L’essor du soutien scolaire privé à Cuba

À Cuba, l’enseignement s’est privatisé, mais sans que cela soit reconnu publiquement

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
formula-matematica

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’essor du soutien scolaire privé à Cuba

Publié le 28 juin 2011
- A +

Par Yoani Sánchez, de La Havane, Cuba

Juin est le mois où les élèves en fin de cycle se jettent sur les livres, les étudiants appliqués révisent leurs cours et les parents mettent leur bourse en péril pour payer les professeurs particuliers. Pendant des années, l’existence de ces maîtres informels a été sous estimée au moment de faire l’évaluation de l’éducation à Cuba, mais ceux qui ont un enfant dans l’enseignement secondaire savent son importance. Aujourd’hui, si un adolescent ne reçoit pas l’attention extra scolaire d’un tuteur privé, il a peu de chances – voire aucune – d’accéder à l’université. L’enseignement paradoxalement s’est privatisé, mais sans que cela soit reconnu publiquement.

La demande est si forte que pendant ces dernières semaines de cours les maisons de ces professeurs freelance sont prises d’assaut. Le coût d’une heure de soutien scolaire oscille entre 20 et 25 pesos cubains, le dixième d’un salaire moyen mensuel. Suivre ces cours permet de compenser le très bas niveau des enseignants du collège et du lycée, particulièrement dans des matières comme les mathématiques, la physique, la chimie et la grammaire. Mais il faut également dire que beaucoup de collégiens veulent rattraper dans la dernière minute le contenu de dix mois de cours auxquels ils n’ont pas prêté attention. La paupérisation matérielle et conceptuelle, l’excès d’endoctrinement idéologique et le peu de sérieux dans le respect des horaires scolaires se paient au moment des examens finals, et des milliers de parents sont prêts a payer plutôt que d’accepter un échec.

La réalité se moque ainsi des slogans. Ceux qui ont les moyens peuvent procurer à leurs rejetons un maître additionnel ; ceux qui ne les ont pas devront se contenter d’accrocher au mur un diplôme de fin de premier cycle. Ces jours-ci dans le séjour de n’importe quel appartement on voit des mains qui écrivent précipitamment, prennent des notes comme jamais, gardent le silence et manifestent un intérêt surprenant. Il s’agit des étudiants face à un professeur particulier, cet appui d’un enseignant supplémentaire sans lequel ils ne pourraient pas aller très loin. Ils savent que chacun de ces cours représente un sacrifice pour toute la famille, aussi absorbent-ils les mots, les chiffres et les théorèmes. Ils auront sans doute une longueur d’avance vers la ligne d’arrivée, avec un avantage sur ceux qui n’auront jamais eu de tuteur privé.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La situation des finances publiques n'est pas brillante. Le niveau de dette s'établit à 112,9 % du PIB (2800 milliards d'euros, soit 164 000 euros par foyer imposable, environ 17 millions), le déficit public est attendu à -5 % en 2022 après -6,5 % en 2021. La trajectoire de retour au déficit sous les 3 % en 2027 suppose une croissance des dépenses limitées à 0,7 % sur la période, ce qui n'a jamais été réalisé sur plusieurs années et suppose des économies massives. Par ailleurs, la hausse des taux d'intérêt va augmenter mécaniquement la charge... Poursuivre la lecture

C’est un épisode de l’histoire, et même l’Histoire, que l’on commémore pour ses 150 ans, avec des controverses pour savoir si cet évènement doit être fêté ou oublié.

Il s’agit bien sûr de La Commune.

Rappelons les faits, pour ceux qui auraient oublié, ou ceux qui n’en auraient même pas entendu parler (il y en a), malgré l’abondante littérature.

1870, c’est la défaite de la France face à la Prusse. Napoléon III capitule le 2 septembre et est fait prisonnier des Prussiens. Le 4 septembre, une foule de Parisiens envahit le P... Poursuivre la lecture

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

Dans le débat sur la croissance économique, les gens confondent généralement l'éducation et le capital humain. Il existe pourtant une différence flagrante, car ce dernier fait référence au savoir-faire plutôt qu'à de simples connaissances théoriques. L’éducation suggère que l'on est éduqué, alors que le capital humain indique l'application de la théorie. Un diplômé en ingénierie est instruit, mais il fait preuve de capital humain lorsqu'il dépose un brevet ou crée une entreprise.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles