L’étincelle entrepreneuriale

Dans chaque entrepreneur que le fisc et la réglementation découragent, il y a peut-être Steve Jobs assassiné

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
etincelle

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’étincelle entrepreneuriale

Publié le 2 septembre 2011
- A +

Dans chaque entrepreneur que le fisc et la réglementation découragent, il y a peut-être Steve Jobs assassiné.

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec

Suivre les commentaires qui entourent l’actualité peut s’avérer étourdissant.

D’une part, depuis que les politiques keynésiennes adoptées par les gouvernements dans l’espoir de relancer l’économie ont occasionné d’importants déficits budgétaires, une horde de commentateurs hargneux défile sur toutes les tribunes pour clamer que les entreprises et les « riches » ne paient pas leur juste part d’impôts. Les entrepreneurs sont présentés comme des « vilains » dont le comportement cupide et égoïste prive la société des richesses qui lui sont dues.

D’autre part, depuis que Steve Jobs a annoncé sa démission du poste de PDG d’Apple, les témoignages d’admiration et de gratitude fusent de toutes parts. Et pour cause! À partir d’un capital de départ de 500 $, fruit de la vente de sa voiture, Jobs fabrique son premier ordinateur en collaboration avec son associé, Steve Wozniak. La suite de l’histoire est bien connue. Aujourd’hui, Steve Jobs est considéré comme l’un des plus grands innovateurs de notre époque. Ses produits ont révolutionné la technologie informatique, nos moyens de communication et notre manière d’écouter la musique. Son apport à l’humanité est incommensurable car, avouons-le, il a réussi à transformer le quotidien de centaines de millions d’utilisateurs d’appareils technologiques, il a créé des dizaines de milliers d’emplois chez Apple, mais aussi chez les concurrents qui devaient redoubler d’efforts pour rivaliser.

Cela dit, il ne suffit pas d’avoir une vision, de la persévérance, du talent ou encore du génie pour réaliser de grandes choses, il faut encore que les contextes réglementaire, administratif et fiscal encouragent l’effort et le dépassement, et qu’ils permettent la réussite.

Si à ses débuts, Steve Jobs avait été soumis à un lourd fardeau réglementaire et administratif l’obligeant à se procurer une série de permis, de certificats, de licences, de vignettes et d’autorisations pour gérer son entreprise; si on lui avait imposé des normes de production, des normes énergétiques et environnementales, des normes du travail, des lois municipales, provinciales et fédérales, des lois sur la concurrence, sur les heures d’ouverture, sur les compagnies, etc.,  aurait-il eu le courage de poursuivre ses ambitions?

Si, de surcroît, il avait été obligé de consacrer une part importante de ses revenus et de son temps pour payer l’impôt des sociétés, l’impôt sur le capital, la taxe sur la masse salariale, les taxes foncières, les tarifs douaniers, les cotisations à l’assurance-emploi, au Régime de rentes, au Régime d’assurance parentale et au Fonds des services de santé, etc., aurait-il eu encore envie de se lancer en affaires?

La fiscalité et les contraintes éteignent l’étincelle qui motive les entrepreneurs. Ainsi, si Steve Jobs avait eu à supporter le fardeau fiscal et réglementaire que certains recommandent actuellement, peut-être aurait-il tout simplement abandonné ses projets. Pour que l’État ait quelques sous de plus dans ses coffres, nous aurions été privés de formidables inventions.

Certains entrepreneurs réussissent à rester motivés. D’autres, non. Pour paraphraser Antoine de Saint-Exupéry, le plus déroutant, c’est que dans chaque entrepreneur que le fisc et la réglementation découragent, il y a peut-être Steve Jobs assassiné…

—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • euh…je ne partage pas entièrement votre analyse. Si un entrepreneur ne veut pas entreprendre au motif du cadre réglementaire ou qu’il va lui falloir payer des impôts, c’est certainement que ce n’est pas un vrai entrepreneur. Je ne pense pas que les conditions réglementaires ou fiscales de Californie, qui n’est pas une république bananière, puissent à elles seules expliquer le formidable succès de Steeve Jobs et d’Apple. Et l’enfer français que vous semblez décrire n’a pas empéché Bernard Arnault, François Pinault, les Riboud père et fils, Pierre Castel, Paul Dubrule et Gérard Pélission, les Mulliez…de bâtir de vraies réussites entrepreneuriales qui comptent aujourd’hui parmi les leaders mondiaux de leur activité.
    Personnellement, j’ai créé une première société il y a 5 ans, paie de l’IS, de la TVA, des charges…C’est sur, moins ce serait mieux mais mais cela ne m’a pas découragé pour en créer une seconde en juillet. En espérant un jour devoir payer les 4 milliards de dollar de taxes qu’Apple a réglé au titre de son dernier exercice clos 😉

  • A François P. qui dit « Si un entrepreneur ne veut pas entreprendre au motif du cadre réglementaire ou qu’il va lui falloir payer des impôts, c’est certainement que ce n’est pas un vrai entrepreneur. »

    Autrement dit, si Cuba est misérable c’est que les cubains ne sont pas de vrais entrepreneurs. Et Mohamed Bouazizi qui s’est immolé à Tunis, aussi, tant qu’à faire.

  • « Bernard Arnault, François Pinault, les Riboud père et fils, Pierre Castel, Paul Dubrule et Gérard Pélission, les Mulliez » Il n’y a pas beaucoup d’innovateurs style Sillicon Valley dans tous ces noms.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de Human Progress

 

Notre vingt-deuxième Centre du progrès est Manchester pendant la première révolution industrielle (1760-1850). Parfois appelée "la première ville industrielle", Manchester a incarné les changements rapides d'une époque qui a transformé l'existence humaine plus que toute autre période de l'histoire. Manchester a été l'une des premières villes à connaître l'industrialisation. Sa métamorphose n'a pas été facile car elle impliquait des conditions de travail et de vie bien inférieures à celles auxq... Poursuivre la lecture

Par Connor Vasile.

 

Si vous cherchez « le capitalisme combat le racisme » dans Google, les premiers résultats de recherche seront des articles comme : « Le capitalisme est-il raciste ? » ;  « Le capitalisme sans racisme : Science ou fiction » ; « L'essor du capitalisme et l'émergence du racisme ».

À la lecture de ces titres, on pourrait croire que le modèle économique le plus triomphant que le monde ait jamais connu est enraciné dans un environnement raciste et hégémonique destiné à profiter aux seigneurs de la soci... Poursuivre la lecture

Artemis 1, la première mission ayant pour objectif le retour des Américains sur la Lune, a pris son envol ce mercredi 16 novembre. On peut voir cet événement comme la manifestation de la volonté des Américains de renouer avec leur dynamisme des années Kennedy. Il faut l'espérer, mais il faut aussi souhaiter que ce dynamisme ait un effet d’entrainement sur les mentalités dans ce que, plus que jamais, on doit appeler « la vieille Europe » dans laquelle s’est enfermée une France fatiguée.

En effet, de ce côté-ci de l’Atlantique il semble ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles