USA : Où va la Fed?

La Fed promet de maintenir sa politique et de ne plus relever ses taux jusqu’à la mi-2013. Comment interpréter ce fait sans précédent?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Façade de la Federal Reserve Bank

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

USA : Où va la Fed?

Publié le 14 août 2011
- A +

La Fed promet de maintenir sa politique et de ne plus relever ses taux jusqu’à la mi-2013. Comment interpréter ce fait sans précédent?

Par Gerald O’ Driscoll, depuis les États-Unis
Article publié en collaboration avec UnMondeLibre

Aux USA la réunion le 9 août du Federal Open Market Committee, qui élabore les politiques de la Fed, était largement pressentie comme un non-événement. Et pourtant.

Au lieu de cela, la Fed a publié un communiqué, dans la foulée de la réunion, qui a pris même ses plus fins observateurs au dépourvu, et qui est révélateur de l’état de turbulences dans lequel se trouvent l’économie américaine et les marchés financiers.

La Fed a maintenu le taux des « fonds fédéraux » au même niveau de 0 à 0,25%. Cela en soi n’est pas un choc. La Fed a surpris les marchés, cependant, en précisant pour combien de temps elle maintiendrait des taux d’intérêt à ce bas niveau : jusqu’à la mi-2013. Que la Fed annonce si précisément pour combien de temps elle maintiendra une politique donnée, est sans précédent.

La réunion du comité doit avoir été envahie par un brouhaha, parce que 3 des 10 membres votants ont contesté. Ces dernières années, les contestations ont été peu fréquentes et généralement le fait d’une seule voix. (Le président sortant de la Fed de Kansas City, Thomas Hoenig a contesté à chaque réunion pendant un an.) Les contestataires étaient les présidents des Fed de Dallas, de Minneapolis et de Philadelphie. Goldman Sachs a rapporté que la dernière fois qu’il y avait 3 contestataires c’était en1992.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Promettre de ne pas relever ses taux jusqu’à la mi-2013 signifie que la Fed n’aura pas besoin d’opérer un changement de politique au cours d’une année d’élection présidentielle. Cela pourrait être interprété comme une tentative d’être apolitique, c’est à dire, de ne pas être un sujet de débat de la campagne. Mais cela pourrait également être interprété comme un mouvement ouvertement politique d’aide à la réélection du président Obama. Les années passées, la Fed gardait une certaine indépendance à l’égard de la politique et avait été éloignée de tout soupçon de partialité. Mais le président actuel de la Fed, Ben Bernanke, a politisé la Fed et a jeté le soupçon sur ses motivations.

Promettre de maintenir les taux d’intérêt bas pendant deux ans lie les mains du Federal Open Market Committee. Pourtant, bien des choses peuvent se produire en deux ans, et le comité pourrait regretter cette décision.

La décision du Federal Open Market Committee indique aussi que la Fed a jeté l’éponge vis-à-vis de la reprise. Ses prévisions économiques ont été systématiquement trop optimistes. Elle avait expliqué la faiblesse de la croissance économique dans la première moitié de 2011 par les facteurs spéciaux comme les perturbations de la production industrielle causées par des événements au Japon. Elle avait prédit une croissance plus forte dès que ces facteurs transitoires auraient disparu. Maintenant elle admet effectivement un problème structurel de l’économie. Elle a tardé à réaliser cela, comme de nombreux prévisionnistes, et maintenant les marchés financiers, l’ont signalé.

Compte tenu de son point de vue plus pessimiste de l’avenir économique, on pourrait se demander pourquoi le Federal Open Market Committee n’a pas adopté une position encore plus agressive. Pourquoi ne pas annoncer un nouveau cycle d’achats d’actifs financiers comme il l’a fait deux fois auparavant. Pourquoi pas un QE3 (un 3ème tour d’assouplissement quantitatif) ? Bien que je ne m’attende pas à un tel aveu, je soupçonne que même le président Bernanke en est venu à réaliser que le stimulus monétaire précédent a été un échec. Et il a bien été un échec. De plus, si il y a eu trois opinions contestataires sur la décision d’un assouplissement « tiède », Bernanke pourrait avoir perdu le vote en cas de proposition d’une politique encore plus agressive.

Qu’en est-il des marchés financiers? Pour le court terme, les obligations du Trésor sont la seule valeur refuge financière sûre (l’or est une valeur refuge marchandise). Le marché boursier a essayé de tourner au carburant monétaire et budgétaire. La marge de manœuvre pour des dépenses fédérales supplémentaire est désormais nulle. Les perspectives de relance monétaire supplémentaire se sont assombries. Les marchés vont devoir fonctionner sur les fondamentaux économiques. Ces derniers ne sont pas solides, d’où la volatilité au cours des trois ou quatre derniers jours.

Les deux perdants de la décision de la Fed sont le dollar et les épargnants. La promesse de maintenir les taux d’intérêt bas pendant encore deux ans assure la faiblesse continue du dollar face aux devises fortes et à l’or. J’observais la valeur du franc suisse et de l’or grimper alors que l’heure de l’annonce de la Fed approchait. Les épargnants perdent à cause de faibles rendements. Si la Fed voulait graduellement détruire les classes moyennes, elle aurait difficilement pu concevoir une meilleure politique que celle de maintenir des taux d’intérêt faibles.

—-
Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le marché français est en baisse de 6 % depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole résistent plus. L’or a baissé de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il affiche toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au-dessus des 100 dollars... bien au-dessus des niveaux de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12 % sur les 6 derniers mois.

La plupart des investisseurs croient sans doute à l’abandon des tentatives de normalisation de la part de le Fed. Les auto... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

 

Le gouvernement a publié mardi de nouvelles données sur l'inflation. Malheureusement, les résultats ne sont que de mauvaises nouvelles.

Selon le Wall Street Journal, l'inflation américaine a atteint en mars le niveau le plus élevé depuis quatre décennies, soit 8,5 %, par rapport à l'année précédente, en raison principalement de la flambée des prix des denrées alimentaires et de l'énergie, des problèmes de chaîne d'approvisionnement et de l'augmentation de la demande de biens par les consommateurs... Poursuivre la lecture

Dans la façon d’appréhender les marchés de nombreux observateurs, journalistes ou analystes quelque chose ne tourne pas rond. Sans qu’ils le sachent eux-mêmes, il coule dans leur veine la théorie des marchés efficients. En synthèse, elle nous dit que chaque information publique est instantanément intégrée par les marchés.

Cela permet à chacun d’expliquer les mouvements boursiers quotidiens avec les informations quotidiennes. Les effets sont multiples et pervers. Par exemple, cela signifie implicitement que l’information du jour est pl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles