Ces sommets où se décide le sort du monde

Un parachute n’est pas indispensable pour sauter d’un avion. Par contre, vous pourriez en avoir besoin si vous voulez le faire 2 fois. Ces gens-là ne voient pas au-delà de la 1ère fois

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ces sommets où se décide le sort du monde

Publié le 22 juillet 2011
- A +

Christopher Booker écrit un bon papier nous expliquant comment le « zéro » (l’euro NDT), comme certains l’appellent, va causer un effondrement mondial. Et, finalement, les élites commencent à s’agiter sur la question pour se mettre à niveau.

Cependant, la première chose à garder à l’esprit au sujet de tous ces « sommets », c’est que les communiqués sont toujours écrits longtemps à l’avance. En général, le premier point à l’ordre du jour consiste à les approuver. Puis ils reviennent aux choses sérieuses…

Deuxième point, n’oublions pas que tout ce qui est donné en pâture au public l’est pour une bonne raison. Si dire la vérité peut conduire à l’effet désiré, alors peut-être qu’on nous la dira. Du moins, une certaine version de la vérité. En fait, il est plus probable qu’on ne nous fournisse qu’une partie de l’histoire. La partie la moins importante, de toute évidence.

Troisième point, ils mentiront tant que ça les arrange, systématiquement, effrontément et sans un instant d’hésitation. Dans la mesure où (c’est malheureux mais c’est comme ça) ils ne nous font pas signe quand ils mentent, il n’y a aucun moyen de savoir s’ils disent la vérité. L’expérience tend à prouver que le plus souvent ce n’est pas le cas.

Quatrième point (le plus difficile à appréhender totalement) : ne sous-estimez jamais l’ignorance, la stupidité de ces personnes. Ce n’est pas parce qu’elles sont au cœur de l’action qu’elles sont forcément bien informées, ou même qu’elles comprennent ce qu’on leur raconte. Les gros bonnets sont souvent les derniers au courant de la tournure des événements.

Cinquième point, le marché à court terme ou les fluctuations des devises, ça ne veut strictement rien dire.
Pénultièmement, peu importe qui vous êtes, vous ne pouvez pas ignorer la gravité. Approchez-vous trop du soleil, vous brûlerez vos ailes et retomberez sur terre. Et pour finir, revisitons un vieil adage : un parachute n’est pas nécessaire pour sauter d’un avion. Par contre, vous pourriez en vouloir un si vous voulez le faire deux fois. Ces gens-là ne voient pas au-delà de la première fois.

Alors, que se passe-t-il vraiment avec l’euro ? En fait, personne ne le sait, même pas (surtout pas) les gros bonnets. Mais il y a une certitude : ce mois-ci, ou un des suivants, tout ça va s’écraser et brûler.

Alors, sur qui va-t-on rejeter la faute ? C’est toujours la faute de quelqu’un, comme ils disent. Heureusement qu’il y a toujours quelqu’un.

—-
Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Selon certains, le Mexique n’a pas fait assez pour relancer son économie après le covid. Le pays n’a pas touché au déficit, à l’inverse de la plupart des autres pays. Son économie rebondit au même rythme que la France, et sa monnaie résiste face au dollar.

Je parlais à un autre Américain que j’avais rencontré à l’église à Paris...

Les compagnies pétrolières, dit-il, ont tout intérêt à nier le réchauffement… mais les chercheurs n’ont pas d’incitation à prouver le réchauffement.

Je réponds que les renouvelables et l’écologi... Poursuivre la lecture

L'inflation annuelle dans la zone euro continue d'augmenter, passant de 7,4 % en avril 2022 à 8,1 % en mai, dépassant les attentes de 7,8 %, atteignant le niveau le plus élevé depuis la création de l'euro. L'énergie a augmenté de 39,2 % - contre 37,5 % en avril - et l'alimentation, l'alcool et le tabac de 7,5 % - contre 6,3 % en avril - mais même sans les prix de l'énergie et de l'alimentation, l'inflation est passée de 3,5 à 3,8 %.

Les coupables sont bien connus : l'expansion monétaire effrénée des banques centrales, les distorsions d... Poursuivre la lecture

Lionel Laurent de chez Bloomberg n’a pas de patience pour les cryptos… Auparavant, il attaquait le Bitcoin pour son utilisation d’énergies.

Il écrit :

« L’énergie représente environ la moitié des dépenses des sociétés qui minent le Bitcoin. »

Aujourd’hui, il revient à la charge, et appelle les autorités à une prise en charge du secteur :

« Il est temps pour les régulateurs de se demander quel est l’impact dans le monde réel du prochain retournement de cycle contre les cryptos. »

Les échanges décentralisés « ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles