Édition spéciale : La Grève en librairie !

Analyses, témoignages, interviews : dossier complet à l’occasion de la sortie de l’ouvrage d’Ayn Rand

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La Grève (Crédits : Les Belles Lettres, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Édition spéciale : La Grève en librairie !

Publié le 22 septembre 2011
- A +

Édition spéciale : La Grève en librairie !

Nous ne vous informons pas de l’existence d’un préavis de grève déposé par les syndicats des libraires. Mais de la sortie, aujourd’hui 22 septembre 2011, de la traduction française de l’un des ouvrages les plus vendus au monde. Il s’intitule sobrement La Grève. A une couverture métallisée. A été écrit il y a déjà fort longtemps par une immigrée russe du nom d’Ayn Rand. A été traduit par Sophie Bastide-Foltz.

Cette publication française est une événement de taille pour ce livre monument, que les Américains déclarent être l’ouvrage qui les a le plus influencé après la Bible.  Acheter sur Amazon

Le thème de La GrèveAtlas Shrugged en version originale (la Révolte d’Atlas, littéralement : « Atlas haussa les épaules » – pour faire tomber le monde qu’il portait sur ses épaules), met en avant la pensée rationnelle et indépendante comme moteur du monde (d’après l’auteur elle-même : « le rôle de l’esprit humain dans la société »).

Dans ce livre, écrit en 1957, les « hommes de l’esprit » (scientifiques indépendants, entrepreneurs honnêtes, artistes individualistes, travailleurs consciencieux) disparaissent mystérieusement, provoquant crises et catastrophes. Celui qui les entraîne dans cette « grève », dans ce retrait à l’écart d’une société de plus en plus collectivisée et règlementée, est John Galt, héros randien type, à la fois entrepreneur, philosophe et grand savant, qui a inventé un nouveau moteur extraordinaire, mais a refusé de le développer (on raconte que sa référence implicite était Nikola Tesla, grand savant serbe de Croatie et grand entrepreneur aux États-Unis, promoteur du courant alternatif).

Vous saurez tout sur John Galt ici. Un guide de lecture vous aidera à vous y retrouver entre tous ces personnages.

En l’absence de ceux qui supportent le monde (tel le légendaire titan grec Atlas), la société s’écroule. Le morceau de bravoure du roman est le long discours de John Galt (plusieurs dizaines de pages, que vous retrouverez en intégralité) dans lequel il explique le sens de son combat. Il faut savoir que Wikipédia, Amazon, Facebook, sont des sociétés créées par des disciples d’Ayn Rand, qui ont eu la révélation à la lecture de La Grève.

Depuis une quinzaine de jours, nous avons lancé un jeu-concours autour de John Galt, relayant en cela un buzz déjà bien présent sur internet. Nous ouvrons les colonnes de Contrepoints à divers intellectuels libéraux qui, de tous horizons, nous font part de leur expérience à la lecture de La Grève. Alain Laurent et Sophie Bastide-Foltz, respectivement éditeur et traductrice de l’œuvre, livrent leurs impressions ici.

Pour beaucoup, la lecture d’Atlas Shrugged a été une révélation intellectuelle, qui leur a permis de comprendre les ravages de la démocratie sociale interventionniste, de même que l’Archipel du Goulag de Soljénitsyne à l’égard du communisme. Lucilio affiirme même qu’il n’y a pas meilleur vaccin contre le socialisme. Les admirateurs de Rand se comptent par millions à travers le monde depuis ce livre. Certains sont même devenus des adeptes quasi fanatiques, ce qui a d’ailleurs fait l’objet de nombreuses critiques de la part de la communauté libertarienne. Un article signé Fabrice Copeau explique en quoi, pour toute une génération d’adeptes, cette œuvre fait figure de matrice indépassable.

Cette traduction sera la première traduction complète et autorisée du livre ; en effet, la première traduction officielle, en 1958-1959, n’avait pas reçu l’aval d’Ayn Rand qui la jugea de mauvaise qualité. Seuls deux volumes furent publiés sur les trois. Une traduction pirate avait également circulé sur Internet en 2009 mais de mauvaise qualité et non autorisée par les ayant droits.

Vous pouvez vous procurer le livre dès aujourd’hui sur Amazon.

Vous pouvez également lire la critique de la version anglaise que Contrepoints a publié en 2010, « un vaccin contre le socialisme », ou la présentation Wikibéral.

Cet ouvrage a également fait l’objet d’une adaptation cinématographique, sortie aux États-Unis le 15 avril dernier, et que nous avons évoquée. Bernard de Terwangne l’a même décrypté. Et les spectateurs l’ont commenté. Une autre adaptation cinématographique est d’ailleurs attendue, avec Brad Pitt et Angelina Jolie.

Les articles de notre Édition spéciale :

À lire pour parfaire votre connaissance de cet événement :

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gloria Alvarez, la passionaria libérale, dit tout et c’est dans Contrepoints ! Elle s’exprime pour la première fois en France, et c’est dans Contrepoints.

Gloria Alvarez est une jeune femme influente. Auteur de trois livres, conférencière très sollicitée, en Amérique Latine en Espagne ou aux USA, hyper active sur les médias sociaux avec 377 000 followers sur Twitter et 242 000 sur Instagram, elle est sans doute l'influenceuse libérale féminine numéro un dans le monde ! Elle prône le libéralisme dans tous les domaines. Liberté, frontièr... Poursuivre la lecture

Par Karel Beckman Traduit par Mathieu Chauliac, Institut Coppet.

Avant la publication par Hans-Hermann Hoppe de sa critique sans précédent de la démocratie dans Democracy The God That Failed en 2001, les libertariens ne considéraient pas l’analyse de l’idée de démocratie comme prioritaire. Il est probablement juste de dire qu’ils avaient tendance à la concevoir comme un système politique neutre, susceptible d’orienter une société dans la direction soit individualiste soit collectiviste. Les menaces représentées par le socialisme et le ... Poursuivre la lecture

Le titre du dernier ouvrage, considérable et remarquable de par l'ampleur et l'érudition, de Jean-Philippe Delsol, Civilisation et libre arbitre, peut paraître quelque peu sévère, mais réfléchissez-y, c'est là que tout se joue, s'est joué et continuera à se jouer, à moins que l'on n'interrompe la partie, qui est la nôtre et explique pourquoi l'Occident est différent.

Réfléchissons-y, car cela ne va pas de soi. Dit sans fard, la grandeur de notre civilisation réside dans l'idée que l'Homme dispose du pouvoir et de la liberté de penser e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles