Des économistes britanniques veulent supprimer la tranche d’imposition à 50%

Lettre ouverte à David Cameron par des économistes de premier plan.

Des économistes britanniques de premier plan ont cosigné une lettre ouverte au premier ministre britannique, David Cameron, demandant la suppression de la tranche d’imposition sur le revenu à 50% en raison des « dommages durables » que celle-ci fera subir à l’économie du pays:

We are concerned that Britain’s 50p income tax is doing lasting damage to the UK economy. It gives the UK one of the highest personal tax regimes in the industrialised world, making it less competitive internationally and making us less attractive as a destination for both foreign investment and talented workers.

La taxation à 50% fait du Royaume-Uni un des pays développés imposant le plus ses contribuables: La Suisse a un taux marginal de 11,5%, l’Espagne de 27,13%, les Etats-Unis de 35%, la France et le Japon de 40% et l’Irlande de 41%. Seuls les Pays-Bas sont plus hauts à 52% tandis que la Belgique est également à 50% de taxation marginale (Chiffres BBC).

A ce titre, elle a un impact particulièrement négatif sur le PIB, en faisant fuir ceux qui crée la richesse. Pour les signataires de la lettre ouverte, la taxation à 50% joue contre les plus pauvres, en diminuant les revenus fiscaux et donc en alourdissant le fardeau fiscal pesant sur eux. Une position défendue par Contrepoints dans nos articles sur la question (Vincent Bénard & Aurélien Véron)

Les économistes signataires de la lettre ouverte soulignent en particulier que le Royaume-Uni n’a toujours pas retrouvé ses niveaux de PIB d’avant 2008 et a chuté rapidement de la deuxième à la quatrième place du classement des pays d’accueil des investissements internationaux.

La démarche de ces économistes n’a rien de surprenant, les travaux économiques ayant montré que les plans de rigueur axés sur la hausse des impôts avaient toutes les chances de déboucher sur une récession. A l’inverse, les plans de rigueur axés sur la baisse des dépenses permettent généralement le retour à la croissance (voir notre précédent article). En France, dans le même temps, le gouvernement propose d’augmenter les taxes sur les hauts revenus. Comprenne qui pourra…

Le taux marginal à 50% a été mis en place par le Labour et non supprimé (à ce jour) par la coalition conservateur-Libdem au pouvoir. Les premiers signataires de la pétition, tels que publiés sur le site du Financial Times, sont:

  • DeAnne Julius, Chairman, Chatham House; former member, Monetary Policy Committee
  • Sushil Wadhwani CBE, Chief Executive, Wadhwani Asset Management; former member, Monetary Policy Committee
  • Bob Rowthorn, Emeritus Professor of Economics and Fellow of King’s College, University of Cambridge
  • Danny Quah, Professor of Economics, London School of Economics
  • Bridget Rosewell, Volterra Consulting
  • Paul Ormerod, Volterra Consulting
  • Mark Harrison, Professor of Economics, University of Warwick
  • Ronald MacDonald, Adam Smith Professor of Political Economy, University of Glasgow
  • Michael Ben-Gad, Professor of Economics, City University London
  • Prof Keith Pilbeam, Director of Business Economics, City University London
  • Anne Sibert, Professor of Economics, Birbeck College, University of London
  • Nick Bosanquet, Professor of Health Policy, Imperial College, University of London
  • Roger Bootle, Capital Economics
  • Patrick Minford, Professor of Applied Economics, Cardiff University
  • Kent Matthews, Head of Department, Cardiff University
  • Robert Mcnabb, Professor of Economics, Cardiff University
  • Panicos Demetriades, Professor of Economics, University of Leicester
  • Stephen Hall, Professor of Economics, University of Leicester
  • Gianni De Fraja, Professor of Economics, University of Leicester
  • Peter Sinclair, Professor of Economics