Obélix et Compagnie ou Goscinny vs Keynes

Poursuite de l’analyse économique d’Asterix.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Obélix et Compagnie ou Goscinny vs Keynes

Publié le 31 octobre 2011
- A +

Après un premier article, nous poursuivons l’analyse économique d’Asterix et Obelix, avec Obélix et Compagnie ou un plaidoyer clair contre les théories keynésiennes par Goscinny.

Un article de Vox Thunae

Obélix et Compagnie (1976) est à mes yeux le traité d’économie le plus pédagogique jamais paru. Trois ans après que le choc pétrolier a nettement enrayé la croissance des Trente Glorieuses, Goscinny porte dans cet album son regard sur la politique économique, et y fait – probablement sans le savoir, et d’après mon interprétation personnelle – une reductio ad absurdum du keynésianisme. Le tout forme une métaphore assez pertinente de l’économie française et de ses travers.

Le choix de Jacques Chirac, interprété par le « néarque » Caius Saugrenus,  comme personnage central de l’album marque clairement le ton. « Un mécontent, c’est un pauvre qui réfléchit », disait Talleyrand : Saugrenus en prend note pour proposer à César d’occuper et d’enrichir le village gaulois pour le détourner des troubles. Occuper et enrichir – relancer l’emploi et la production – les objectifs explicites des plans de relance.

Je vous propose donc l’exercice inédit d’une lecture de cette BD au regard de la théorie du grand Keynes.

Un concept clé : le multiplicateur keynésien

Dans son principal ouvrage, la Théorie Générale (1936), Keynes défend la dépense de l’État comme instrument de relance de l’activité économique. Un des concepts centraux de son argumentation est le principe du multiplicateur. L’idée est simple : Saugrenus achète un menhir à 100 sesterces à Obélix, Obélix dépense 80 sesterces en sangliers (et en met 20 de côté), les chasseurs de sangliers dépensent 64 sesterces (et en mettent 16 de côté), etcetera… on remarque qu’à ce stade du processus la dépense de Saugrenus a fait monter le PIB du village de 100+80+64=244 sesterces, et ce n’est qu’un début ! Goscinny explicite le phénomène en termes d’emplois :

Première multiplication : 2 emplois créés
Première multiplication : 2 emplois créés
Troisième étape : 8 emplois créés... etcetera !

Remarquons aussi qu’une méprise courante sur Keynes est l’assimilation de sa théorie aux grands travaux de Roosevelt, ce qui se trouve être un anachronisme de quatre années. Nombre de personnes pensent d’ailleurs qu’en l’absence de grands projets à réaliser, il n’est pas possible de mettre en place une politique de relance efficace. Or cela est sans grand rapport ! La théorie décrite par Keynes tient tout autant lorsqu’on paye des gens à creuser des trous puis à les reboucher. Le point central, c’est de créer du déficit. Le choix du menhir, produit inutile par exemple, renverse à merveille cette méprise courante.

Un effet négatif et une injustice : l’effet d’éviction

Le commerce du poisson perd des ressources au profit du menhir

Parmi les grandes critiques adressées aux plans de relance keynésiens, on trouve l’ « effet d’éviction » : le soutien apporté à quelques uns leur permet d’accéder à des ressources qui sont perdues pour d’autres, qui les auraient peut-être mieux utilisées. D’une manière générale, l’effet direct est de détourner les facteurs de production de leur utilité naturelle vers un secteur artificiellement stimulé : le chariot du marchand se transforme en chariot à menhirs, la poissonnerie perd ses ressources humaines au profit de l’industrie monolithique.

L'action de l'Etat fait le bonheur des uns au détriment des autres

Quant au caractère injuste de cette éviction, il est sans doute ressenti par les consommatrices du village, agglutinées autour du chariot du marchand ambulant, lorsqu’Obélix, arrivant les mains pleines des sesterces de Saugrenus, déclare « J’achète tout ! ». Un désagrément que subit aussi le chef Abraracourcix qui perd ses porteurs, dont le travail est désormais absorbé par la « bulle du menhir ».

Une bulle et/ou trou commercial

Une partie de la relance gauloise est absorbée par l’Égypte

La création d’une bulle, c’est-à-dire l’orientation vers un (ou plusieurs) secteur d’activité d’un niveau de ressources excessif au regard de son utilité économique, est souvent le danger principal d’une relance. Pensez que sous l’effet du plan Saugrenus, le monde antique, de la côte armoricaine à l’Égypte de Cléopâtre, se lance dans la production massive de menhirs qui ne servent à rien. Moment de la BD qui nous fait remarquer une des principales limites du multiplicateur keynésien : il alimente parfois les importations plutôt que d’accroître la production intérieure.

Ce point provoqua par exemple l’échec total du plan Mauroy au début des années 1980 et explique l’importance de la coordination des politiques de relance entre États.

Finalement, les finances de César sont désastreuses, si bien qu’il ordonne la fin de l’aide au menhir gaulois. La bulle éclate, et comme elle occupait nombre de travailleurs, l’économie romaine toute entière s’effondre, alors qu’on détruit la dette publique à coup d’inflation.

En vrac

Le Powerpoint antique, livré avec son diplômé Grande Ecole

Après une revue de la trame principale à la lumière de la théorie keynésienne et de ses imperfections, diverses remarques sur d’autres éléments de nature socio-économique.

  • Goscinny a inventé le principe du Powerpoint™, et par la même le concept du consultant en pipologie, plus de 10 ans avant Microsoft
  • Vous trouverez à la page 36 une introduction au marketing rappelant deux principes clés de cette activité : répéter et répéter encore jusque ce qu’à ça rentre, et surtout créer une angoisse sociale à ne pas posséder le produit…
  • Peut-être Goscinny cherche-t-il aussi dans cet album à critiquer les économies mono-produits qui, mettant tous leurs menhirs dans le même chariot, sont fortement exposées aux variations de prix.
  • Et enfin, un problème bien connu de notre beau pays : donner des aides, c’est toujours très bien ; retirer la moindre d’entre elle, et les irréductibles gaulois sont dans la rue !
Et surtout ne pas toucher aux acquis sociaux!

Dans la série des articles sur John Maynard Keynes et le keynésianisme,voir aussi « Keynes, Hors-la-loi ? ».


Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Une petite vidéo, Astérix; Obélix et les fonctionnaires:
    –>

  • Ce ne sont pas les gaulois qui sont irréductibles, mais les aides !

  • Après lecture de la BD, très bon article. Sur une très bonne BD, effectivement pédagogique, à condition de connaître par avance les principes du keynésianisme et ses prétentions.

  • Dommage d’avoir prix l’oeuvre par le mauvais bout. Si l’industrie du menhir constitue une politique de relance par la dépense publique, c’est du point de vue de l’empire romain, pas de celui du village.

    Du point de vue du village, c’est tout comme si la carrière de menhirs s’était transformée en mine d’or, pas plus. Un filon à durée de vie limitée mais dont on refuse d’envisager la fin en se focalisant sur le profit à court terme. C’est bien plus une critique (volontaire ou pas) de la société industrielle, et des dérives que ça peut causer dans le tiers monde.

    En tout cas, merci à l’auteur pour m’avoir permis de regarder cette oeuvre différemment, même si mon interprétation est au final opposée ^^

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Keynes
0
Sauvegarder cet article

 

L’économiste Claude Sicard vient de publier une étude montrant, graphiques à l’appui, que la politique française visant à corriger les inégalités a pour effet de plomber l’industrie et de réduire le PIB par habitant.

La réduction n’est pas l’épaisseur du trait, c’est un facteur de 1 à 2 sur cinquante ans si on observe les parcours relatifs de la France et de la Suisse.

Quand on entend nos ministres proclamer leur volonté de défendre l’industrie, comme Bruno Le Maire vient de le faire cette semaine avec le « pacte produc... Poursuivre la lecture

Le 5 mai dernier, nous avons appris le décès de l’économiste Axel Leijonhufvud, né le 6 septembre 1933 à Stockholm. Il est catalogué comme faisant partie du courant néokeynésien, même si sa pensée était plus complexe que cette simple classification.

J'ai appris beaucoup sur la macro-économie ces (quasi) deux dernières années grâce à Axel Leijonhufvud, d'abord par l'intervalle de Steven Horwitz, George Selgin ou Michael Hoffman (et d'autres), puis en le lisant directement. Les travaux de Leijonhufvud restent cependant moins connus qu'il... Poursuivre la lecture

Astérix lire
0
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Le nouvel album des aventures d'Astérix, de Jean-Yves Ferri et de Didier Conrad, Astérix et le Griffon vient de paraître aujourd’hui. Nous y retrouvons le petit guerrier gaulois accompagné de son fidèle ami Obélix et son chien Idéfix et du druide Panoramix.

Cette nouvelle aventure se passe en terre sarmate, qui correspond aux actuelles Ukraine et Russie ; un territoire réputé pour y abriter des femmes guerrières ayant alimenté la légende des Amazones.

Cette sortie est une bonne occasion de nous rep... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles