Que savez-vous des listes noires du PCF?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Listes noires du PCF

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Que savez-vous des listes noires du PCF?

Publié le 27 juin 2011
- A +

Les listes noires du Parti Communiste Français désignent les listes de noms que la direction du parti publia de 1933 à 1945. Elles y listaient les anciens militants communistes, jugés traîtres à la cause pour avoir fréquenté les mauvaises personnes ou divergé de la ligne du parti. 2.300 personnes furent inscrites sur ces listes et nombre d’entre elles furent assassinées à ce titre pendant la seconde guerre mondiale. Comme le résume Rémi Kauffer :

«Deux mille trois cents noms et 22 listes noires de supposés « traîtres » ou « provocateurs », jetés en pâture par le PCF entre 1933 et 1945. Le but, parfaite application des dogmes léninistes : mettre au pilori les « ennemis de classe » au sein du « mouvement ouvrier ». Une terreur quotidienne, qui trouvera son aboutissement pendant la Seconde Guerre mondiale, avec les « liquidations physiques » de dissidents mis dans le même sac que les collaborateurs. »
— Rémi Kauffer, Le Figaro Magazine, 14 novembre 2008

Ces listes noires étaient un des moyens utilisés par l’appareil du PCF pour montrer aux chefs de section le sort qui les attendaient s’ils sortaient du rang. Le Parti entendait explicitement écraser l’individu en lui rappelant que seul compte le Parti. Le journal L’Humanité d’écrire ainsi [1] :

«Dans notre Parti que la bataille révolutionnaire n’a pas complètement épuré du vieux fond social-démocrate, l’influence des personnalités joue encore un trop grand rôle. […] C’est dans la mesure où toutes les survivances petites-bourgeoises du « Moi » individualiste seront détruites que se formera l’anonyme cohorte de fer des blocheviks français. […] s’il veut être digne des traces glorieuses du Parti Russe, le Parti communiste Français doit briser sans faiblesse tous ceux qui, dans son sein, refuseraient de se plier à sa loi! »
— , L’Humanité, 19 juillet 1924

Elles sont également une illustration des rapports du communisme avec la trahison, comme l’ont souligné Sylvain Boulouque et Franck Liaigre dans Les Listes noires du PCF paru en 2008. Dans leurs propres mots, « la hantise du traître est constitutive de la représentation du monde telle que Lénine l’a lui-même défini. Le monde est en guerre, il n’y a que deux clans : qui n’est pas avec nous est contre nous ». Là où le libéralisme propose une société ouverte, fondée sur l’échange libre et la diversité, le modèle communiste est l’opposition guerrière dans une perspective de lutte des classes.

Ces listes ne furent plus diffusées à partir de 1945; le PCF, tenant à se présenter comme l’unique figure de la lutte antifasciste ne pouvait pas reconnaître que certains de ses membres avaient collaboré.

—-

Notes et références

  1. Tel que cité par Stéphane Courtois et Jean-Louis Panné in Le Livre noir du communisme, p.317

Bibliographie

Liens wikiberal

Lien externe

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Le parti communiste français (PCF) a été créé en 1920 et a eu un rôle politique important après la Seconde Guerre mondiale. Mais il a perdu ce rôle depuis beaucoup d’années. Certes, en principe, le parti communiste français existe encore, mais on n'en entend jamais parler car il ne joue aucun rôle public important.

Ainsi en 2021 ce parti a perdu sa dernière présidence de conseil départemental. Il dispose encore un nombre limité d’adhérents et son journal, L’Humanité, existe encore (mais est fort rarement évoqué).

On a donc le se... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

La victoire de Gabriel Boric à l’élection présidentielle chilienne du dimanche 19 décembre ouvre les portes du pouvoir politique à un militant de la gauche radicale soutenu, notamment, par le Parti communiste. Ce scrutin a démontré l’effacement du centre et la vigueur des extrêmes.

Face à Boric au deuxième tour, se trouvait José Antonio Kast, catholique, père de neuf enfants, nostalgique de l’ère Pinochet, hostile à l’avortement et au mariage gay. Il présentait un programme économique libéral, mais aussi un autoritarisme sociétal inqui... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Christian Michel.

Ramenées à leur plus simple expression, toutes les philosophies politiques tranchent le même dilemme : soit la collectivité est suprême – tribale, religieuse, nationale – et puisque l’individu ne peut exister sans elle, il lui appartient, la collectivité peut exiger de lui tous les renoncements. Soit chaque personne humaine est la seule source de valeurs, la société n’étant que le champ où ces valeurs s’actualisent, et si sacrifice il y a, c’est seulement parce que des personnes ont décidé en leur âme et conscienc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles