La Floride abroge ses lois de zonage

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Floride abroge ses lois de zonage

Publié le 13 octobre 2011
- A +

Une brève de Vincent Bénard

L’État de Floride est le premier (parmi ceux qui s’en étaient dotés) à abroger ses lois obligeant toute commune à se doter de zonages contraignants, également appelés « smart growth policies » aux USA. Fondant son avis sur de nombreuses recherches académiques, aux USA comme à l’étranger, l’État estime que cette obligation a artificiellement maintenu l’offre foncière nettement en dessous de la demande, provoquant une explosion des prix en sommet de bulle, suivie d’une chute tout aussi brutale. Même le (très gros) think tank de centre gauche Brookings, autrefois partisan inconditionnel des smart growth policies, sans renier totalement ces politiques, reconnait aujourd’hui leur rôle dans la formation de la bulle immobilière.

Le gouverneur de Floride veut supprimer les goulots d’étranglement foncier pour éviter qu’une telle bulle se reforme à nouveau dans les années à venir, bulle dont les effets sur l’économie de l’État ont été dévastateurs.

Les communes ne seront pas obligées d’abandonner leurs « smart growth plans » existants, mais pourront le faire et les remplacer par des politiques bien plus libérales. L’État espère ainsi susciter une compétition d’offre foncière, et empêcher de ce fait les prix de remonter lorsque l’économie repartira.

Politiquement, il est bien joué de faire passer une telle provision législative lorsque les prix sont tombés assez bas, crise oblige: la résistance des propriétaires craignant pour la valeur de leur logement est ainsi grandement réduite.

Lire l’article de Wendell Cox expliquant plus en détail les tenants et aboutissants de cette décision.

—-
Voilà qui change du Malthusistan dont je vous parle par ailleurs.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles