Copier Wikibéral, le nouveau sport à la mode?

Selon la Télévision Suisse Romande, un nouveau cas de plagiat de Wikibéral, en Suisse cette fois

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Copier Wikibéral, le nouveau sport à la mode?

Publié le 25 juillet 2011
- A +

Copier Wikibéral, le nouveau sport à la mode?

Après Luc Chatel copiant Wikibéral pour une réponse à un député en 2010, il semblerait qu’un deuxième cas de plagiat de l’encyclopédie développée par Liberaux.org ait vu le jour selon la Télévision Suisse Romande (TSR) :

Un livre intitulé « La légende de l’effet de serre » produit l’effet d’une bombe à l’EPFL. Son auteur, François Meynard, employé de la haute école de Lausanne, a fait quasiment du copier-coller sur vingt pages, à partir de [Wikibéral], sans citer de source, révèle l’enquête de la TSR.

Une semaine après l’Université de Fribourg, c’est l’École polytechnique fédérale à Lausanne (EPFL) qui se trouve dans la tourmente pour un soupçon de plagiat. François Meynard est attaqué sur tous les fronts. Climatosceptique assumé, il défend mordicus, dans son livre « La légende de l’effet de serre », la thèse selon laquelle l’homme – et le CO2 qu’il dégage – n’est en rien responsable du réchauffement climatique. L’auteur, qui admet ne pas être spécialisé dans le domaine du climat, ne s’attribue pas moins une légitimité scientifique, en tant que physicien et docteur en mathématiques.

On lui reproche d’avoir recopié presque mot pour mot 20 pages du site wikiberal.org, un dérivé de l’encyclopédie en ligne Wikipedia, sans citer la moindre source. Certes, il mentionne que les pages incriminées se trouvent sur internet, mais sans en donner l’origine.

Contrairement à ce qui est affirmé par la TSR, Wikibéral n’a aucun lien avec la fondation Wikimedia et est développé par l’association Liberaux.org, association de droit français à but non lucratif qui développe également Contrepoints. À la différence de Wikipédia qui se veut d’un point de vue neutre, Wikibéral entend plus particulièrement donner les différents regards libéraux et libertariens.

N’ayant pas eu accès aux documents concernés par cet apparent plagiat, nous ne sommes pas en mesure de confirmer si la licence Creative Commons Paternité de l’encyclopédie a ou non été respectée; tout contenu de Wikibéral est en effet librement réutilisable à condition de mentionner la source. Plus précisément:

L’ensemble de l’encyclopédie Wikibéral est diffusée sous licence CC-By-SA 3.0 unported. Cette licence signifie que vous êtes libres de reproduire, distribuer, communiquer et modifier le contenu de Wikibéral, à condition d’en mentionner la paternité, à savoir Wikibéral, et de conserver la même licence CC-By-SA.

Nous espérons que ce point a bien été respecté par l’auteur et nous nous félicitons néanmoins que le contenu de Wikibéral soit réutilisé, ainsi que l’auteur ait choisi de s’abreuver à d’aussi bonnes sources que notre encyclopédie. Nous condamnons cependant tout plagiat qui manifeste un mépris du travail d’autrui et des licences libres.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Chez moi WL est en erreur 500 en ce moment.

  • Tiens, ça tombe bien, je voudrais vous soumettre une idée d’article: le GIEC vient tout juste de terminer sa réunion, et vous pouvez en trouver une interview ici: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/developpement-durable-1/d/changement-climatique-le-bilan-de-la-reunion-du-giec_31601/

    Et donc, il y a un truc qui fait juste bondit: en lisant le début il semble que les types soient en train de se remettre en question, ils admettent que leurs résultats risquent d’être modifiés, qu’ils ont eu beaucoup d’incertitudes, etc.

    Puis vient la question fatidique:

    « Par rapport au 4e rapport, est-ce que le Giec va annoncer une aggravation de la situation ? »

    Jean Jouzel : « Oui ».

    Ainsi donc ils ont la conclusion avant même d’avoir fait les études « scientifiques »… Je pense que vous pouvez vous faire plaisir la dessus. 😉

  • Soyez juste avec l’affreux Jouzel, il donne l’exemple de l’aggravation de la situation par l’augmentation des émissions de gaz dit « à effet de serre » durant la dernière décennie…
    Bon, en fait, il s’agit d’une estimation des rejets de CO2 d’origine humaine, lesquels, après une inflexion en 2009, auraient battu tous les records en 2010.
    Pour info, la conclusion est contenu dans les statuts du machin :
    « Le GIEC a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine (…) »

    À noter la finesse de la traduction française du machin :

    IPCC = Intergovernmental Panel on Climate Change
    GIEC = Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat

    Les coquets de Français ont rajouté des experts qui n’existent pas en VO.

  • J’ai lu le livre de monsieur Meynard et j’ai effectué des recherches sur le site de wikilibéral et je n’ai pas trouvé jusqu’à présent de correspondance. Evidemment cela ne prouve rien, mais il faut se méfier aussi des médias qui sont largement responsables de la propagande réchauffiste.

  • Finalement, voici le fond de l’affaire : Monsieur Meynard a repris dans son livre une description des climatosceptiques qu’on trouve ici:
    http://www.wikiberal.org/wiki/Liste_de_scientifiques_sceptiques_sur_le_r%C3%A9chauffement_climatique

    Il a étoffé un peu. Pour sa défense, il écrit en début de chapitre:
    « La série de portraits suivante peut se trouver sur internet. Elle a été un peu complétée et ne cesse de se développer. Elle comporte peu de femmes »

    Il aurait pu explicitement nommer wikiberal. Il ne l’a pas fait. Est-ce un crime? A vous de juger!

  • « Nous condamnons cependant tout plagiat qui manifeste un mépris du travail d’autrui et des licences libres. » (Contrepoints)
    L’avantage avec la seule contrainte qu’impose cette licence, c’est qu’aux bout de quelques modifications, la liste des auteurs finit par devenir beaucoup plus longue que le contenu lui même.
    Autre chose : soit vous demandez réparation, soit la dénonciation que vous faites des plagiats vous suffit et la licence devient inutile.
    Paternité officielle, non merci !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Théophile Gacogne.

La propriété intellectuelle permet de protéger une œuvre, une innovation ou une marque. Elle se décline en deux catégories, la propriété industrielle qui s’occupe de l’enregistrement des marques, des dépôts de brevets, dessins et modèles. Puis, la propriété intellectuelle littéraire et artistique que l’on nomme « droit d’auteur », destinée à protéger les œuvres littéraires, musicales, graphiques et les logiciels. Dans cet article, nous nous intéresserons aux droits d’auteur afin de comprendre leurs enjeux et limi... Poursuivre la lecture

L'Inde a lancé une plateforme de ressources éducatives, sous licence libre. Une politique d'ouverture à l'exact opposé des choix français. Un article du Framablog, par aKa.

Le gouvernement indien a inauguré cet été une plateforme de ressources éducatives. Nous en avons aussi en France, comme par exemple l’Académie en ligne. Sauf que, comme il a été dit dans les colonnes de Framablog à son lancement, cette dernière plateforme est totalement verrouillée par le choix de sa licence (lire les conditions ... Poursuivre la lecture

Le Tribunal de grande instance de Paris, dans un jugement rendu le 7 juin 2013, a condamné la société Fayard pour des plagiats. Cela mérite qu’on s’y arrête. Françoise Laborde, membre du très déontologique CSA, est accusée de plagiat. Eh oui, ce sont bien ces gens-là qui disent aux autres ce qu'il faut faire et pas faire, où est le bien, où est le mal, ce qui doit être régulé, ce qui ne doit pas l'être, ce qui est légitime, ce qui ne l'est pas... De la main gauche, je plagie, de la main droite je régule/censure. Sans soucis.

---

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles