Statu quo au salon aéronautique du Bourget

Airbus (A320 Neo) et Boeing (longs courriers) dominent toujours le marché

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Statu quo au salon aéronautique du Bourget

Publié le 23 juin 2011
- A +

Malgré la présence de nombreux compétiteurs chinois, russe, brésilien ou canadien, l’oligopole Airbus-Boeing semble sortir renforcé du salon aéronautique du Bourget, en particulier pour Airbus sur le segment des moyens courriers, tiré par la croissance des low costs.

L’A320 Neo, une version remotorisée de l’A320 d’Airbus par Pratt & Whitney et General Electric, enregistre des commandes historiques. Cet avion permet en effet, selon le constructeur, une consommation de carburant 15% moindre que le modèle A320 classique. Depuis l’annonce récente de son lancement, Airbus a engrangé 727 commandes et estime possible d’arriver à 1000 d’ici à la fin du salon du Bourget. La compagnie indienne IndiGo, qui avait déjà pris des options sur l’avion, les a converti en commandes fermes pour 180 appareils dont 150 Neo. Au prix catalogue, cela représente 16,4 milliards de dollars. American Airlines, jusque là fidèle à Boeing, serait également en pourparlers avec Airbus pour une centaine d’A320. Une autre commande historique est probable avec Air Asia (200 avions). Airbus reste toutefois affaibli par la non rentabilité de l’A380, qui devrait durer au moins jusqu’en 2013 ou 2014, et certains soucis techniques sur l’A400M.

Boeing, qui doit décider s’il lance un nouveau moyen courrier ou ne fait qu’une remotorisation simple et est à la peine face au Neo. Cependant, sur le marché plus rentable des longs courriers, Boeing a engrangé des commandes importantes L’entreprise reste cependant sous pression pour annoncer rapidement sa décision sur le segment des monocouloirs.

En comparaison, le canadien Bombardier n’a vendu que 30 CSeries à Korean Airlines principalement. Quatar Airways a annulé des options et Bombardier voit menacées des options posées par Republic Airways, qui a acheté des Neo. Le russe Superjet n’a remporté qu’un contrat sur un avion de 120 places. Embraer (Brésil), spécialisé sur les liaisons régionales, attend la décision de Boeing avant de lancer ou non un moyen courrier. Commercial Aircraft Corp (Chine), pourrait constituer un rival à Airbus et Boeing après l’annonce d’un partenariat de développement avec Ryanair, même si cette dernière s’est aussi associée à Boeing.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Boeing
0
Sauvegarder cet article

Par Bill Bonner.

C’est uniquement grâce à la discipline exercée par le passé que les Américains pensent n’avoir pas besoin de discipline aujourd’hui.

Le secteur industriel américain, par exemple, s’est fait une réputation mondiale en termes de production efficace et de qualité. Prenez Boeing : la société sortait de bons avions à bon prix – parce que c’est ce qu’exigeaient les clients.

Il n’est pas facile de rester le meilleur au monde, dans l’industrie. Il faut investir de gigantesques quantités de temps et d’argent pour... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Terry Markman. Un article de Libre Afrique

Oui, il existe une vraie solution pour les problèmes de la compagnie aérienne nationale South African Airways (SAA). Il existe bien un plan qui pourrait mettre fin aux renflouements par les contribuables et satisfaire aussi le « stupide » désir des politiciens de voir flotter le drapeau national et conserver ainsi leur fierté nationale. Mais, il faudra vraiment beaucoup de courage.

Une gestion chaotique

Les conseils d’administration successifs de la SAA ont constamment mené à des éc... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Stacy Ndlovu. Un article de Libre Afrique

Il a fallu plusieurs années de négociations pour que Fastjet, une compagnie aérienne privée à bas prix basée en Tanzanie, obtienne les droits d’exploitation de la ligne Harare-Bulawayo. Pourtant, la distance de vol entre ces deux grandes villes du Zimbabwe n'est que d'environ 228 milles, soit un trajet de 45 minutes. Pire encore, il a fallu trois ans à Fastjet pour lancer son exploitation au Zimbabwe. Comment expliquer une telle aberration ?

Un ciel protégé et des compagnies étatiques s... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles