Taxe Coca Cola : le retour de la gabelle

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bouteille Coca Cola Coke

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taxe Coca Cola : le retour de la gabelle

Publié le 29 août 2011
- A +

Un article publié en collaboration avec le Parisien Libéral.

Les militants UMP sont des gens extraordinaires. Alors que le gouvernement bat les Rap’tout des inconnus en matière de créativité fiscale, il y aura toujours des supporters de la cause gouvernementale pour expliquer que la lutte contre l’obésité est une cause d’intérêt national.

Une partie significative du spectre politique, du Parti Libéral Démocrate à certains députés UMP et même un socialiste, a beau dénoncer les nouvelles taxes, dont cette nouvelle gabelle sur le sucre, le gouvernement ne renoncera pas à taxer ce qui reste un produit de consommation courante.

Cette idée selon laquelle les taxes devraient servir à inciter est étrange, et contestable. Si le Coca Cola est un produit à impact globalement négatif, pourquoi en autoriser la commercialisation ? Parce que la prohibition ne marche pas ? Ou parce qu’il faudrait ensuite s’attaquer au saucisson ou à l’excès de sel dans les plats cuisinés ?

Clairement, on se moque de nous quand on parle de souci de santé publique. Le gouvernement vise un produit à élasticité prix nulle, consommé quel que soit le moment, la latitude et le milieu. Quel supermarché peut se permettre de déréférencer Coca Cola ?

Bercy ne veut surtout pas voir l’assiette diminuer. Le but est bien de maximiser la recette, pas de s’occuper d’obésité.

Ceci étant dit, la conjonction de fortes taxes et de mauvaises récoltes pour cause de météo défavorable (voir le post d’Écologie Libérale à ce sujet) a donné un fâcheux précédent, il y a 222 ans. Le Coca Cola sera t-il au contribuable de 2011 ce que la brioche soit disant attribuée à Marie-Antoinette (à tort, manifestement) fut aux Sans-Culottes de 1789 ? 54% du PIB passe par la sphère publique. Parions que même Louis XVI se retourne dans sa tombe.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • http://www.facebook.com/home.php?#!/SodaPartyFrance le soda party France est né ! venez soutenir l’initiative sur le groupe fb !

  • C’est drôle, le café sans sucre de ce matin a déclenché des brûlures d’estomac. Je me suis senti mal toute la matinée, j’attends le déjeuner pour calmer tout ça, mais manger n’améliorer pas mes douleurs. Puis à la pose clope, je mets une pièce d’un euro dans une machine et récupère un coca. La fraicheur du métal sur mon front anesthésie mon mal de crâne, et dès les premières gorgées, je n’ai plus mal à l’estomac. je remercie l’inventeur de cette denrée et prie pour le Salut de Coca Cola.

    Morale : quand j’aime un truc, il faut systèmatiquement qu’il soit interdit, ou taxé, c’est dingue.

  • De toute façon la santé n’est pas « publique » (je n’aime pas ce terme !), elle « apppartient en propre à chaque individu », et on est bien libre de se laisser devenir obèse si on veut ! Je vous invite à venir découvrir l’un des groupes Facebook que j’ai créé allant dans ce sens (et éventuellement en devenir membre) :

    http://www.facebook.com/group.php?gid=119215888129578#!/group.php?gid=119215888129578

    @ Sanksion :

    Certaines « vertus thérapeutiques » du Coca Cola (notamment gastriques) ne sont pas, je crois, une surprise pour grand monde (un bon coca après un bon gueuleton « facilite à merveille la digestion » ! Plus efficacement encore qu’un Hépatoum)…..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
3
Sauvegarder cet article

Par Lourmais.

Si la France a des frontières, sachez que son État n’en a pas. Car s’il y a bien quelque chose que les pouvoirs ont appris de leurs siècles d’exercice, c’est que s’il y a un temps pour l’essor, il y en a surtout un autre pour l’essorage. Le bon citoyen se doit de nos jours d’être absolument sec et blanc de tout crime de richesse, quitte à reléguer la dignité humaine au rang de loi désuète.

La fiscalité est au fond un esprit d’État autant qu’un état d’esprit : il n’est pas seulement question de financer la souverai... Poursuivre la lecture

 

En ces moments de pénuries de vent et de soleil quand ils sont nécessaires, (l’intermittence n’étant pas gérable, même au niveau européen, n’en déplaise à certains), et en l’absence depuis plusieurs décennies de constructions de centrales nucléaires nouvelles aux émissions les plus faibles de gaz à effet de serre, à la suite du démantèlement de nombreuses centrales au charbon très polluantes, l’Europe s’est réveillée avec pour seul recours le gaz vendu à prix fort, en particulier par la Russie.

Une dépendance envers la Russi... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Aubrun. Un article de The Conversation

« Raconter une histoire c’est donner des repères, des bornes, avec suffisamment de force pour que l’imagination recrée les intervalles entre eux, avec infiniment plus de réalité que les mots, le dessin, ni même le film, n’en offriront jamais. Et cette histoire-là fonctionnait. D’un dessin à l’autre, il y avait tout un chapitre. »

C’est ainsi que Ted Benoit, dessinateur et scénariste de bande dessinée, décrit l’histoire de Santa dans les publicités Coca-Cola. Les images du Père ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles