Keynésianisme

Plus ou moins keynésiens les dirigeants français?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gilles Moec

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Keynésianisme

Publié le 28 juin 2011
- A +

Le plus libéral des français sera toujours plus keynésien que n’importe quel dirigeant britannique ou américain.

Gilles Moec, codirecteur des études européennes de la Deutsche Bank (Challenges, 1er juin 2011)

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Excellente surprise pour cette rentrée : La Nouvelle Lettre, publication libérale animée par l’infatigable Jacques Garello dans le cadre de l’Aleps depuis 1981, fait peau neuve. Branchée sur l’actualité comme sur la défense des principes authentiques du libéralisme, La Nouvelle Lettre s’attache à offrir au lecteur un son de cloche différent de l’ensemble de la presse subventionnée.

L’ambition de Jacques Garello à travers cette publication est transparente : il s’agit de montrer que le programme libéral est une alternative crédible aux ... Poursuivre la lecture

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.

Quatorzième volet de... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Notre société n’en peut plus. Après plusieurs décennies de surenchère en matière d’interventionnisme, qui se paye par une taxation et un endettement (donc des impôts futurs) de plus en plus colossaux, le peuple réagit.

De manière parfois confuse, mais en réponse à une accumulation de souffrances qui résultent pour une bonne part de l’horreur politique et de la prétention de certaines élites à constamment tenter de régenter la vie des autres. Une impasse, mais aussi un leurre dont on n’a pas fini de mesurer l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles