32e université d’été de la Nouvelle Economie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

32e université d’été de la Nouvelle Economie

Publié le 7 juillet 2011
- A +

Communiqué de l’ALEPS

Retenez les dates : du 21 au soir jusqu’au soir du 24 août. Les modalités d’inscription vous seront indiquées la semaine prochaine. Une inscription séparée est prévue pour les débats du soir, auxquels seront invitées des personnalités du monde économique et politique. Une grande fête terminera l’Université.

QUELLE CRISE ? QUELLE SORTIE DE CRISE ?

Après l’État Providence

Dimanche 21 août : Dîner d’ouverture de la 32ème Université d’Eté :

Après l’État Providence : comment concevoir la transition ? Nos expériences.

Laszek Balcerowicz, Ancien Premier Ministre, Ancien Directeur de la Banque Nationale de Pologne

Michel Kelly Gagnon, Président de l’Institut Economique de Montréal, ancien président du patronat canadien et de la Chambre de Commerce de Montréal

3 Journées : Changer, libérer, croire

Lundi 22 août : Une crise salutaire ? La crise appelle un nouvel élan

L’État Providence a créé la crise. Il est temps de changer les idées et les politiques.

Débat du soir : Crise des Finances publiques ou crise de l’État ?

Mardi 22 août : La route de la liberté. Se passer de l’État ?

Nécessité de réduire l’État pour réduire les dépenses et les charges publiques. Ne pas avoir peur de l’après État Providence : libérer concurrence et marchés.

Débat du soir : Protections sociales ou responsabilités personnelles ?

Mercredi 23 août : La société de confiance. Responsabilités et exigences morales, bases de l’espoir.

La société politique et l’État laissent place à la société civile et l’entreprise. Nécessité d’un cadre institutionnel et d’une vision éthique. Croire à l’homme et à l’harmonie sociale.

Débat du soir : Société de puissance ou société de confiance ?

Les participants attendus à ce jour : Thierry Afschrift (Belgique), F. Aftalion, A. Arnoux, L. Balcerowicz (Pologne), P. Bessard (Suisse), B. Bouckaert (Belgique), G. Bramoullé, G. Calzada (Espagne), J.P. Centi, E. Colombatto (Italie), T. Curzon Price (UK), V. Curzon Price (Suisse), J.Ph. Delsol, D. Den Uyl (USA), S. Davies (UK), J.Ph. Feldman, J. Garello, P. Garello, A. Gentier, M. Kelly-Gagnon (Canada), E. Krecké (Luxembourg), N. Lecaussin, B. Lemennicier, H. Lepage, L. Liggio (USA), A. Mathieu, J.Y. Naudet, T. Palmer (USA), D. Rasmussen (USA), M. Rizzo (USA), D. Rohac (Tch), P. Salin, J. Schwarz (Tch), P. Simon, F. Smith (USA), C. Stagnaro (Italie), S. Tabery (Luxembourg), B. Taffin.

Plus d’informations? Contactez info@libres.org

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lors de chaque élection présidentielle, quelques libéraux optimistes devinent dans les propos d’un candidat un impensé libéral ou des bribes de libéralisme qui témoigneraient de solides convictions cachées pour des motifs tactiques. Par ailleurs, des journalistes plus ou moins orientés ne manquent pas de qualifier de libérale une personne qu’ils veulent ainsi marquer du sceau de l’infamie.

La présente élection ne fait pas exception à la règle et c’est Valérie Pécresse, candidate de la droite, qui se retrouve en première ligne. Plutôt q... Poursuivre la lecture

Walter Lippmann fut un journaliste américain à la fois engagé dans les affaires internationales et dans les débats d'idées. Il mit en avant l'impossibilité d'une authentique démocratie dans une société contemporaine dans ses livres Public Opinion et The Phantom Public.

Si il fut un observateur lucide de la politique nationale comme des affaires mondiales, il fut aussi le promoteur réfléchi de solutions aux problèmes de régime. Il a ainsi été l'initiateur d'un libéralisme humaniste qu'il a promu dans son livre The Good Society. ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Qu’est-ce que le libéralisme ? Voilà une question qui peut paraître simple, mais au sujet de laquelle le moins qu’on puisse dire est qu’il existe beaucoup d’idées préconçues. Pour ne pas dire totalement fausses.

Il n’y a sans doute pas plus haï ou diabolisé que ce vocable de « libéral », quotidiennement mué en « ultra-libéral » ou « néo-libéral » pour les besoins de la cause.

Vous affubler de ce qualificatif suffit généralement à vous discréditer et à vous rendre inaudible par avance. Pourtant, le libéralisme n’est pas ce que l’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles