Des économistes britanniques veulent supprimer la tranche d’imposition à 50 %

Lettre ouverte à David Cameron par des économistes de premier plan.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des économistes britanniques veulent supprimer la tranche d’imposition à 50 %

Publié le 8 septembre 2011
- A +

Des économistes britanniques de premier plan ont cosigné une lettre ouverte au Premier ministre britannique, David Cameron, demandant la suppression de la tranche d’imposition sur le revenu à 50% en raison des dommages durables que celle-ci fera subir à l’économie du pays :

« We are concerned that Britain’s 50p income tax is doing lasting damage to the UK economy. It gives the UK one of the highest personal tax regimes in the industrialised world, making it less competitive internationally and making us less attractive as a destination for both foreign investment and talented workers.»

La taxation à 50 % fait du Royaume-Uni un des pays développés imposant le plus ses contribuables : la Suisse a un taux marginal de 11,5 %, l’Espagne de 27,13 %, les États-Unis de 35 %, la France et le Japon de 40 % et l’Irlande de 41 %. Seuls les Pays-Bas sont plus hauts à 52 % tandis que la Belgique est également à 50 % de taxation marginale (Chiffres BBC).

À ce titre, elle a un impact particulièrement négatif sur le PIB, en faisant fuir ceux qui créent la richesse. Pour les signataires de la lettre ouverte, la taxation à 50 % joue contre les plus pauvres, en diminuant les revenus fiscaux et donc en alourdissant le fardeau fiscal pesant sur eux. Une position défendue par Contrepoints dans nos articles sur la question (Vincent Bénard & Aurélien Véron)

Les économistes signataires de la lettre ouverte soulignent en particulier que le Royaume-Uni n’a toujours pas retrouvé ses niveaux de PIB d’avant 2008 et a chuté rapidement de la deuxième à la quatrième place du classement des pays d’accueil des investissements internationaux.

La démarche de ces économistes n’a rien de surprenant, les travaux économiques ayant montré que les plans de rigueur axés sur la hausse des impôts avaient toutes les chances de déboucher sur une récession. À l’inverse, les plans de rigueur axés sur la baisse des dépenses permettent généralement le retour à la croissance. En France, dans le même temps, le gouvernement propose d’augmenter les taxes sur les hauts revenus. Comprenne qui pourra…

Le taux marginal à 50 % a été mis en place par le Labour et non supprimé (à ce jour) par la coalition conservateur-Libdem au pouvoir. Les premiers signataires de la pétition, tels que publiés sur le site du Financial Times, sont :

  • DeAnne Julius, Chairman, Chatham House ; former member, Monetary Policy Committee
  • Sushil Wadhwani CBE, Chief Executive, Wadhwani Asset Management ; former member, Monetary Policy Committee
  • Bob Rowthorn, Emeritus Professor of Economics and Fellow of King’s College, University of Cambridge
  • Danny Quah, Professor of Economics, London School of Economics
  • Bridget Rosewell, Volterra Consulting
  • Paul Ormerod, Volterra Consulting
  • Mark Harrison, Professor of Economics, University of Warwick
  • Ronald MacDonald, Adam Smith Professor of Political Economy, University of Glasgow
  • Michael Ben-Gad, Professor of Economics, City University London
  • Prof Keith Pilbeam, Director of Business Economics, City University London
  • Anne Sibert, Professor of Economics, Birbeck College, University of London
  • Nick Bosanquet, Professor of Health Policy, Imperial College, University of London
  • Roger Bootle, Capital Economics
  • Patrick Minford, Professor of Applied Economics, Cardiff University
  • Kent Matthews, Head of Department, Cardiff University
  • Robert Mcnabb, Professor of Economics, Cardiff University
  • Panicos Demetriades, Professor of Economics, University of Leicester
  • Stephen Hall, Professor of Economics, University of Leicester
  • Gianni De Fraja, Professor of Economics, University of Leicester
  • Peter Sinclair, Professor of Economics
Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • La pratique récente des pays européens qui ont vécu le cauchemar socialo-communiste devrait faire réfléchir nos chers politiciens : la plupart de ces pays ont adopté la « flat tax » pour l’imposition des revenus. Ces peuples savent bien quel a été le résultat de dizaines d’années de doctrine socialiste et ont été plus pragmatiques que les idéologues illuminés qui nous gouvernent…

  • drole d’argumentaire, pourquoi les espagnols et les ricains payant moins d’impots que nous sont autant dans la merde alors, on peut savoir ?
    quand on voit l’indecence des revenus mirobolants de certains, on est en droit d’etre choqué je trouve.
    et puis plus de pouvoir d’achat pour acheter des produits étrangers ça sert à quoi ? l’objectif impérieux ne serait-il pas de reindustrialiser la france ?

    • Le niveau des impôts n’est qu’un des aspects de l’impasse social-démocrate : il y a aussi la dette publique. Le désendettement ne sera pas suffisant, il faudra aussi baisser les impôts. Vous n’avez pas fini d’être choqué (ou plutôt jaloux).

    • L’objectif impérieux c’est de rendre le travail français compétitif, c’est à dire de lui procurer le capital le plus abondant et d’en réduire le cout. Après, que ce travail se fasse dans l’industrie, les services ou même l’auto-production n’a plus d’importance.

    • C’est quoi cette obsession pathologique à avoir des zoos d’ouvriers pour faire pleurer les ménagères le soir au JT ?

  • A bubu

    « quand on voit l’indecence des revenus mirobolants de certains, on est en droit d’etre choqué je trouve. »
    D’accord,si ces revenus sont payés aux frais du contribuable (qui n’a pas donné son avis et est obligé de payer des impôts). Si ce n’est pas le cas, votre indignation ressemble plutôt à de la jalousie. Pourquoi certaines personnes n’ont pas le droit d’avoir des « revenus mirobolants » ? Cela n’empêche pas les autres de faire pareil s’ils ont l’intelligence et la volonté de travailler nécessaires.

    « et puis plus de pouvoir d’achat pour acheter des produits étrangers ça sert à quoi ? l’objectif impérieux ne serait-il pas de reindustrialiser la france ? »
    C’est du discours Le Pen – Besancenot pur jus ! Définissez-moi un « produit français » : la plupart des produits sont fabriqués avec des matières premières ou technologie ou main d’œuvre ou des machines en provenance de plusieurs pays. C’est le commerce international qui crée de la richesse et ceci a été démontré par plusieurs économistes depuis le XIX siècle. Les pays riches et développés sont précisément ceux qui ne se sont pas isolé.

  • Il est intéressant de constater que les pays européens qui ont adopté la flat tax ont pour la plupart une espérance de vie plus basse (autour de 70 ans) et qui augmente un peu moins vite que les pays européens qui ont un très haut taux d’imposition marginal (autour de 80 ans), alors qu’ils avaient pour la plupart une espérance de vie moyenne assez comparable dans les années 1970…

    • bien sur … d’ailleurs la natalité est corrélée à la production de choux et de roses…

      Vous avez d’autres conneries du même tonneau, qu’on rigole ?

    • Il est intéressant de constater que ces pays sortent d’une longue période de communisme qui a flanqué par terre leur espérance de vie, que les personnes qui meurent actuellement prématurément sont précisément celles qui ont subi le plus cette période enchantée du communisme et que les statistiques communistes des années 70 sont à prendre avec quelques pincettes.

      • Il est intéressant de constater que les libéraux, qui se disent pragmatiques et rejettent toute forme d’idéologie ou de modélisation globale au nom de la réalité concrète, sont aveugles et sourds dès qu’une minuscule parcelle de réalité vient contredire leur chère doctrine.

        L’espérance de vie a chuté dans tous les anciens pays communistes grosso modo juste après la chute du système. Par exemple, en Russie, elle était de 69 ans en 1988, de 68 ans en 1992 et de 64 ans en 1994.

        Je précise que je ne suis nullement une nostalgique des dictatures communistes. D’ailleurs, la corrélation entre l’espérance de vie (ou le niveau de santé) et la présence d’une fiscalité forte fonctionne également dans les pays de l’ouest.

        • « L’espérance de vie a chuté dans tous les anciens pays communistes grosso modo juste après la chute du système. »

          http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polit_0032-342x_1985_num_50_3_3494

          Pour éviter de sortir des balivernes.

          • Très intéressant, mais hors sujet: l’article ne parle pas de la période de la chute du communisme. Il aurait d’ailleurs bien du mal à le faire, vu qu’il date de 1985! Or, ce qui est frappant, c’est ce qui s’est passé après 1990. Aussi, pour éviter de sortir des baliverne, la prochaine fois, lisez au moins l’année de publication.

            Il est vrai qu’il y a eu une baisse légère mais continue de l’espérance de vie dans les années 1980 en Russie (et je dis bien en Russie: on ne l’observe pas ou très peu dans d’autres républiques de l’URSS: la Russie, république la plus peuplée, tire la moyenne de l’URSS vers le bas; on l’a observé dans d’autres pays, comme en Roumanie, mais je peux me tromper car je cite de mémoire). Mais ce qui est intéressant, c’est l’effondrement des années 1990-2000 (avec un pic au milieu et une nouvelle chute). Alors qu’on est sur une diminution de l’ordre d’1 an sur la décennie 1980, cela chute de 5 ans entre 1991 et 1994!

        • Et ne fonctionne pas dans d’autres pays (il suffira de regarder la liste des pays par espérance de vie pour s’apercevoir qu’il n’y a aucune corrélation entre niveau de taxation et niveau de vie) : bref, de l’esbroufe. D’autre part, vous n’avez aucun commentaire sur la fiabilité des statistiques sur la période soviétique ?

          Accessoirement, il y a pas mal d’endroits avec des flat-tax ou des systèmes de santé privés (HK, Singapour, p.ex) et pour lesquels l’espérance de vie est au-dessus de la France.

        • Dans la chute du mur, il est notoire qu’il y a eu une période de bordel économique profond, avec par exemple une division par deux du cheptel russe (et non, h16, ce n’était pas une simple remise à niveau réels de statistiques soviétiques gonflées), une explosion des trafics divers et pas mal d’autres maux qui se sont traduits par exemple par une émigration forte.
          Que ce bordel ait eu des conséquences démographique est logique. Le rapprocher et l’imputer à la flat taxe qui a été mise en place APRES, ça reste du crétinisme pur.

          Cela dit, l’espérance de vie est un indicateur de … rien du tout. On a le droit de vouloir bruler la chandelle par les deux bouts, de vivre vite, fort et … brièvement. Enfin, on a ce droit dans une société libérale, c’est plus difficile à Cuba (ou l’espérance de vie est bonne). Il n’y a rien a en conclure.

          • P, vous avez un drôle de raisonnement. Ainsi, les pays où l’espérance de vie est plus faible traduiraient simplement une prise en main de leur vie par leurs habitants? En somme, le Lesotho, le Niger, le Swaziland ou l’Angola seraient les exemples à suivre par les libéraux? Et les pays occidentaux, bah, ce sont de vagues avatars cauchemardesques de la Corée du nord?

            J’ajoute, comme simple remarque, que si vous rejetez l’espérance de vie comme indicateur, vous devez également rejeter la prétendue corrélation entre l’indice de développement humain et l’indice de liberté économique, que les milieux libéraux nous ressortent périodiquement. Autrement dit, vous sapez ainsi le principal argument non-idéologique employé par les libéraux pour essayer de convertir le reste de l’humanité à leur doctrine…

  • A Bat

    Je ne comprends pas le rapport entre la « flat tax » et l’espérance de vie.

    Bien sur que l’espérance de vie des anciens pays socialistes d’Europe est inférieure à celle des pays plus développés : c’est une des conséquences des dizaines d’années de régime socialiste. En ce qui concerne les statistiques publiées par ces pays dans les années 70, on sait très bien que les statistiques étaient pour la plupart faussées afin de servir les objectifs politiques de ces régimes…

    Pour la « flat tax », je veux simplement dire que ces pays qui ont connu la misère et la répression socialiste ont été pragmatiques et n’ont pas cédé aux idéologies égalitaires. Une « flat tax » permet à l’Etat de ne pas voler le produit du travail de chacun et réduit la fraude fiscale. Encore à titre d’exemple récent, il y a des provinces chinoise qui ont mis en place un mécanisme d’impôt dégressif afin de promouvoir l’investissement et la fixation de familles aisées qui dopent la croissance économique.

    • Aucun rapport direct. C’est juste un constat pour titiller les idéologues qui s’émoustillent à l’idée d’une flat tax, sorte de réalisation concrète de leur paradis aux 72 vierges.

      L’espérance de vie des anciens pays socialistes est inférieure à celle des pays développés, sauf qu’elle était comparable dans les années 1970-80. Alors bien sûr, ce n’est pas la flat tax qui tue les gens plus tôt, mais le démantèlement de l’état (et du système de santé publique) et la privatisation sauvage de l’économie (faisant que de smillions de citoyens n’ont plus eu accès aux soins comme avant) consécutifs au traitement de choc du bon Dr Sachs.

      L' »idéologie égalitaire » (sic) ou la fraude fiscale n’ont rien à voir avec cela: une flat tax accompagne généralement un démantèlement des systèmes de santé publique. La flat tax est un indicateur de l’idéologie libérale qui a des conséquences concrètes sur des pans entiers de population. Une espérance de vie moyenne à la naissance qui chute est un très bon indicateur de ce type d’effet.

      • « ce n’est pas la flat tax qui tue les gens plus tôt, mais le démantèlement de l’état (et du système de santé publique) »
        Attendez une minute, esbrouffeuse : si vous n’avez pas de lien de causalité flat – tax -> augmentation du niveau de vie, comment pouvez vous avoir le culot et l’incohérence de faire exactement le même raisonnement « pas d’état -> baisse du niveau de vie » ?

        Vous êtes parfaitement dans la lignée des idéologues de gauche, collectivistes et autres, finalement.

  • Merci à h16 et P pour vos commentaires, qui me réconfortent !

  • Le taux marginal de 11.5% pour la Suisse ne concerne que l’impôt fédéral direct.
    Or en Suisse, les impôts cantonaux et communaux sont plus élevés que l’impôt fédéral!
    Le total de l’impôt en Suisse dépend du canton et de la commune, et se situe plutôt entre 30 et 40% (voir http://www.ubs.com/1/f/ubs_ch/private/financial_planning/taxes/rates.html)

    • Merci pour la précision: l’espérance de vie en Suisse est justement supérieure à celle des autres pays moins taxeurs! CQFD! 😉

  • A Véro

    Vous faites une confusion entre corrélation et causalité : vous pouvez aussi bien trouver une corrélation parfaite entre le nombre d’ascenseurs installés à Tokyo et l’accroissement de l’espérance de vie en Auvergne : ceci est une simple corrélation statistique, pas un effet de causalité.
    Les statistiques sur l’espérance de vie dans les années 70 pour les pays sous domination communiste (comme la plupart des statistiques de ces pays) étaient manipulées.
    Ce que vous dites est de la simple spéculation intellectuelle, sans aucun fondement objectif. Dans quel pays vous avez constaté ce que vous écrivez :

    « une flat tax accompagne généralement un démantèlement des systèmes de santé publique. La flat tax est un indicateur de l’idéologie libérale qui a des conséquences concrètes sur des pans entiers de population. Une espérance de vie moyenne à la naissance qui chute est un très bon indicateur de ce type d’effet. »
    Cela n’existe que dans votre imagination.

    Vous parlez aussi de « privatisation sauvage de l’économie » : ce qui est sauvage c’est la nationalisation où l’Etat vole les entreprises à leurs propriétaires.

    Pour les systèmes publics de santé, regardez l’exemple do Royaume-Uni, qui dispose d’un système de santé presque soviétique et au bord du gouffre.

    Bien sur que le « démantèlement de l’état » ne plait pas à tous ceux qui vivent de l’argent du contribuable, mais beaucoup de contribuables commencent à être fatigués de travailler 30 ou 40% de leur temps pour entretenir un Etat pléthorique.

    • Tout à fait exact. L’utilisation des « statistiques » de l’ancien bloc soviétique est une farce qui tente d’accréditer l’idée que ce n’était pas si mal sous les soviets. Certes, l’espérance de vie des citoyens du bloc soviétique était aussi bonne qu’en Occident, mais à condition d’avoir survécu aux purges, aux famines organisées, aux privations, aux internements arbitraires, aux camps de concentration. La chute constatée sur la période après 90 n’a fait que rétablir la vérité auparavant soigneusement dissimulée : tout système socialiste nuit gravement à la santé.

      Quant à démanteler les systèmes publics de santé, c’est tout simplement une nécessité… de santé publique justement, tout en étant un impératif économique.

      • « Certes, l’espérance de vie des citoyens du bloc soviétique était aussi bonne qu’en Occident »
        ——————
        Ca, personne ne sait, vu que les stats des soviétiques, c’est aussi fiable que l’élixir du docteur Doxey.
        C’est avec ces stats qu’ils maintenaient l’illusion d’un paradis communiste auprès des « idiots utiles » occidentaux pendant des décennies, qui comme dab avec les gauchistes, n’ont rien vu venir. Alors bon, tirer des conclusions là-dessus, pardon !

        « La supériorité technique du mode de production socialiste planifié sur la production capitaliste est un fait massif et incontestable » Maurice Duverger, Grand Officier de la Légion d’Honneur dans Introduction à la politique. Gallimard. 1964.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Suisse
3
Sauvegarder cet article
La réforme de l'AVS (assurance-vieillesse et survivants) passe de justesse

Alors qu'en France on s'interroge sur la procédure à suivre au Parlement – consultations ou passage en force, l'un n'excluant pas l'autre – pour réformer notre système de retraites qui en aurait grand besoin, et qu'on s'achemine vers une confrontation de muscles plutôt que de cerveaux, l'ensemble des Suisses en âge de voter s'est vu conférer le pouvoir de décision en vertu de la Constitution pour un objet et d'une demande de référendum pour l'autre.

(Sou... Poursuivre la lecture

Notre système économique basé sur l’impôt est appelé à s’améliorer, à s’améliorer toujours, et à s’effacer au niveau de l’impôt sur le revenu pour réaliser autrement sa mission de service public.

Supprimer un impôt n’est pas supprimer les autres impôts. Notre système économique est malade. La suppression de l’impôt sur le revenu signifie 20 % des recettes de l’État afin de relancer l’emploi par la consommation. Il serait alors judicieux de s’interroger pour savoir si les 80 milliards dédiés au plan de relance de l’industrie seront util... Poursuivre la lecture

Truss
1
Sauvegarder cet article

Par Robert Jackman.

Après six semaines de lutte acharnée, le résultat est là : Liz Truss sera le nouveau Premier ministre de la Grande-Bretagne. Cette ambitieuse politicienne conservatrice, qui a été la secrétaire aux Affaires étrangères de Boris Johnson pendant la crise ukrainienne, a pris officiellement ses fonctions mardi. Mais son arrivée à Downing Street mettra-t-elle fin au style grand État et grandes dépenses de son prédécesseur ?

Il y a certainement des raisons d'être optimiste. Au sein du village de Westminster, Mme Tru... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles