Folie monétaire : le retour de la planche à billets

La Banque d’Angleterre a décidé de rebrancher la planche à billets : £75 milliards seront injectés dans l’économie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
planche à billets

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Folie monétaire : le retour de la planche à billets

Publié le 9 octobre 2011
- A +

La Banque d’Angleterre a décidé de rebrancher la planche à billets.

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume-Uni

Selon la BBC, la Banque d’Angleterre a décidé « d’injecter £75 milliards de plus dans l’économie ». Saviez-vous que c’était si facile ? Je veux dire par là: pourquoi ne pas injecter £500 milliards ? Ou un trilliard. Dans la logique de la BBC, nous serions la nation la plus riche de la planète.

Je ne parviens pas à croire que je sois obligé de l’écrire, et pourtant il faut l’affirmer : rien de nouveau ne sera fabriqué, inventé ou développé en résultat direct de ces folies monétaires. Il n’y aura pas de nouveaux services disponibles, on ne créera pas de nouvelles entreprises. En revanche, l’argent déjà en circulation – l’argent de nos comptes bancaires, du fond de nos poches ou sous nos matelas – perdra de la valeur. En d’autres termes, le gouvernement se sert sur le compte de votre épargne  et, ce faisant, entrave la productivité, réduit les incitations au travail et affaiblit la compétitivité de l’économie britannique.

C’est précisément ce que la Banque d’Angleterre dit sur son site internet:

La stabilité monétaire est l’un des deux corps de métier de la Banque d’Angleterre. La stabilité monétaire signifie la stabilité des prix – une inflation faible – et la confiance dans la monnaie. La stabilité des prix est définie par le taux d’inflation que le gouvernement s’est fixé et que la Banque centrale cherche à remplir à travers des décisions prises par le Comité de politiques monétaires.

L’objectif d’inflation du gouvernement est de deux pour cent ou moins. La Banque d’Angleterre n’a pas réussi à atteindre cet objectif durant les cinq dernières années, période durant laquelle ses prévisions se sont avérées massivement et systématiquement mauvaises. Et pourtant, le chancelier a décidé de confier le futur de notre économie à ces même gens qui l’ont menée dans cette impasse.

Si je devais imprimer des billets de contrefaçons de £20 pour acheter des biens, j’accomplirais une fraude, en ce sens que j’achèterais des choses qui possèdent une valeur réelle avec quelque chose produit magiquement à partir de rien. Pourtant, quand une banque centrale fait la même chose, les économistes demi-savants qui dominent nos universités et nos stations de télévision hochent la tête d’un air approbateur et marmonnent des clichés sur les « relances de la demande ».

Pour l’amour du ciel, vous ne pouvez pas continuer à stimuler la demande sans rien produire. C’est précisément ce qui nous a mis dans ce pétrin en premier lieu.

—-
Sur le web.

Traduction: JATW pour Contrepoints.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Mr Hannan va bientôt exiger le rattachement de la GB à l’euro, pour empêcher les politiciens britanniques de spolier leur population.

    Les britanniques doivent désormais choisir, à l’instar des populations continentales, entre l’endettement suicidaire de l’Etat providentiel ou le retour à la bonne gestion de l’Etat régalien minimal.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La succession de crises majeures bouscule les économistes, stimule la concurrence des récits proposés, et invite à prendre position sur certains sujets clivants.

Cet article retient trois questions majeures qui divisent les plus grands penseurs, mais qui pourraient être éclairées à la lumière des évènements récents : quelle est la nature de la croissance économique à long terme ? Quelles politiques nos gouvernants doivent-ils mener ? Quel monde idéal ?

 

Quelle est la nature de la croissance économique à long terme ? Poursuivre la lecture

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Le gouvernement doit chaque année résoudre un problème récurrent : le budget.

Il consiste à faire correspondre une liste de dépenses prévues, ordinairement classées dans l’ordre des ministères qui les présentent à l’approbation des parlementaires, avec une liste d’impôts et de taxes. Les gouvernements n’ont en effet aucun autre moyen que ces deux instruments pour se procurer de l’argent.

Depuis plus de 40 ans néanmoins, devant la difficulté d’équilibrer ses comptes, le gouvernement a fait appel au crédit. Comme chacun le sait, c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles