’autre « si tu ne t’occupes pas de politique c’est elle qui s’occupera de toi » ; il est très facile de coller une étiquette sur un support vierge.

    • Kim : « Le fait d’être indigné est simplement une sonnette d’alarme qui cherche à dire « Stop, quelque chose ne va pas aujourd’hui! »
      ————–
      Oui donc c’est la même rengaine que celle des soixanthuitards, les chemises à fleur et le sexe en moins. Tu parles d’une « sonnette d’alarme », c’est plutôt une sornette d’alarmistes oui. Mais le terme plus exact, ce serait « pet de lapin ».
      Les soixanthuitards faisaient les mêmes saillies stupides, mais eux au moins avaient des slogans qui claquent, dans le genre « arrêtez le monde, je veux descendre » ou « consommez plus, vous vivrez moins ».

      Petit scarabée, l’Histoire, c’est pas fait pour les chiens, surtout qu’on a dépensé des fortunes pour te l’enseigner.

      • C’est pas possible, vous vous sentez vraiment supérieur, il n’y a pas moyen de discuter sans être pris pour un con, si c’est ça le fameux « Libéralisme » je ne veux plus en entendre parler.
        Là par exemple j’ai pas compris ton message qui parle vaguement de pet de lapin, de saillies, et de chemises à fleurs.
        Je demande qu’à piger mais STP fais comme Alain qui a pris le parti d’arrêter de se moquer du haut de sa supériorité pour m’expliquer son point de vue et m’apporter des éléments, des informations qui font avancer ma réflexion et pour lesquels je le remercie même si nos opinions divergent.

        • Kim : « je ne veux plus en entendre parler »
          Ah bon, parce que vous veniez pour parler, avec :
          « Hallucinant, facho, dangereux, fous, égoïsme,… » et j’en passe
          Qui se moque de qui là ?

        • Mon but, Kim, n’est pas de te convaincre que j’ai raison et que tu as tort, bien évidemment ; je ne suis qu’un Homme, tout comme toi. En ce sens, ma « supériorité », comme tu le dis, n’a été qu’une réaction à ta première attitude que l’on pourrait qualifier de hautaine, quand tu nous as traités de tous les noms d’oiseaux.
          Mais arrêtons là ces enfantillages et essayons d’avancer : ce sera certainement plus constructif des deux côtés.
          Je vois un énorme défaut au Mouvement des indignés : ils dénoncent, critiquent, manifestent mais… ne proposent rien.
          Les libéraux certes ne descendent pas dans la rue, mais dénoncent et critiquent ; ils proposent des solutions. C’est, à mes yeux la BIG différence. Nous sommes tout autant révoltés par la situation actuelle, par l’oligarchie qui se marie parfaitement avec le socialisme le plus abouti.
          L’analyse de l’histoire nous montre que, par le biais d’une corruption tous azimut, un Etat omnipotent est infiniment plus nocif à l’épanouissement d’une population et des individus qui la composent qu’une vraie politique libérale.
          C’est en tout cas notre conviction profonde.

        • Kim : « C’est pas possible, vous vous sentez vraiment supérieur, il n’y a pas moyen de discuter sans être pris pour un con, si c’est ça le fameux « Libéralisme » je ne veux plus en entendre parler. »
          ————————
          Bah si tu veux qu’on te dise que tu as raison, qu’on te comprend, que le monde est méchant, que tu es intelligent et que tu sens bon, c’est pas les libéraux qu’il faut fréquenter, c’est une secte, ou la LCR.
          Chez les libéraux, quand tu dis des âneries, on te le fait savoir (d’ailleurs, je me demande bien si tu lis correctement les réponses). La vérité est toujours désagréable, sinon, tout le monde la dirait.

          « L’accroissement du savoir se base entièrement sur le désaccord » Karl Popper

    • Par pitié arrêtez avec ce putain de jeu de mot que je-sais-pas-qui a trouvé mais en tous cas qui à l’air de vraiment bien vous faire vous fendre la gueule pour le répéter avec ferveur à tous bouts de champs. En plus je trouve que tu as du culot de parler de la « prétention sans borne » des indignés puisqu’apparemment celle des libéraux (je dis ça pour choquer mais je parle bien de ton cas personnel) a l’air d’être assez développé pour se moquer avec raison des autres et même pour se sentir bien au dessus des préoccupations des « ploucs menés par des escrocs »
      Bref.
      Une dose supérieure du même mal, à savoir?

      • Comme le disait si bien Renaud avant de devenir comme eux:

        Quand l’ baba cool cradoque
        Est sorti d’ son bus Volkswagen
        Qu’il avait garé comme une loque
        Devant mon rade
        J’ai dit à Bob qu’était au flipp’
         » Viens voir le mariole qui s’ ramène
        Vise la dégaine
        Quelle rigolade  »
        Patchoulli patogasses
        Le Guide du Routard dans la poche
        Aré Krishna à mort
        Cheveux au henné
        Oreilles percées
        Tu vas voir qu’à tous les coups
        Y va nous taper cent balles
        Pour s’ barrer à Khatmandou
        Ou au Népal

        Avant qu’il ait pu dire un mot
        J’ai chopé l’ mec par le paletot
        Et j’ ui ai dit

         » Toi tu m’ fous les glandes
        Pis t’as rien à foutre dans mon monde
        Arrache toi d’ là t’es pas d’ ma bande
        Casse toi tu pues
        Et marche à l’ombre

  • Ok Alain j’ai pas trop le temps de me lancer dans un post utile pour le moment, je viens simplement de lire les réponses peu constructive que l’on m’a octroyées (mise à part la tienne, bref).
    Simplement j’en profite pour dire aux gens qui me parlent en tant qu' »indigné » que je n’ai jamais eu aucun rapport avec ce rassemblement, que j’ai du aller à deux manifs dans ma vie pour l’instant et que je ne suis ni un punk a chien ni un baba cool cradoque mais que ça ne me dérangerait pas du tout. Pour l’instant si je peux dire que je suis indigné c’est par vos paroles et votre virulence. Je suis conscient d’avoir fait une sale entrée, je vous ai présenté des excuses, j’essaye de prendre le maximum de pincettes pour ne pas vous brusquer et faire avancer le débat et la réflexion commune (ou tout du moins la mienne) et là, pour le coup, comme on me l’a dit plus haut : je vous merde. C’est vrai quoi soyez sympa, là franchement on dirait des extrémistes mais grave.
    Bonne soirée.

  • Est ce là tout ce que vous trouvez a reprocher a ce mouvement?
    Comme dirait l’autre: « C’est un peu court, jeune homme »…
    Voila bien quelque chose d’habituel dans les médias, officiels ou « underground », quand on ne trouve rien comme arguments a opposer a un mouvement, on ironise sur des points de détail anecdotiques.
    Effectivement occupy wallstreet, la défense, ou trifoulli les oies n’ont pas inventé l’eau chaude, mais dénoncer les abus commis par une infime minorité de prédateurs boursiers et tenter de faire quelque chose pour y remédier est déjà un bon début.
    Bien sur j’imagine que pour vous il est tout a fait normal que quelques milliers de personnes se gavent sur le dos des milliards d’autres, qui elles se tuent a la tâche pour des clopinettes, (dans le meilleur des cas) ou crèvent de faim, (dans le pire).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Coralie Achi[1.Post-doctorante sur l'adaptation du tourisme de montagne, Inrae.]. Un article de The Conversation

Dans les années 1960, lorsque l’État français décide de soutenir la création des stations de sports d’hiver, l’objectif est simple : proposer aux touristes des lieux dédiés à la pratique des sports d’hiver et, en premier lieu à cette époque, du ski.

En l’espace de 40 ans, les choses ont cependant bien changé. Le climat tout d’abord n’est plus aussi favorable à la pratique des sports d’hiver : les nombreuses études... Poursuivre la lecture

Et subitement, la France fut frappée par le froid et la neige. Tout le pays, totalement pris par surprise en plein milieu du mois de février, découvrit que la météo n'était pas jouée d'avance, que les saisons continuaient à passer malgré les exhortations gouvernementales et que finalement, en hiver, il fait froid et il y a souvent de la neige.

En pratique, cette réalité palpable n'a échappé qu'à une certaine coterie de politiciens et de journalistes.

Les premiers, parce qu'il est fort commode de ne pas se soucier du temps qu'il ... Poursuivre la lecture

Par Sable Levy.

[caption id="attachment_252466" align="aligncenter" width="640"] By: Thomas Galvez - CC BY 2.0[/caption]

Dans le cas où vous ne l'auriez pas remarqué, les super riches sont largement calomniés  - particulièrement dans les mouvements comme Occupy Wall Street et dans la campagne politique de Bernie Sanders, qui a compris le ressenti croissant du peuple en ce début de nouveau millénaire. Qui sont les super riches ? Et pourquoi sont-ils largement calomniés ? Beaucoup sont des cadres-dirigeants ou travaillent dans des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles