Plus-values immobilières: marche arrière d’apparence

La poire n’est pas du tout coupée en deux pour les contribuables !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plus-values immobilières: marche arrière d’apparence

Publié le 7 septembre 2011
- A +

Un article publié en collaboration avec Ma Vie Mon Argent.

Vous voyez fleurir les titres sous annonçant que le gouvernement a fait machine arrière sur les plus-values immobilières.

En fait, le gouvernement  a opté pour des abattements progressifs. Le nouveau projet de réforme prévoit ainsi une exonération de 2 % par an entre 5 ans et 15 ans de détention, puis 3 % par an jusqu’à 25 ans, et 10 % par an entre 25 et 30 ans. Selon ce système complexe, un propriétaire cédant un bien qu’il détient depuis 25 ans ne bénéficierait plus que d’une exonération de 50 % sur le montant de sa plus-value.

Bien sûr, vu comme cela, le gouvernement semble avoir coupé la poire en deux. Sauf que l’immense majorité des transactions se font avant 25 ans. Il n’y a bien qu’une seule poire!

Bercy aurait accepté de retarder la mise en œuvre de la réforme, qui ne devraient finalement s’appliquer qu’aux promesses de vente signées après le 1er décembre, et plus le 24 août, comme prévu initialement.

Néanmoins, conservant à l’esprit que cette réforme reste au stade de projet. Le texte sera examiné cette semaine au Parlement, et gageons que députés et sénateurs lui imposeront  à nouveau de nombreuses modifications.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hausses des taux d’intérêt, des dépenses contraintes et de la fiscalité pesant sur les propriétaires poussent les rendements de l’immobilier à la baisse. Pour retrouver du rendement, il faut remettre en cause le bien-fondé de la détention d’immobilier locatif d’habitation.

« Les propriétaires immobiliers confrontés à une flambée inquiétante des taxes » titrait Le Figaro qui donne la parole au président de l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI).

Dans cet article, l’accent est mis sur la taxe foncière. Comme prévu,... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe

Depuis la loi de finances pour 2018, le coefficient de revalorisation forfaitaire des valeurs locatives, qui sert notamment de base de calcul à la taxe foncière, n’est plus fixé chaque année en loi de finances initiale mais codifié à l’article 1518 bis du Code général des impôts.

Le calcul de ce coefficient revient très concrètement à indexer les valeurs locatives sur l’évolution de l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) publié au mois de novembre par l’Insee. Suivant cette formule, la r... Poursuivre la lecture

inflation immobilier
3
Sauvegarder cet article

Une crise ne devait jamais se produire. Pas après la Grande Modération des 30 dernières années. Mais la plupart des actifs sont sur le point de chuter.

Depuis plus de 100 ans, l’immobilier a baissé lors des périodes comme celles-ci, où l’inflation surpasse les taux d’intérêts et les force à grimper.

Le graphique ci-dessous (source) donne l’indice des prix de l’immobilier en France, en fonction du revenu des ménages.

 

 

Vous pouvez observer trois périodes de chute des prix pour l’immobilier... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles