Le problème c’est l’homme blanc

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
climat sceptique

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le problème c’est l’homme blanc

Publié le 6 août 2011
- A +

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume-Uni

Un article du Guardian du 27-07-11 titre : "Selon une étude, les hommes blancs conservateurs ont plus de chance d'être sceptiques à l'égard du changement climatique"

Les hommes blancs conservateurs ont significativement plus de chances que d’autres américains de soutenir des vues négationnistes… ces différences sont encore plus grandes pour ceux de ces hommes blancs conservateurs qui disent eux même avoir une très bonne compréhension du réchauffement climatique.

Ou encore…

Les hommes blancs conservateurs ont tendance à affirmer qu’ils ont une meilleure compréhension du réchauffement climatique que les autres adultes, et ceux qui disent le comprendre le mieux, ont aussi tendance à être les plus fortement négationnistes.

Ou encore…

Le motif qui en ressort, c’est que les hommes blancs conservateurs « ont plus de chances que d’autres adultes de rejeter le consensus scientifique sur le changement climatique »… « sans surprise », 58,8% des hommes blancs conservateurs « nient l’existence d’un consensus scientifique, » comparé à 35,5% des autres adultes.

Donc…

Plus vous en savez, moins vous avez de chances de croire ces salades. Ça ne fait pas de nous des « négationnistes ». Nous devrions nous qualifier nous-mêmes de « dissidents »… et ça pourrait aussi s’appliquer à un autre domaine, où ça pourrait remplacer avantageusement « eurosceptique », devenu si péjoratif, car le même principe se vérifie. Plus vous en savez sur l’UE, et moins vous avez de chances d’avoir envie d’en faire partie.

—-

Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

L'étau hygiéniste semble progressivement se desserrer dans le monde : aux États-Unis, les obligations vaccinales tentées par l'administration Biden ont été salement retoquées, un nombre croissant de pays laissent tomber les restrictions sanitaires dont l'aspect inopérant voire néfaste commence à apparaître à la vue de tous...

Eh oui : en témoigne le changement notable d'attitude de la plupart des laquais de l'information sur les plateaux télé ainsi que le retour de certaines personnalités raisonnables sur les ondes, le monde commence à... Poursuivre la lecture

Par Benjamin Faucher. 

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

... Poursuivre la lecture

Par Damien Conzelmann.

Sur les ondes de France Inter, Olivier Blanchard, ex-chef économiste du FMI, déclarait qu'il n’y a pas à sacrifier la croissance pour éviter le réchauffement climatique :

https://twitter.com/franceinter/status/1407950272060694529

 

Il n’en fallait pas plus pour réveiller et indigner tous les partisans de l’idée de décroissance économique. Les insultes ont fusé. Gilles Raveaud a même parlé de « naufrage intellectuel ». Récemment, la publication d’un brouillon du GIEC a également relancé ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles