Quelle leçon tirer de la faillite grecque?

Il faut laisser la Grèce non seulement cesser de rembourser sa dette, mais faire faillite.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Faillite Grèce

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quelle leçon tirer de la faillite grecque?

Publié le 20 octobre 2011
- A +

En cas de sauvetage grec, quelle incitation les plus mauvais élèves de cette classe de cancres qu’est la zone euro auraient-ils à faire quelque effort que ce soit? Pourquoi prendraient-ils le risque de graves troubles sociaux et politiques, alors qu’il leur suffit de s’en remettre au Messie franco-allemand?

Un article de Jérémie Rostan, publié sur le blog du Québéquois Libre

Il faut laisser la Grèce non seulement cesser de rembourser sa dette, mais faire faillite. Certes, la conséquence en serait, outre le choc terrible pour cette nation, une aggravation de la situation des autres pays très endettés du sud de l’Europe. Devant un tel précédent, les marchés ne leur prêteraient, en effet, plus qu’à des taux très élevés, tenant compte de lourdes primes de risque. D’où un risque d’effet domino, dit-on.

Paradoxalement, la probabilité serait alors plus grande que ces pays jettent l’éponge devant leur surendettement. D’où la nécessité de sauver la Grèce «à tout prix»? Non. Si la tragédie grecque devait faire s’effondrer ces autres châteaux de cartes fiscaux, eh bien il faudrait laisser faire, là encore.

D’une part, parce que l’argument inverse semble plus pertinent. Le spectre du dégât grec offrirait en effet aux gouvernements concernés une opportunité inespérée de faire avaler à leurs populations l’amère médecine requise. D’autre part, parce que l’alternative – subventionner la Grèce et adoucir sa chute – ne pourra avoir que de pires conséquences encore.

Quelle incitation les plus mauvais élèves de cette classe de cancres qu’est la zone euro auraient-ils en effet, dans ce cas, à faire quelque effort que ce soit? Pourquoi prendraient-ils le risque de graves troubles sociaux et politiques, alors qu’il leur suffit de s’en remettre au Messie franco-allemand?

Mais, dans ce cas, le mal serait bien plus terrible encore. Subventionner la Grèce coûtera cher. Pour la France, par exemple, plus cher même que le total de l’exposition des banques françaises à ces créances pourries – qu’elle leur remboursera sans aucun doute aussi, de toute façon. Et bien plus encore si cette première intervention en induit d’autres. Mais ce serait alors le coeur même de l’Europe qui verrait ses lignes de crédit se raréfier, et une crise se profiler.

Étant donnée l’importance du commerce transatlantique et la condition préoccupante de l’économie américaine, on peut à peine imaginer les répercussions à l’échelle mondiale, en particulier jusqu’en Chine, que l’on croyait le moteur de la croissance planétaire, mais qui pourrait bien s’avérer une vaste contrefaçon…À tout prendre, donc, des faillites en cascade le long de la Méditerranée semblent un moindre mal et une contagion tout à fait limitée. Plus encore si l’abandon de la Grèce fait office de rappel à l’ordre et à la réalité, évidemment.Quelle est finalement la leçon à tirer de toute cette histoire, qui est finalement celle de l’après-guerre, de l’économie mixte et de l’État-providence? Elle est si simple, on aurait dû la voir d’emblée, comme certains l’ont fait.

La vérité est qu’il n’est simplement pas possible de subventionner la protection sociale des classes moyennes. La redistribution peut bien financer un système d’assistance, c’est-à-dire un filet de sécurité, des minima en dernier recours, mais non pas un système d’assurance, c’est-à-dire des droits généralisés. Les classes moyennes doivent payer elles-mêmes – c’est-à-dire épargner – pour se prémunir contre la maladie, le chômage, ou encore la vieillesse. Et cela que ce soit par le biais d’un marché, ou bien d’un monopole public. «Taxer les riches», comme plusieurs le voudrait, est illusoire.

Aux États-Unis, par exemple, la seule protection sociale engloutit déjà 100% des recettes fiscales, et cela alors que le pire est à venir. Pour combler le déficit généré par le reste des dépenses publiques, il faudrait se résoudre à imposer à des taux confiscatoires jusqu’aux 25% des plus riches. C’est-à-dire recourir au suicide économique, qui n’est jamais un très bon moyen de se financer. Certes, le recours à l’endettement ne l’est pas non plus. On le voit aujourd’hui, comme on aurait dû le prévoir hier.

Le plus triste, évidemment, est qu’un système de protection sociale viable offrirait de meilleurs services, à des prix moins élevés, aux classes moyennes. Qui plus est, l’épargne de ces dernières financerait alors la croissance, au lieu d’être stérilement confisquée. La seule différence, en fait, est qu’un monopole public et le recourt à l’endettement permettent aux politiciens de faire de la protection sociale une marchandise électorale; et aux populations de croire au doux rêve socialiste de vivre, chacun, aux dépens de tous les autres.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • C’est assez curieux de constater que, lorsqu’on parle de taux d’imposition des personnes physiques, en comparant par exemple les taux entre pays, on exclu systématiquement les cotisations de sécurité sociale. Si on prend le cas de la Slovaquie, tant vantée pour sa flat tax à 19%, on oublie toujours de parler des cotisations de sécu slovaques, qui sont aussi élevées qu’ailleurs et dépassent lagement l’impôt (pratiquement le double). Il y a là quelque chose de machiavélique : des personnes que je qualifie d’intelligentes « oublient » leur cotisation de sécu, ignorent pratiquement que c’est un impôt comme un autre, et ne parlent que de leur taux d’imposition sur « le reste », déjà bien lessivé de plusieurs dizaines de pourcents.

    A titre d’exemple, le taux d’imposition aux Pays-Bas est très semblable à celui de la France ou de la Belgique. MAIS… S’il y a une cotisation de sécurité sociale (pension+chômage), elle est moindre dès lors que les remboursements de soins de santé ne sont PAS inclus ! Les salariés sont tenus de prouver qu’ils cotisent à une caisse privée, et c’est tout (et c’est nettement moindre). Ca fait une différence sensible ! En poussant le raisonnement plus loin, il me semble qu’il pourrait en être de même pour les pensions, afin de casser la pyramide de Ponzi mise en place tout à fait légalement (alors que Madoff pourrit en prison pour 90 ans…). De mémoire, je pense que le Chili a déjà mis en place un tel système pour les pensions.

  • Tout à fait d’accord : pour prendre l’exemple de la France, toutes cotisations incluses, patronales et salariales, près de la moitié de ce que notre employeur verse pour nous (le fameux salaire intégral) est ponctionné par l’URSSAF et les autres caisses de sécurité sociale obligatoires.

    C’est, et de loin, beaucoup plus que ce que l’état prélève en impôts directs et indirects.

    Et bien entendu, les seuls (là j’exagère, la CSG/CRDS est aussi payée sur les autres revenus) qui payent sont les salariés (puisqu’au final les employeurs intègrent tout cela dans les salaires qu’ils versent à leurs salariés) alors qu’ils n’en bénéficient pour ainsi dire pas (et ne me faites pas rire en me disant qu’on paye pour notre retraite, nous savons pertinement, tous, que la sécu aura fait faillite d’ici là).

    En gros, nous finançons l’assurance sociale de ceux qui sont actuellement à la retraite/en maladie/… mais nous n’en bénéficieront pas nous même… ça c’est ce que j’appelle de la solidarité inter-générationnelle… qui ne va malheureusement que dans un seul sens.

  • Et pire : si je cotise à une caisse privée pour ma retraite, ou que j ‘ épargne, l ‘ état va encore m ‘ en voler une partie en taxes diverses …
    Si je cotise à une mutuelle, idem : mon effort individuel est massacré encore une fois par l’ état !
    C ‘ est à se les mordre … 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Lacalle. Un article du Mises Institute.

La faillite de la société immobilière chinoise Evergrande est bien plus qu'un "Lehman chinois". Lehman Brothers était beaucoup plus diversifié qu'Evergrande et mieux capitalisé. En fait, le total des actifs de l'entreprise chinoise au bord de la faillite est supérieur à la totalité de la bulle des subprimes aux États-Unis.

Le problème d'Evergrande est qu'il ne s'agit pas d'une anecdote, mais d'un symptôme lié à un modèle fondé sur une croissance à effet de levier et cher... Poursuivre la lecture

La Grèce
0
Sauvegarder cet article

Par Antonis Giannakopoulos. Un article de Mises Institute

L’économie grecque a enregistré une chute record de 14 % au deuxième trimestre de 2020 et ce tandis que les efforts du gouvernement pour « assainir » l’économie dirigent le pays vers le franchissement de seuil de 200 % du ratio dette/PIB, comme prévu par le FMI. Pendant ce temps, les déficits budgétaires du gouvernement ont atteint de nouveaux sommets, environ 7 %.

La réponse gouvernementale à la récession

Le gouvernement grec a tenté de lutter contre la crise économique ... Poursuivre la lecture

Par l'Iref-Europe.

Geopolitical Intelligence Service (GIS) et l'Institut de Recherches Économiques et Fiscales (IREF) proposent un webinar en français ce mercredi 28 octobre à 16 heures avec comme orateurs le Prince Michael de Lichtenstein et le professeur Enrico Colombatto (responsable de l'IREF).

Le panel s'exprimera pendant une quarantaine de minutes et les questions et commentaires des participants suivront.

Après la crise financière et la crise de l'euro, la crise sanitaire est venue aggraver la dépendance de nombre ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles