« L’État se crée une trésorerie gratuite sur le dos des citoyens »

Les États profitent d’une trésorerie plus importante sans devoir réaliser d’emprunts sur les marchés financiers.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« L’État se crée une trésorerie gratuite sur le dos des citoyens »

Publié le 8 août 2011
- A +

Thierry Afschrift, avocat et membre de la Commission des questions fiscales au Barreau de Bruxelles, explique au journal Le Soir comment l’État belge se crée une trésorerie gratuite sur le dos des citoyens.

Extraits de l’article, disponible sur le site du Soir.

En 2010, l’administration des impôts a remboursé plus de contribuables qu’en 2009. Les montants remboursés sont, eux aussi, en hausse. Y a-t-il une explication à ce phénomène ?

« Certainement : l’État se fabrique une trésorerie gratuite sur le dos de ses citoyens. Le mécanisme est en fait assez simple. L’employeur est tenu de prélever une avance sur l’impôt sur le salaire de ses employés. C’est le précompte professionnel. Or l’État surestime systématiquement ce montant et demande à l’employeur de retenir plus que l’estimation de l’impôt. »

« […]Il en profite pour se créer une trésorerie gratuite pour 18 mois. Une trésorerie qui est créée de manière discriminatoire puisqu’elle touche en priorité les salariés. »

[…]

« C’est compréhensible : de cette manière, les États profitent d’une trésorerie plus importante sans devoir réaliser d’emprunts sur les marchés financiers – emprunts qui leur coûteraient beaucoup plus cher, évidemment… »

Y a-t-il un moyen pour les salariés de se prémunir de cette ponction trop importante ?

« Non, c’est impossible pour les salariés. Et c’est un problème pour eux car ils ne peuvent pas profiter de cet argent pour épargner ou investir. »

Mais l’État doit pourtant toujours les rembourser…

« Oui, […] mais avec un effet pervers : l’État se donne une image de Père Noël qui redistribue ses gains, alors que c’est l’inverse, car je suis persuadé que c’est une manœuvre délibérée ! »

« Autre conséquence : s’il veut continuer à profiter de ce système, l’État doit, forcément, surévaluer les montants chaque année. L’augmentation du nombre de remboursements en est la preuve… Se priver de ces revenus gratuits serait une très lourde perte pour l’État. Et vu la situation budgétaire de la Belgique, il y a vraiment peu de chance que cela arrive. »

—-
Propos recueillis par Gil Durand et disponibles en intégralité sur le site du Soir.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

travail chomage
4
Sauvegarder cet article

Par Jacques Garello

Même si le mois de septembre a enregistré une baisse importante du taux de chômage, ce qui a enthousiasmé les médias et le gouvernement, le chômage reste un problème endémique pour la France et un échec de la politique menée par François Hollande : depuis son élection en mai 2012, le ministère du Travail a recensé 617 000 chômeurs supplémentaires en catégorie A.

Alors qu'approche l'année électorale 2017, la question du chômage, qu'il monte ou qu'il baisse selon les catégories dont on parle ou qu'on ignore, se... Poursuivre la lecture

Rien n’est plus naturel que de souhaiter transmettre librement les biens que l’on possède. Si le droit de propriété n’est pas une fiction, ce principe de base est essentiel. En général, la transmission se fait vers les enfants, mais toute liberté doit exister dans ce domaine. Il appartient à chaque individu de choisir ses légataires ou ses donataires.

L’impopularité des droits de succession et de donation dans tous les pays confirme ce principe, qui semble relever de ce que les anciens appelaient le droit naturel. Pourtant, certains Ét... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles