La politique, c’est l’inaction au service d’une vision court-termiste

Élus locaux et nationaux n’ont qu’une vue très court-termiste de leur pays et de leurs responsabilités

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La politique, c’est l’inaction au service d’une vision court-termiste

Publié le 26 septembre 2011
- A +

Élus locaux et nationaux n’ont qu’une vue très court-termiste de leur pays et de leurs responsabilités.

Par Aurélien Véron

Si le personnel politique déployait autant d’effort à assainir les finances publiques et à consolider la construction européenne qu’à aider ses « amis » pour s’assurer des financements occultes, nous n’en serions pas là où nous en sommes. Mais voilà, il n’a rien vu venir, ne comprend toujours pas l’enjeu 3 ans après le début de la crise… et ne fait rien de tangible pour se préparer à la tornade alors que le tocsin sonne partout autour de nous. Nous constatons une fois de plus la primauté du court-terme du monde politique. Et voilà que c’est au tour de la France , pour le moment au travers de ses banques, d’être attaquée par des marchés inquiets. Pour le Harry Potter de Bercy, tout va bien (madame la marquise…).

C’est ce même défaut qui a poussé de nombreux maires à surendetter leur ville. Mais ce qui est bien pire, c’est qu’ils n’ont pas hésité à se lancer dans des montages sophistiqués reposant sur le cours du yen, du franc suisse ou je ne sais pas quoi encore. Mêmes les élus communistes ont contracté de tels prêts complexes. Ils plaident aujourd’hui l’incompétence alors qu’ils n’ont cessé de jouer les experts dans tous leurs domaines de compétence en disposant de budgets considérables. L’attrait de ces montages était simple : payer moins d’intérêt dans l’immédiat, afin de reporter sur les mandats suivants le risque (faible) sous-jacent et le poids réel des intérêts. Le télescopage général de surendettements publics a abouti à déclencher ce qui ne devait statistiquement jamais avoir lieu, mettant à mal les finances de ces villes dispendieuses.

Nous le constatons clairement aujourd’hui : élus locaux et nationaux n’ont qu’une vue très court-termiste de leur pays et de leurs responsabilités. Les Français vont en payer très durement le prix dans les années à venir, que ces maires et autres personnalités soient reconnues incompétents sur le plan financier (ce que nous savons, mais que la justice devra confirmer dans les affaires qui les opposent à Dexia, la banque semi publique des collectivités locales) ou non.

—-
Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Serge Houdbine et Michel Gay.

Un article publié le 13 avril 2022 dans le journal régional, Le courrier de l’Ouest, (appartenant au groupe Ouest France) relaie le discours du Syndicat France énergie éolienne (FEE) représentant les promoteurs et exploitants des éoliennes.

D’où vient l’argent magique ?

Selon eux, « le solaire et l'éolien c'est du pouvoir d'achat » et les énergies dites vertes grossiraient désormais le budget de la France.

Sans vergogne, en ces temps de campagne électorale, ils appellent l’État à en faire... Poursuivre la lecture

Par Finfrog.

Finfrog a conduit avec l’Ifop une enquête auprès des Français qui gagnent moins de 2000 euros par mois. Hausse des prix, gestion du budget, renoncement… Quel est l’état d’esprit et la réalité de ces Français ?

Gagner moins de 2000 euros par mois, le quotidien de 40 millions de Français

Si ce seuil symbolique regroupe une multitude de situations qui ne relèvent pas toutes de la précarité, il convient de s’interroger quant à l’état d’esprit et au vécu de ces Français, qui, à défaut d’être forcément pauvres, ne ... Poursuivre la lecture

Incroyable déclaration d’Emmanuel Macron devant les journalistes convoqués la semaine dernière pour assister à la présentation de son programme présidentiel pour 2022-2027 :

Qu’on regarde le quinquennat qui s’achève ! Ce que j’ai fait n’a jamais existé dans notre histoire politique contemporaine.

Pour la modestie, on repassera. Mais puisque M. Macron nous y invite si aimablement, tout en esquivant la confrontation directe avec ses concurrents autant que les pratiques de la Vème République le lui permettent, jetons un œil sur l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles