À Gibraltar, on sait ce que veut dire être British

Les Gibraltariens sont attachés au « modèle anglo-saxon », c’est-à-dire qu’ils veulent vivre comme un peuple libre sous leurs propres lois

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

À Gibraltar, on sait ce que veut dire être British

Publié le 27 octobre 2011
- A +

Les Gibraltariens clament leur attachement au « modèle anglo-saxon », ce par quoi ils entendent qu’ils veulent vivre comme un peuple libre sous leurs propres lois.

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume-Uni

Les contemporains de Nelson considéraient comme acquis qu'il valait la peine de se battre pour la souveraineté.

À une époque où il est de bon ton de sous-estimer les victoires de nos pères, nous nous souvenons encore de Trafalgar comme d’un triomphe extraordinaire. Ce qui est plus difficile, après plus de deux siècles, est d’imaginer son extrême horreur. Il y avait plus de poids d’artillerie sur le H.M.S. Victory que dans toute l’armée de campagne de Wellington à Waterloo — et Victory était juste l’un des 60 vaisseaux de ligne à prendre part à cette sanglante journée.

Les tactiques peu orthodoxes de Nelson ont fonctionné : coupant à travers les lignes, il a soumis les vaisseaux ennemis à un feu continu sur leurs longueurs. Les flottes française et espagnole ont été anéanties, et la Grande-Bretagne a gagné la maîtrise totale des mers — à peu près au même moment où, à Austerlitz, Napoléon gagnait la maîtrise totale des terres. (Le prochain coup de Boney était la mise en place d’une sorte de proto-U.E., un bloc commercial fermé connu sous le nom de Système continental, le guidant ainsi vers sa ruine à long terme, mais c’est une autre histoire).

Quel meilleur endroit pour célébrer la Journée de Trafalgar que dans le plus ostensiblement fidèle de tous les royaumes et possessions de Sa Majesté, Gibraltar — où le H.M.S. Victory boitait après la bataille, transportant la dépouille de Nelson, conservée dans un baril de brandy, de camphre et de myrrhe.

Gibraltar a eu une représentation au Parlement Européen depuis 2004, et a voté massivement pour les Conservateurs à ses deux élections européennes, mais j’ai honte d’avouer qu’il m’a fallu jusqu’à aujourd’hui pour visiter ce petit bijou patriotique.

Il n’y a encore que trente ans, 60 pour-cent du PNB de Gibraltar provenait du ministère de la Défense. Aujourd’hui ce nombre est tombé à 6 pour-cent, et l’économie extraordinairement diversifiée du « Rocher » comprend des services financiers et des jeux en ligne. En se sevrant des dépenses gouvernementales, Gibraltar est devenu plus riche, plus heureux, et plus libre. Il n’y a pas de crise bancaire ici, pas de chômage structurel, pas de programme d’austérité ; le gouvernement continue de dégager de confortables excédents. En effet, la seule chose qui m’intrigue, est que le ministre en chef, Peter Caruana, qui a présidé à cette transformation depuis 1996, et qui est en lice pour sa réélection dans quelques semaines, ne devrait pas bénéficier de 99 pour-cent de taux d’approbation.

En discutant des misérables plans de l’U.E. concernant les règlements bancaires il y a quelques jours, Caruana a dit quelque chose d’émouvant sans le vouloir. Gibraltar a peu d’influence directe, m’a-t-il dit, et regarde vers Londres pour préserver « notre modèle anglo-saxon » de réglementation financière des imbroglios continentaux. De fait vraiment peu de Gibraltariens sont, au sens littéral, anglo-saxon. Les alliés et les mercenaires de la Grande-Bretagne se sont mêlés ici avec d’autres populations du littoral méditerranéen. Les sangs génois, maltais, portugais, juifs, britanniques, espagnols, et marocains se mélangent. Pourtant les Gibraltariens embrassent la notion de droit de propriété, de règlementation modérée, et d’État réduit – le « modèle anglo-saxon » – aussi fermement qu’ils embrassent la démocratie de Westminster, la primauté du droit, et les cabines téléphoniques rouges.

Chaque fois que je visite les avant-postes de l’anglosphère, je déborde de fierté et de tristesse. Fierté pour la manière dont nous avons exporté l’idée merveilleuse que les lois ne doivent pas être promulguées, ni les taxes prélevées, sauf par les représentants élus du peuple ; tristesse pour la façon dont nous avons abandonné cette idée à la maison. Les Gibraltariens diraient à n’importe qui qui le leur demande qu’ils veulent être britanniques, ce par quoi ils entendent qu’ils veulent vivre comme un peuple libre sous leurs propres lois. Avons-nous oublié ce que cela signifie ?

—-
Sur le web

Traduction : Éclipse pour Contrepoints.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les élections européennes de juin 2024 ont eu lieu. Aussitôt passée l’euphorie pour les uns, la déception pour les autres, ce fut le séisme politique en France, à travers l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le président de la République. Et la panique qui s’est aussitôt emparée de tous les états-majors, pressés de s’organiser par la proximité des nouvelles échéances. Quels constats ou réflexions peut-on brièvement en tirer ? Voici quelques-uns de ceux que je peux livrer à titre personnel.

 

Sur le plan des... Poursuivre la lecture

Moins de deux ans après avoir été très violemment attaqué au couteau par un jeune exalté lors d’une conférence qu’il s’apprêtait à donner, justement sur l’importance de préserver la sécurité des écrivains, Salman Rushdie revient sur cet événement et sur les temps qui ont suivi, à travers un livre, Le couteau.

 

Une attaque ignoble

La conférence de ce 12 août 2022 n’avait même pas commencé que l’écrivain, pour lequel aucune mesure de sécurité particulière n’avait été prévue, fut la cible de la course effrénée d’un jeune illu... Poursuivre la lecture

Boualem Sansal est un auteur connu à la fois pour son talent et pour son remarquable courage, lui qui a fait le choix de rester dans son pays, où il est pourtant censuré, menacé, et régulièrement insulté.

À travers cette fiction, qui avait fait beaucoup parler d’elle en 2015 à sa sortie, et pour laquelle il reçut le Grand prix du roman de l’Académie française, il dénonçait les dérives du radicalisme religieux et la menace que celui-ci représente pour les démocraties. Avec un titre en forme de clin d’œil à l’œuvre et l’esprit du très cé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles