Non, la pensée unique n’est pas néolibérale !

En mettant au placard les clichés habituels, on s’aperçoit que les libéraux ne sont pas les membres d’une secte

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Couverture de Marianne, 17 mai 2008

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, la pensée unique n’est pas néolibérale !

Publié le 29 juillet 2011
- A +

Dans le cadre de la version estivale de Contrepoints, nous vous invitons à lire ce texte rédigé en 1997 par Pascal Salin, mais toujours d’actualité.

Couverture de Marianne, 17 mai 2008


Tribune parue dans
Marianne du 1er septembre 1997

Il faut savoir gré à Marianne d’avoir ouvert un grand débat en présentant son dossier sur le libéralisme dans son numéro du 18 août. Et je lui sais personnellement gré de donner la parole au libéral que je suis. En ouvrant ce dossier, Marianne pourrait nous inviter à dépasser les oppositions traditionnelles entre droite et gauche pour y substituer un débat que je crois autrement important. Mais la fenêtre ainsi ouverte est aussitôt refermée, comme en témoignent la présentation des libéraux comme membres d’une secte et le rapprochement établi entre libéralisme et stalinisme. Car les libéraux ont toujours été les seuls à s’opposer à tous les totalitarismes, qu’ils soient staliniens, maoïstes, hitlériens ou fascistes. Ils ont aussi été les seuls à s’opposer avec constance à toutes les entreprises colonialistes.

L’opposition faite par Marianne entre libéraux et néolibéraux, si elle facilite l’instruction du procès, est parfaitement incompréhensible. Reprenons donc les choses à la base. Il existe deux visions irréconciliables de la société: l’une est individualiste et l’autre collectiviste. Cette opposition est si fondamentale qu’il est de fait étonnant de présenter les défenseurs de la vision individualiste comme les membres d’une secte. Une autre manière de présenter les choses consiste à opposer les libéraux à ce que Friedrich Hayek appelait les constructivistes, c’est-à-dire ceux qui désirent construire la société conformément à leurs voeux, quand le vrai libéral accepte le changement sans savoir où il conduira. Ce qui implique de sa part une très grande modestie et un très grand respect d’autrui, quel qu’il soit: au lieu de penser que la raison est l’apanage d’une petite minorité d’hommes, sortes d’ingénieurs sociaux (qu’ils soient désignés démocratiquement ou autrement), le vrai libéral a confiance dans la capacité de chacun à déterminer son destin, à condition que les droits de tous soient définis et respectés. Le libéral n’a donc pas de «modèle de société» clefs en main à proposer, contrairement à ce que prétend Marianne.

La France est certes marquée par la pensée unique. Mais celle-ci n’est pas néolibérale, mais au contraire interventionniste, constructiviste et socialisante. D’où vient alors cet incroyable retournement qui élève la pensée libérale au rang de pensée unique ? On pourrait y voir une suprême habileté consistant à rendre le libéralisme coupable de tous les échecs passés, présents et futurs. Or, c’est une dérision, car le mode de pensée véhiculé par les médias, les écoles et universités, les hommes politiques et l’administration est collectiviste, comme l’ont été toutes les politiques depuis des décennies. Ainsi, l’échec d’Alain Juppé n’est pas un échec du libéralisme mais celui de l’interventionnisme. La montée constante du chômage depuis plus de vingt ans est parallèle à la croissance des prélèvements obligatoires et à l’augmentation des réglementations. L’abandon des nationalisations et la réalisation de quelques privatisations ne doivent pas faire illusion. Le rejet de certaines chimères socialistes, comme par exemple les entreprises publiques ou la planification, n’est pas une conversion au libéralisme. C’est le vrai problème: les Français ne savent pas ce qu’est le libéralisme, et le dossier de Marianne ne les aide pas à le comprendre, il reproduit fidèlement les vieux clichés, confondant par exemple libéralisme et défense des intérêts des «gros capitalistes». Le libéralisme est ainsi décrit à travers les lunettes collectivistes: si l’on divise le monde en capitalistes d’une part, et salariés, exploités ou exclus d’autre part, on aboutit à une lecture commode selon laquelle les socialistes défendent les seconds alors que les libéraux défendent les capitalistes. Mais cette vision est radicalement fausse.

Comme l’a souligné l’économiste péruvien Hernando de Soto, à propos de son pays – mais sa description s’appliquerait ailleurs -, on a tort de nommer capitalistes les propriétaires des grosses entreprises qui vivent de protections étatiques, de privilèges et de subventions et qui devraient être appelés «nomenklaturistes». Les vrais capitalistes sont tous ces pauvres qui luttent pour leur survie en développant des trésors d’imagination pour contourner les obstacles que les pouvoirs en place mettent sur leur chemin. En France, les victimes de la pensée unique collectiviste sont tous ces hommes et ces femmes exclus du marché du travail, ces petits artisans ou commerçants, ces entrepreneurs imaginatifs qui, bien souvent, n’ont plus que le choix entre la faillite ou l’exil. C’est à tous ces gens que le libéralisme veut redonner un espoir en leur permettant à nouveau d’être responsables, en leur rendant leur dignité. Cet espoir n’est pas vain si l’on veut bien se souvenir que le libéralisme a été l’origine de cet événement historique inouï qui a vu, à partir de la fin du XVIIIe siècle, des masses innombrables accéder à une vie décente et conquérir l’espoir d’une amélioration de leur sort.

Cette extraordinaire libération humaine a été accompagnée ou même préparée par un mouvement intellectuel qui a jeté les bases théoriques du libéralisme. Les Français l’ont malheureusement oublié, eux qui ont tendance à considérer le libéralisme comme un produit d’origine anglo-saxonne et le refus du libéralisme comme un moyen de préserver l’identité culturelle de la France: notre pays a abrité certains des plus grands penseurs libéraux de l’Histoire, aux XVIIIe et XIXe siècles (en particulier Turgot, Jean-Baptiste Say ou Frédéric Bastiat), qui ont eu une immense influence aux États-Unis, au point que la tradition libérale américaine a des racines largement françaises.

La tradition libérale française s’inscrit dans le courant humaniste, ses auteurs adoptent une approche que l’on peut appeler subjectiviste, fondée sur l’idée que les phénomènes humains sont concernés uniquement par les perceptions et les besoins des individus. Il est d’ailleurs curieux de reprocher aux libéraux d’être intéressés uniquement par l’argent et le marché puisqu’ils sont précisément les seuls à récuser une approche matérialiste et quantitativiste de l’économie. Il n’est pas vrai que les libéraux aient pour seul credo la défense du marché, car le marché existe toujours. Le seul vrai problème est de savoir si ceux qui viennent sur le marché agissent librement et dans le respect des droits d’autrui. Ce qui définit une société libérale, ce n’est donc pas le recours au marché, mais la trilogie «liberté individuelle, propriété, responsabilité».

Si l’on veut bien mettre définitivement au placard les clichés habituels, on s’apercevra alors que les libéraux ne sont pas les membres d’une secte mais les défenseurs de valeurs spontanément reconnues par les hommes. On retrouve partout cette aspiration à la liberté individuelle: ainsi, alors qu’il existe malheureusement à droite beaucoup de conservateurs assis sur la défense de leurs pouvoirs, il y a par ailleurs à gauche des libertaires qui ne se reconnaissent pas nécessairement dans les partis institutionnels. N’oublions d’ailleurs pas que l’économiste français du début du XIXe siècle Frédéric Bastiat siégeait sur les bancs de la gauche à l’Assemblée. Le moment n’est-il pas venu pour toutes les consciences droites de briser le carcan de la pensée unique antilibérale et de prendre conscience des convergences entre tous ceux qui, même dans des camps opposés, n’en ont pas moins une égale passion pour la liberté ?

A lire également :

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Et on remarque une publicité à côté de ce post sur une plateforme de trading de monnaies étatiques.

    L’habit ne faisant pas le moine n’est-ce pas…

  • « Une autre manière de présenter les choses consiste à opposer les libéraux à ce que Friedrich Hayek appelait les constructivistes, c’est-à-dire ceux qui désirent construire la société conformément à leurs voeux, quand le vrai libéral accepte le changement sans savoir où il conduira. Ce qui implique de sa part une très grande modestie et un très grand respect d’autrui, quel qu’il soit: au lieu de penser que la raison est l’apanage d’une petite minorité d’hommes, sortes d’ingénieurs sociaux (qu’ils soient désignés démocratiquement ou autrement), le vrai libéral a confiance dans la capacité de chacun à déterminer son destin, à condition que les droits de tous soient définis et respectés. Le libéral n’a donc pas de «modèle de société» clefs en main à proposer, contrairement à ce que prétend Marianne. »

    L’évolutionnisme Hayeken est fortement critiquable. Hayek est favorable à la tradition, aux mœurs, aux normes sociales, car elles sont sélectionnées par les individus en ce qu’elles favorisent l’intérêt individuel. Ainsi, les normes inadaptés se voient rejetés à cause de leur inefficacité. Pour lui, l’extension de l’échange marchand dans l’ordre social, jusqu’à sa prédominance d’aujourd’hui, est le résultat d’une sélection tacite, non délibéré, « naturelle », bref : non-constructiviste.
    Dans son optique, les anciennes morales à la St Thomas d’Aquin qui portaient sur l’argent, sont rejetés car elles constituent un frein à l’expansion naturel du Marché.
    On peut se demander aussi, pourquoi il serait nécessaire de militer pour le libéralisme, si on peut avoir confiance dans le choix « naturel» des individus à sélectionner ce type d’ordre social ?
    Historiquement, ce sont les états qui ont favorisés la monté de la bourgeoisie et l’essor de l’économie, il est donc faux de croire que le modèle social libéral s’impose de lui même en vertu de sa supériorité intrinsèque.

    « La France est certes marquée par la pensée unique. Mais celle-ci n’est pas néolibérale, mais au contraire interventionniste, constructiviste et socialisante (…) on aboutit à une lecture commode selon laquelle les socialistes défendent les seconds alors que les libéraux défendent les capitalistes. Mais cette vision est radicalement fausse. »

    Il est remarquable qu’un libéral comme Salin ne pense à définir la pensée unique que sous l’aspect économique. Oublier les évolutions culturelles importantes de ces 40 dernières années directement liées à l’aspect politique du libéralisme relève de la mauvaise foi. De plus, si la pensé unique se résume à l’interventionnisme étatique accepté par tout le monde, on peu dire aussi que le rejet à tous les niveaux de la société contre toute forme de totalitarisme relève de la pensée unique. En faite, Salin, utilise un terme et son sens originel crée par d’autres pour son propre compte, mais qui n’a malheureusement rien à voir avec la « pensée unique ». C’est très gramscien tout ça.

    « Cet espoir n’est pas vain si l’on veut bien se souvenir que le libéralisme a été l’origine de cet événement historique inouï qui a vu, à partir de la fin du XVIIIe siècle, des masses innombrables accéder à une vie décente et conquérir l’espoir d’une amélioration de leur sort. »

    La grande masse travaillait dans des conditions bien plus sordides après la révolution industrielle en Angleterre ou après la révolution française.

    Pas tout à fait convaincu par l’article.

  • Bravo à Pascal Salin qui arrive à démonter en peu de mots le dossier de Marianne. Comme d’habitude, Marianne sort à nouveau la rengaine socialiste que nous entendons depuis plus d’un siècle.
    A propos du commentaire de Galuel, soit il a lu de travers l’article de Pascal Salin, soit il ne connait rien au trading, soit … les deux.

    • Galuel est un communiste qui veut vivre d’argent gratuit et qui croit qu’un être humain est obligé de travailler dès le jour de sa naissance pour sa survie.

      Sinon très bon article de Salin qui rappelle que l’intelligentsia française fait magistralement honneur à Michel Audiard.

      • N’étant pas libéral il ne comprend pas la possibilité de penser autrement que ses dogmes matérialistes, il n’a aucune notion de logique, de relativité, de modèles, et de déterminations d’axiomes relatifs à la liberté des hommes comme base de tout système relationel entre individus. Il ne comprend que sa propre définition et rejettre autrui, dans l’incapacité de comprendre la nécessaire intelligence d’établissement de la non-nuisance comme loi symétrique dans l’Espace et dans le Temps.

    • Marianne n est absolument pas a tendance socialiste pour preuve la place faite dans ses colonnes a Salin, Maniere ou Allais.

  • L’évolutionnisme Hayekien a été fortement critiqué par d’autres penseurs libéraux, méconnus en France, tel Murray Rothbard ou Hoppe.
    En effet si on suit cette théorie jusqu’au bout, il n’y a aucune raison de militer pour le libéralisme puisqu’il doit naturellement s’imposer de lui-même. C’est en ce point qu’Hayek s’est ainsi détaché de la tradition libérale.

    Au contraire le libéralisme reconnait, par une approche rationnelle, la supériorité de valeurs fondamentales et axiomatiques qui peuvent se résumer dans le principe de non agression (en dehors des cas de légitime défense) et concrètement par les droits de propriétés privées. Ces valeurs ne s’imposent pas d’elles même.

    Ce ne sont pas les États qui ont intentionnellement favorisés la montée de la bourgeoisie, mais c’est en faisant respecter avec plus de rigueur les droits de propriétés privées (mais de façon partielle, très partielle, mais largement supérieure aux époques passées) que l’économie s’est considérablement développée et a permis l’ascension de la « bourgeoisie », concept flou au demeurant qui ne veut pas dire grand chose.

    Cela n’a pas empêché des groupes d’individus riches, qui ont profité d’un marché plus efficient et qu’on l’on peut désigner de bourgeois, d’influencer les hommes de l’État (ou d’en devenir eux-même), pour profiter de la puissance de l’Etat, son monopole de la violence, pour accroître leurs richesses ou contrecarrer les effets « néfastes » du marché (pour eux mais pas pour le consommateur ) et ainsi rester riche. C’est en cela qu’ils peuvent s’apparenter à une Nomenklatura qui vivent (partiellement) aux dépends des autres, et cet état des choses n’a rien de capitaliste.

    Enfin, avant les révolutions industrielles, le niveau de vie pour la moyenne des gens était misérable, si le 19e donne l’impression d’être envahi par une masse infini de pauvre, c’est lié à une explosion démographique qui n’a pu être engendrée que par ces révolutions industrielles : en gros les gens mourraient moins et la mortalité infantile chutait.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pascal Salin.

Parmi les quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron pour le Grand débat national nous voudrions évoquer un certain nombre de problèmes qui nous paraissent particulièrement importants et qui se trouvent concerner les deux premiers thèmes (fiscalité et organisation de l'État).

Le débat sur la fiscalité est à l'ordre du jour et l'on peut d'ailleurs considérer comme positif qu'il y ait une prise de conscience des excès de la fiscalité française et de ses effets destructeurs. Comme on le sait bien, la France bat – ... Poursuivre la lecture

capitalisation
4
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin.

La détermination du montant de sa retraite est évidemment fondamentale pour tout individu puisqu’elle conditionne son niveau de vie une fois ses activités productives terminées.

C’est pourquoi on peut comprendre que le projet de réforme du système des retraites élaboré par le gouvernement français retienne considérablement l’attention de l’opinion publique et suscite même des grèves très importantes. Il serait certes fondamental que les réformes envisagées contribuent à une amélioration du système des retraites... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin.

Comme on le sait, il est actuellement question de la fondation d'un parti politique de droite (dont le parti Les Républicains pourrait éventuellement faire partie) et il est évidemment utile de savoir précisément en quoi consiste cette droite, par opposition à la gauche.

La définition de la gauche, pour sa part, est assez claire car on peut considérer qu’il revient au même de parler de gauche et de socialisme. Or le socialisme peut être défini comme un système politique et économique dans lequel l’État bénéfici... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles