Les fils de la « pinata »

Les gouvernants cubains sont en train de distribuer à leur convenance des locaux à louer, des autos, des entreprises, des maisons

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les fils de la « pinata »

Publié le 15 octobre 2011
- A +

Les gouvernants cubains sont en train de distribuer à leur convenance des locaux à louer, des autos, des entreprises, des maisons.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba

Photo : Orlando Luis Pardo Lazo

Je me souviens des fêtes enfantines qui finissaient en bousculades parmi les rires de ceux qui voulaient attraper un caramel ou un cadeau. Les « pinatas » en forme de paillasse, de bateau ou à l’image d’un personnage de dessin animé étaient la partie la plus amusante de tous les anniversaires. Mais le temps est passé et ce ne sont ni les bonbons ni les ballons, mais les propriétés que l’on distribue aujourd’hui dans ce pays. À la manière des sandinistes au Nicaragua ou des hiérarques du PCUS en Russie, les gouvernants cubains sont en train de distribuer à leur convenance des locaux à louer, des autos, des entreprises, des maisons.

Hier la publication du décret 292 relatif à la transmission de la propriété des véhicules à moteur a été le point d’orgue d’une attente de plusieurs décennies. Pendant trop longtemps se procurer une voiture a été une affaire de prébende qui passait par l’inconditionnalité idéologique. Aujourd’hui on a ajouté une pincée de cet ingrédient dénommé « marché » à un mécanisme normalisé au milieu du siècle dernier. Pourtant même avec cette réforme législative, il sera seulement permis à la grande majorité des citoyens d’acquérir une automobile d’occasion, ce qui à Cuba signifie des véhicules de plus de quinze ans, en particulier des Lada, des Fiat polonaises ou des Moskvitch qui étaient commercialisées autrefois au travers de la méritocratie. Quelques véhicules modernes pour le service de l’État seront vendus à ceux qui satisfont aux critères stricts d’appartenance à une institution et de démonstration d’une fidélité sans faille au Gouvernement. Et ceux qui sont parfaitement neufs et récemment importés seront destinés à une élite révolutionnaire ayant en poche un argent sanctifié par les canaux officiels. Conduire une Citroën rutilante ou une Peugeot de l’année dernière restera le signe d’appartenance au pouvoir.

Un autre détail révélateur de cette résolution est l’emphase donnée dans ses pages au concept de « sortie définitive » pour ceux qui s’installent à l’étranger. Si comme l’a dit Raoul Castro lui-même, nous sommes acculés à une réforme migratoire, quelle serait la portée de celle-ci si elle ne prévoyait  pas de dérogation pour cette catégorie tellement mise à l’opprobre ? Ceux qui partiront ne pourront pas non plus vendre leurs voitures avant de partir, juste les laisser à leurs parents les plus proches. La pénalisation de l’émigration reste donc effective. Mais le plus préoccupant est la l’organisation déjà visible de la « pinata », la mise en scène de la répartition entre égaux, matérialisée par ces voitures sorties de leur utilisation touristique ou commerciale qui seront vendues à des gens triés sur le volet. Nul doute que l’existence d’un tel mécanisme alimentera la corruption, le « socialisme », et mettra entre les mains des sympathisants du Gouvernement les fils les plus gros au moment où il faudra tirer à l’unisson. Il ne fait aucun doute  qu’à cette fête qu’ils ont déjà commencé à préparer, tous les cubains ne seront pas invités.

—-
Sur le web

Traduction : Jean-Claude Marouby

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Pitoyable ! De chez Pitoyable !! Combien de « clowns » et de « marionnettes » vont encore faire leur loi dans ce monde ! Depuis quand la valeur d’un Homme, passe par son statut dans la société ! Quelle misère..

    Nb: un grand merci à toutes ces personnes qui traduisent.. merci jean-claude

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L'économie planifiée connaît un nouveau regain d'intérêt. Les défenseurs de la protection du climat et les anticapitalistes exigent que le capitalisme soit aboli et remplacé par une économie planifiée. Sinon, disent-ils, l'humanité n'a aucune chance de survie.

En Allemagne, un livre intitulé Das Ende des Kapitalismus (La fin du capitalisme) est un best-seller et son auteur, Ulrike Hermann, est devenue une invitée régulière de tous les talk-shows. Elle promeut ouvertement une économie planifiée, bien que celle-ci ait déjà échoué une foi... Poursuivre la lecture

La gauche a besoin d’une idéologie, contrairement à la droite. Elle prétend en effet penser le devenir des sociétés et instaurer la justice, principalement par l’égalité. La droite agit avec pragmatisme, en tenant compte rationnellement des contraintes du réel mais elle n’éprouve pas le besoin de dessiner un idéal à atteindre. La gauche est plutôt idéaliste, la droite plutôt réaliste.

Un idéal à atteindre suppose une construction intellectuelle plus ou moins ambitieuse qui détermine la voie à suivre. C’est là que les difficultés commen... Poursuivre la lecture

oxfam
10
Sauvegarder cet article

Cela faisait longtemps que l’on n’avait plus entendu parler d’Oxfam.

L’ONG britannique sort à peine d’une série de scandales qui ont grandement entamé sa crédibilité mais la prochaine mobilisation sur la réforme des retraites présentait une trop belle occasion pour qu’elle tente à nouveau de faire parler d’elle. Et comme d’habitude, Oxfam aura mis les pieds dans le plat en prétendant que « taxer la fortune des milliardaires français à hauteur d’à peine 2 % permettrait de financer le déficit prétendument hors de contrôle des retraites »... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles