Les fils de la « pinata »

Les gouvernants cubains sont en train de distribuer à leur convenance des locaux à louer, des autos, des entreprises, des maisons

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les fils de la « pinata »

Publié le 15 octobre 2011
- A +

Les gouvernants cubains sont en train de distribuer à leur convenance des locaux à louer, des autos, des entreprises, des maisons.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba

Photo : Orlando Luis Pardo Lazo

Je me souviens des fêtes enfantines qui finissaient en bousculades parmi les rires de ceux qui voulaient attraper un caramel ou un cadeau. Les « pinatas » en forme de paillasse, de bateau ou à l’image d’un personnage de dessin animé étaient la partie la plus amusante de tous les anniversaires. Mais le temps est passé et ce ne sont ni les bonbons ni les ballons, mais les propriétés que l’on distribue aujourd’hui dans ce pays. À la manière des sandinistes au Nicaragua ou des hiérarques du PCUS en Russie, les gouvernants cubains sont en train de distribuer à leur convenance des locaux à louer, des autos, des entreprises, des maisons.

Hier la publication du décret 292 relatif à la transmission de la propriété des véhicules à moteur a été le point d’orgue d’une attente de plusieurs décennies. Pendant trop longtemps se procurer une voiture a été une affaire de prébende qui passait par l’inconditionnalité idéologique. Aujourd’hui on a ajouté une pincée de cet ingrédient dénommé « marché » à un mécanisme normalisé au milieu du siècle dernier. Pourtant même avec cette réforme législative, il sera seulement permis à la grande majorité des citoyens d’acquérir une automobile d’occasion, ce qui à Cuba signifie des véhicules de plus de quinze ans, en particulier des Lada, des Fiat polonaises ou des Moskvitch qui étaient commercialisées autrefois au travers de la méritocratie. Quelques véhicules modernes pour le service de l’État seront vendus à ceux qui satisfont aux critères stricts d’appartenance à une institution et de démonstration d’une fidélité sans faille au Gouvernement. Et ceux qui sont parfaitement neufs et récemment importés seront destinés à une élite révolutionnaire ayant en poche un argent sanctifié par les canaux officiels. Conduire une Citroën rutilante ou une Peugeot de l’année dernière restera le signe d’appartenance au pouvoir.

Un autre détail révélateur de cette résolution est l’emphase donnée dans ses pages au concept de « sortie définitive » pour ceux qui s’installent à l’étranger. Si comme l’a dit Raoul Castro lui-même, nous sommes acculés à une réforme migratoire, quelle serait la portée de celle-ci si elle ne prévoyait  pas de dérogation pour cette catégorie tellement mise à l’opprobre ? Ceux qui partiront ne pourront pas non plus vendre leurs voitures avant de partir, juste les laisser à leurs parents les plus proches. La pénalisation de l’émigration reste donc effective. Mais le plus préoccupant est la l’organisation déjà visible de la « pinata », la mise en scène de la répartition entre égaux, matérialisée par ces voitures sorties de leur utilisation touristique ou commerciale qui seront vendues à des gens triés sur le volet. Nul doute que l’existence d’un tel mécanisme alimentera la corruption, le « socialisme », et mettra entre les mains des sympathisants du Gouvernement les fils les plus gros au moment où il faudra tirer à l’unisson. Il ne fait aucun doute  qu’à cette fête qu’ils ont déjà commencé à préparer, tous les cubains ne seront pas invités.

—-
Sur le web

Traduction : Jean-Claude Marouby

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Pitoyable ! De chez Pitoyable !! Combien de « clowns » et de « marionnettes » vont encore faire leur loi dans ce monde ! Depuis quand la valeur d’un Homme, passe par son statut dans la société ! Quelle misère..

    Nb: un grand merci à toutes ces personnes qui traduisent.. merci jean-claude

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France vise la neutralité carbone en 2050 afin de lutter contre le réchauffement climatique. La certitude que l’on peut avoir est que l’exploitation des énergies fossiles qui a permis la croissance des moyens de production alimentaire et du confort de vie ne pourra perdurer que dans la limite de l’existence de ces ressources.

D’après l’ADEME, 47 % de l’énergie produite est consommée par les ménages à des fins domestiques (éclairage, chauffage, cuisine, hygiène) mais la majeure partie est constituée par le chauffage et le cas échéant... Poursuivre la lecture

La Commission européenne a dévoilé son sixième paquet de sanctions envisagées contre Moscou visant à tarir le financement de la guerre contre l'Ukraine. Bruxelles entend mettre un terme aux transactions immobilières avec les citoyens, résidents et sociétés russes.

La proposition vise à mettre fin aux transactions immobilières avec des citoyens, des résidents et des sociétés russes - interdisant la vente ou le transfert, directement ou indirectement, de « droits de propriété sur des biens immobiliers situés sur le territoire de l’Union ... Poursuivre la lecture

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles