Frauder, c’est voler

Détournement de la campagne publicitaire contre la fraude

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Frauder c est voler

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Frauder, c’est voler

Publié le 30 août 2011
- A +

L’État français lance une nouvelle campagne de communication, avec six spots radio et affichages, visant à « dissuader les usagers de frauder » (travail au noir, impôts, prestations sociales…). h16 en propose une vision légèrement parodique:

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Ca fait plaisir de payer de impots pour payer des spots qui nous disent de payer nos impots.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

En écho à l’article bienvenu de Philippe Bilger sur « la liberté d’expression et la liberté de rire de tout », diffusé sur Contrepoints, un court hommage à Pierre Desproges, personnalité à l’humour unique qui continue d’inspirer ponctuellement un certain nombre d’humoristes.

 

Chroniques de la haine ordinaire

Je me souviens avoir regardé à plusieurs reprises, tout jeune, la fameuse minute de monsieur Cyclopède, diffusée quasi-quotidiennement à la télévision. Mais j'étais alors probablement bien t... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Karl Eychenne.

Pour une raison inconnue, le droit de se taire n’a jamais suscité le même engouement que la liberté d’expression. On abuse pas du droit de se taire, loin s’en faut. Alors que la liberté d’expression fait salle comble et c’est tant mieux. Mais pourquoi donc se tait-on si peu ? Après tout, personne ne nous oblige à donner notre avis sur tout. Il s’agit d’un droit, pas d’un devoir.

Il a demandé leur avis à des tas de gens ravis, ravis de donner leur avis sur la vie - Alain Souchon.

On peut comprendre que c... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

La scène se passe à Versailles dans la salle du Bon Plaisir. Le roi Macronus est entouré à sa droite de Castanus, son Contrôleur général des Bourdes publiques et, à sa gauche, de Veranus, son secrétaire d'État aux Petites Maisons. Divers médecins sont installés de part et d'autre de la table.

MACRONUS : Nous voilà assemblés en Conseil de guerre, cette guerre que nous menons depuis si longtemps contre un ennemi aussi impitoyable qu'invisible. Nous connaissons notre ennemi, l'abominable Coronavirus pand... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles