Le nouveau régime libyen ne sera pas forcément pire

Le nouveau régime libyen est un vieil ami de la Grande-Bretagne

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le nouveau régime libyen ne sera pas forcément pire

Publié le 24 août 2011
- A +

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume-Uni

Tripoli sous les bombes
(c) MAHMUD TURKIA/AFP/Getty Images

Je sais que le pessimisme fait partie des gènes des conservateurs, mais essayons de regarder du bon côté des choses.

Non seulement avons nous pu nous débarrasser de nos ennemis, mais nous avons peut-être aussi réussi à placer nos alliés à leur place. Le régime de Kadhafi a perpétré ce qui, selon la plupart des lois internationales, pourrait être qualifié d’actes répétés de guerre contre le Royaume-Uni : le meurtre de Yvonne Fletcher, le soutien actif de l’IRA, l’attentat de Lockerbie. Cet historique n’est peut-être pas si surprenant si nous nous rappelons qu’il a toujours justifié son putsch comme une révolte anti-coloniale contre la monarchie soutenue par les Britanniques.

Les Sénussi, qui ont régné sur la Libye entre 1951 et 1969, sont un des rares exemples de dynastie indigène qui a émergé avec le soutien réel du peuple. Ce soutien, cependant, était plus fort en Cyrénaïque qu’en Tripolitaine : les débats qui entourèrent l’adoption de la première constitution libyenne étaient largement répartis entre les délégués de l’Est et de l’Ouest, les premiers cherchant à accorder un pouvoir fort au roi pendant que les derniers voulaient que ces pouvoirs aillent à l’Assemblée Nationale. D’un certain sens, les combats des derniers mois n’ont été que la résurgence de ces anciennes lignes de fracture : les supporters de l’opposition, basés essentiellement en Cyrénaïque, transportaient avec eux le vieux standard royal et des images du Roi Idris. Les supporters de Kadhafi, eux, étaient massivement à l’Ouest.

Parce que le Royaume-Uni a supervisé la naissance d’une Libye souveraine, les opposants des Sénussi les ont toujours dépeints comme des marionnettes des Britanniques, et Kadhafi a présenté son coup d’État comme faisant partie de la lutte plus large menée par Nasser contre les puissances occidentales.

Les affirmations du colonel malade sont difficiles à réconcilier avec le fait que la Grande-Bretagne a démis la puissance coloniale et aidé l’indépendance libyenne. Néanmoins, il fut vrai que les Sénussi, bien que nous ayant combattus pendant la première guerre mondiale, étaient devenus anglophiles dans les années 40, et marchèrent à côté de nous contre les Italiens. Quand Kadhafi débuta son règne de terreur, le roi Idris et la plus grande partie de sa famille fuirent à Londres, où l’actuel prince en titre vit encore aujourd’hui.

Tout ceci n’est bien sûr pas un argument pour dire que la Grande-Bretagne doit encourager le retour de la monarchie libyenne : c’est une question qu’il n’appartient qu’aux Libyens de répondre. Mais simplement, il est bon de nous rappeler, au milieu de toutes nos sombres prévisions, que le peuple qui a perdu était notre ennemi déclaré et que celui qui a gagné est un vieil ami.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Attention. Soutient sans t et pas de s aux nom de famille en français.

  • A moi-même: et s à nom

  • On a bien compris que c’était vos ennemis mais de quel « règne de terreur » parlez vous ? je n’ai trouvé aucune trace (pire que chez les autres « alliés » d’Afrique du nord s’entend), la Libye était même plutôt progressiste. Je pense que ça va vous p… à la gueule à terme comme toutes les interventions de ce genre.

  • Attentats directement commandités, financement d’organisations terroristes, camps d’entrainement, etc… C’est progressiste ?

    • Je note pour plus tard.

    • Combien de morts ? Vous listez quasiment des non-événements les départs en vacances font plus de dégâts on ne parle même pas des « affaires » et bombardement sur des civiles par les pays développé. Plus grave sont les différentes guerres et soutiens en Afrique mais ça certains « amis » en on fait bien d’autres. 2p2m, les insultes de kadhafi à certaines personnalité ? ou le fait que la Libye aie les plus grosse réserves de pétrole peut-être ?

      Ça ne me dérange pas plus que ça c’est juste les discours un peu décalé qui me gênent. (On en bouffe tellement ailleurs)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Ted Galen Carpenter[1. Analyste senior au Cato Institute, auteur de dix ouvrages sur les affaires internationales.].

Un article de Libre Afrique

Lorsque le maréchal Khalifa Haftar a lancé son offensive militaire début avril pour se saisir de Tripoli, capitale de la Libye, les États-Unis et ses alliés européens semblaient unis quant à la politique à adopter : s'opposer catégoriquement à son initiative. L’Armée nationale libyenne (ANL) de Haftar est le bras militaire d’un gouvernement rival sis à Benghazi qui s’oppose au Gouve... Poursuivre la lecture

Libye
0
Sauvegarder cet article

Par Magloire Adoumadji Madjastan. Un article de Libre Afrique

La Déclaration de Paris du 29 mai 2018, laquelle est obtenue à la faveur de la Conférence Internationale sur la Libye, se situe dans le sillage d’une solution à la crise libyenne. L’un des points phares de cet accord politique est l’organisation des élections d’ici le 10 décembre 2018. L’idée maîtresse de cette démarche repose sur l’argument selon lequel sans élections, la crise libyenne se prolongerait.  Toutefois, des élections dans le contexte actuel constituent-elles une... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Gabriella Lima.

Le trafic d’êtres humains est un sujet sensible mais peu discuté. Il est difficile à croire que cette pratique barbare n'a pas disparu.  Le cas des réfugiés libyens a pour autant soulevé de nouveau cette question. Le 7 juin, le Conseil de sécurité de l’Organisation des nations unies a sanctionné six chefs de réseaux de trafiquants de migrants en Libye. Mais ce n'est qu'une goutte dans l'océan.

Une plaque tournante de trafic humain

Le réseau des trafiquants est composé de groupes armés, qui contrôlent les fron... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles