Eclair de lucidité à la Fed de St Louis

99 ans pour que la sagesse économique atteigne les politiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Eclair de lucidité à la Fed de St Louis

Publié le 8 juillet 2011
- A +

Dans une publication récente de la Fed de St Louis, Daniel L. Thornton, vice président et conseiller économique, confirme que :

« le législateur est au courant de la possibilité selon laquelle une politique persistante de taux d’intérêt exceptionnellement bas peut résulter en une mauvaise allocation du crédit et gonfler le prix des actifs. »

C’est une excellente nouvelle et nous avons tous toutes les raisons du monde de nous féliciter de cette prise de conscience qui, intervenant en 2011, n’aura finalement mis que 99 ans – depuis la publication du Traité de la Monnaie et du Crédit de Ludwig von Mises en 1912 – pour atteindre l’esprit de ceux et celles qui sont en charge de la planification monétaire centrale.

Effectivement, nous avons d’excellentes raisons de penser qu’une politique monétaire dite accommodante a de très fortes chances de créer ce qu’il est convenu d’appeler une « bulle spéculative » et que la correction de cet effet indésirable par une politique monétaire restrictive résulte généralement en une récession.

—-
Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • 99 ans, pas tout à fait. La Federal Reserve Bank de St. Louis a toujours été proche de l’école autrichienne. Dans les années ’60 et ’70, lorsque les 11 autres banques régionales développaient des modèles keynésiens, seule la fed de St Louis prévoyait les conséquences négatives de moyen et long terme de politiques monétaires expansionnistes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La loi de Say vaut-elle seulement en situation d’économie de troc ? Ou vaut-elle-même en faisant fi de tout phénomène monétaire ? Pour répondre à ces questions, commençons par citer Jean-Baptiste Say lui-même :

Quand l’argent vient à manquer à la masse des affaires, on y supplée aisément,[…]. La marchandise intermédiaire, qui facilite tous les échanges (la monnaie), se remplace aisément dans ce cas-là par des moyens connus des négociants, et bientôt la monnaie afflue, par la raison que la monnaie est une marchandise, et que toute espèc... Poursuivre la lecture

Comme tous les économistes classiques je n’ai cessé de condamner le quantitative easing mis en place par la FED (Banque Fédérale de Réserve) après la crise de 2008, elle-même provoquée par la pratique des subprimes, encouragements donnés par la législation fédérale à la multiplication des prêts immobiliers.

« L’inflation est partout et toujours d’origine monétaire » : cette formule de Friedman a l’aval tant des néo-quantitativistes de Chicago que des comportementalistes autrichiens, qui à la suite de Menger Mises et Hayek estiment que ... Poursuivre la lecture

L’inflation a menti, elle n’a pas fait ce qu’elle avait promis. Alors qu’elle devait s’essouffler, elle a accéléré de plus belle. Hier, c’était la hausse des prix de l’énergie, puis des prix des biens durables, aujourd’hui les prix de l’alimentaire, et demain les salaires ? Certes, Poutine n'était pas prévu, ni le reconfinement chinois. D’une manière générale on avait naïvement cru que l’offre s’empresserait de s’ajuster à la demande une fois le monde déconfiné, afin d’éviter des tensions sur les prix des biens trop rares. Résultat, l’inflati... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles