Réduire les coûts du parlement européen

Le parlement européen gaspille près d’un demi-milliard d’euros dans sa bureaucratie

Ce 12 octobre, deux eurodéputés ont vivement critiqué le parlement européen qui dépense sans compter alors que presque tous les gouvernements européens doivent se serrer la ceinture.

Geoffrey Van Orden, eurodéputé conservateur britannique, et Derk Jan Eppink, eurodéputé belge, tous deux membres de New Direction (un think tank de centre-droit basé à Bruxelles), ont rendu public leur rapport d’étude intitulé Ending Excess: Cutting the Costs of the European Parliament. Ils y indiquent qu’en contraste avec les mesures d’austérité prises par des gouvernements européens pour réduire la dette et promouvoir la croissance, le parlement européen réclamait son propre budget.

Dans ce rapport, Van Orden et Eppink ont avancé des propositions concrètes qui pourraient permettre de réduire le budget du parlement européen de €400 millions, c’est-à-dire près de 24% du total, sans porter atteinte aux fonctions clés de cette institution. Lors de la conférence de presse tenue à Bruxelles, Van Orden a attribué le gonflement des dépenses du parlement européen à l’inflation massive de sa bureaucratie. Depuis 2004, le personnel du parlement est passé 3.946 personnes à 6.245, alors que celui des eurodéputés n’a augmenté que de quatre, de 732 à 736. Un millier de fonctionnaires de haut rang du parlement gagnent de manière disproportionnée plus que les eurodéputés, alors que, par exemple en Grande-Bretagne, dans la Chambre des Communes , seuls 83 fonctionnaires de haut rang gagnent plus que les députés. Pour Eppink, la chose est claire : si le parlement européen ne coupe pas dans les dépenses excessives, il perdra toute la confiance des électeurs qui, eux, doivent réduire leurs besoins essentiels.

Van Orden et Eppink ont proposé des coupes dans les domaines suivants :

– Chaque année, au moins €100 millions sont dépensés dans la traduction de documents, dont €90 millions pour des documents préparatoires. La réduction des langues destinées aux documents préparatoires à cinq ou six permettrait d’économiser annuellement €40 millions, sans avoir d’impact sur le travail du parlement européen.
– Suppression d’un nouveau musée « Maison de l’histoire européenne » qui coûte plus de €150 millions.
– Réduction des dépenses annuelles de €44 millions pour les 34 bureaux de l’information qui emploient 200 personnes dans chaque État membre.
– Le parlement européen loue ou possède maintenant 63 bâtiments, soit le double du nombre de l’an 2002. En septembre dernier, il a décidé d’acheter un autre bâtiment à Strasbourg en France pour €6,7 millions et de le rénover à hauteur de €9,2 millions. Les bureaux d’eurodéputés seront réaménagés au prix de €30 millions. Van Orden et Jan Eppink demandent au parlement européen de réduire sa surface occupée de 10% d’ici trois ans, pour économiser €25 millions par an.
– Gel des salaires des eurodéputés au niveau actuel de €93.685 par an, réduction de 10% des différents avantages pour les eurodéputés.
– Fermeture du second siège du parlement européen à Strasbourg pour économiser au moins €200 millions d’euros chaque année.