Hérauts de la liberté : l’Institut Coppet

Vous les connaissez par leurs articles sur Contrepoints, mais ils ne font pas uniquement cela.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Institut Coppet

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hérauts de la liberté : l’Institut Coppet

Publié le 8 août 2011
- A +

Dans le cadre de notre série « Hérauts de la liberté » consacrée aux partenaires de Contrepoints, et après Un monde libre la semaine dernière, nous avons le plaisir de vous présenter aujourd’hui l’action de l’Institut Coppet, dont nous publions régulièrement les chroniques. Vous les connaissez par leurs articles, mais ils ne font pas uniquement cela.

L’Institut Coppet a été créé en octobre 2010, sous l’impulsion de Damien Theillier, professeur de philosophie. À l’origine de cette création, le constat de la méconnaissance de la tradition libérale française, en particulier du XIXe siècle. Par ses actions, l’Institut tente de corriger cette méconnaissance injustifiée.

Ainsi, l’association numérise et publie sur Internet des textes anciens, libres de droit. Par ce moyen, des textes devenus inaccessibles peuvent retrouver leur public. Les membres de l’Institut Coppet ont également une activité importante de traduction des auteurs anglo-saxons héritiers de l’école d’économie politique française. Enfin, l’Institut organise des séminaires et des conférences visant à promouvoir l’héritage de l’école d’économie politique française.  On n’oubliera pas également le Bulletin d’Amérique, un projet de l’Institut Coppet, dont le but est de revenir sur les « controverses d’outre-atlantique », très mal couvertes par la presse nationale.

Que ce soit sur le site de l’Institut Coppet ou du Bulletin d’Amérique, vous pourrez donc trouver des articles de fond, éclairant d’un jour nouveau les questions d’actualité : Frédéric Bastiat sur la vitre cassée, Gustave de Molinari sur la liberté de l’enseignement, Lionel Robbins sur la grande dépression ou encore Damien Theillier pour expliquer qui sont aujourd’hui les libertariens.

Que ce soit pour traduire, numériser ou aider de mille autres manières, l’Institut Coppet a toujours besoin de volontaires, désireux de faire redécouvrir les auteurs majeurs de la tradition intellectuelle libérale française ou de traduire des auteurs étrangers. Si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à contactez Damien Theillier, à damien.theillier [at] institutcoppet.org

Association loi 1901, l’Institut Coppet refuse toute subvention. Son nom s’inspire du Groupe de Coppet.

 

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Occident semble avoir accéléré son déclin dans une espèce de folie autodestructrice rarement égalée.

Les sociétés occidentales subissent les conséquences de la scandaleuse gestion de la pandémie de covid de leurs dirigeants politiques et souffrent d’une inflation des prix, auto-infligée par leurs propres sanctions contre la Russie.

C’est dans ce contexte qu’il faut lire le dernier livre de Olivier Piacentini, La Chute Finale : l’Occident survivra t-il ?.

 

Ce déclin ne date pas d'hier

Comme l’explique avec b... Poursuivre la lecture

Trois bonhommes Monopoly, l'un se couvrant les yeux avec ses mais, le deuxième les oreilles et le dernier la bouche
2
Sauvegarder cet article

Un article de La Nouvelle Lettre

 

Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé : loi de la jungle, vol organisé, égoïsme débridé, inégalités croissantes, victoire de l’avoir sur l’être, société de consommation, concurrence sauvage, obsession de la rentabilité, etc. Il est facile de réfuter ces attaques : la réalité est autre.

Il y a mieux à faire : il est temps d’appliquer les vrais principes libéraux. Pourquoi préciser les « vrais » principes ? Parce qu’il est dit beaucoup de choses ridicules et menson... Poursuivre la lecture

Depuis 2017, la France semble constamment agitée par des crises inédites.

De la jacquerie des Gilets jaunes à la pénurie énergétique en passant par la pandémie, la guerre aux frontières de l’UE ou l’urgence environnementale, le citoyen vit dans une atmosphère d’apocalypse permanente, certainement entretenue par intérêt politique.

La sensation est tellement étouffante qu’on en oublie les problèmes structurels majeurs du pays que ces conjonctures tendues ne cessent pourtant de mettre en évidence. Pointer ces problèmes, proposer de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles