La Slovaquie ne veut pas d’une nouvelle Union Soviétique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Richard Sulik, président du parti libéral de Slovaquie, membre de la coalition gouvernementale

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Slovaquie ne veut pas d’une nouvelle Union Soviétique

Publié le 13 août 2011
- A +

Un article d’Open Europe

Richard Sulik, porte-parole du parlement slovaque

À Open Europe, on a tendance à trouver les comparaisons faites entre l’Union Européenne et l’URSS plutôt farfelues. La raison est simple : l’UE n’a pas seulement, malgré tous ses défauts, permis des choses positives, telles que l’ouverture des frontières et le marché libre (même s’il pourrait l’être davantage), l’UE n’est tout simplement pas une dictature totalitaire où les personnes sont contrôlées, torturées et tout le reste (même si lire du début à la fin les « acquis communautaires » revient presque à de la torture parfois).

Et pourtant, c’est bien la comparaison à laquelle Richard Sulik, porte-parole du parlement slovaque, a fait allusion mercredi, en critiquant les renflouements continus de l’eurozone. DPA le cite :

C’est comme l’Union Soviétique. Mais nous n’avons jamais rejoint une telle union. Personne avant notre référendum d’adhésion (à l’UE) ne nous avait dit que la Slovaquie devrait désormais payer des milliards et des milliards pour les pensions grecques et les je-ne-sais-quoi italiens.

Indépendamment de la justesse d’une telle comparaison, cela démontre clairement la colère qui se trame dans certaines capitales au sujet de la confiance aveugle envers les créances sans fin.

Sachant que la Slovaquie a sauvé sa plus importante banque sans aucune aide extérieure il y a une dizaine d’année, un effort qui avait coûté au pays près de 12% de son PIB, M. Sulik résume parfaitement bien le sentiment général des Slovaques ici.

Dans les mois prochains, chaque pays membre de l’eurozone va devoir approuver les changements de l’EFSF, le fond commun de créance temporaire, ce qui ne va pas seulement étendre son pouvoir mais également augmenter sa taille. Sulik, qui est le leader du jeune parti au pouvoir, Liberté et Solidarité (Sloboda a Solidarita, SaS), a déjà déclaré : « Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que le parlement ne l’approuve pas. »

Le chemin sera long et tortueux.

—-
Article repris depuis OpenEurope avec l’aimable autorisation de l’auteur.
Traduction : Virginie Ngo.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • expliquez moi en quoi le projet européen a été un succès ?

    Et expliquez aux dizaines de millions de chômeurs européens en quoi ce projet était « génial »

    Où est la propérité et le plein emploi promis ? Où est la sécurité ?

    Quand on exige d’un Peuple (Irlande) qu’il revote parcequ’il a » mal voté » expliquez moi comment ne pas croire que nous subissons une dictature qui ne dit pas son nom ?

    Dans les faits, le projet européen c’est toujours plus d’Etat, donc toujours plus de socialisme, donc toujours plus d’impots et de taxes et ………………pour quels résultats ?

    Et alors que nous comptons des dizaines de millions de chômeurs, expliquez nous pourquoi nos zélites continent d’organiser l’immigration invasion ?

    réponses sur les faits attendues .

  • bien dit umps = oligarchie

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles