Droit de réponse à Libération

Nous nous opposons formellement à cette étiquetage de Contrepoints.org à droite ainsi qu’aux accusations d’avancer cachés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Logo journal Libération (Tous droits réservés)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Droit de réponse à Libération

Publié le 21 juin 2011
- A +

Monsieur,

Dans « que prépare la «droitosphère» pour 2012 ? » (25 mai 2011, Quentin Girard), vous rangez le journal en ligne Contrepoints.org dans la « droitosphère » et écrivez que « dans un web majoritairement de gauche, l’homme de droite ne pourrait pas avancer de manière frontale » mais forcément masqué.

Nous nous opposons formellement à cette étiquetage de Contrepoints.org à droite ainsi qu’aux accusations d’avancer cachés, ce qui nous pousse à invoquer un droit de réponse.

Le libéralisme est, à tort, réduit uniquement en France à sa dimension économique, alors qu’il vise à la primauté de l’individu en tout. Ainsi, les libéraux défendent tant les valeurs de la liberté individuelle, chère à la gauche, que de la liberté économique, chère aux conservateurs.

Historiquement, le libéralisme a toujours été entre droite et gauche, ni d’un camp ni de l’autre mais toujours du côté de la liberté. Faut-il vous rappeler que Frédéric Bastiat, un des plus grands libéraux du XIXe siècle, siégeait à gauche à l’assemblée ? La rédaction de Libération est-elle à ce point indigente qu’il faille lui expliquer que ce sont bien des travaillistes qui firent de la Nouvelle-Zélande un des pays les plus libéraux du monde ?

Par quelle honteuse torture du sens des mots arrivez-vous à faire passer une droite française, étatiste et autoritaire pour libérale ? Même Bertrand Delanoë, que vous admettez socialiste dans vos propres colonnes, reconnaît cet état de fait en écrivant « Le sarkozysme, ce bonapartisme, est profondément antilibéral ».

Dans la lignée des idées libérales dont nous nous revendiquons, nous avons fait de Contrepoints.org un site qui ne soit aligné sur aucun parti mais soit toujours fidèle aux valeurs de liberté et de responsabilité, dans tous les champs de la vie humaine. Partant, et même si cela vous paraît relever de la science-fiction, Contrepoints.org est aussi tendre avec l’UMP que Libération peut l’être. Nous plaçons en premier la défense de la liberté, et sommes contre l’étatisme tant conservateur que « progressiste ».

Le besoin d’étiqueter tel ou tel site de « droite » ou de « gauche » est la marque d’un esprit conformiste, peu compatible avec l’ouverture que vous prétendez revendiquer. Le refus d’étiquette politique n’est pas une volonté d’avancer masqué comme l’écrit l’article de façon ridiculement complotiste, mais la revendication de la liberté de ton, celle-là même que vous avez depuis longtemps abandonné à Libération et dans la presse française en général, pour mieux pouvoir profiter des subventions tirées des contribuables, subventions étatiques corruptrices auxquelles Contrepoints.org n’a jamais et ne fera jamais appel.

Contrepoints est en effet édité par une association loi 1901 qui refuse les subventions publiques de toutes sortes, contrairement à votre publication qui en reçoit beaucoup. Nous n’avons de ce fait pas besoin d’écrire des articles de remerciements à Nicolas Sarkozy louant sa grande bienveillance envers la presse écrite, en faisant mine d’oublier les diverses interventions directes en la matière dont le président s’est rendu coupable en exigeant le licenciement de tel ou tel journaliste importun ou l’embauche de tel ou tel animateur ami.

Nous nous tenons à votre entière disposition pour vous expliquer de manière détaillée notre ligne éditoriale, et serions ravis d’apporter à vos lecteurs une vision plus précise de ce qu’est la presse libérale en France.

Le comité de rédaction de Contrepoints.org

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • Bien répondu. A l’exception de l’argument Delanoë peut-être, parce que vu que lui-même se revendique libéral, je ne sais pas très bien s’il sait ce que ça veut dire.

  • Et puis tout les conservateurs ne sont pas forcément attachés à la liberté économique, loin s’en faut.

  • En effet. Mais il faut faire simple pour les journalistes de Libé 😉

  • Excellent ! Je suis 100% en phase avec l’entier contenu de ce post.

  • Dans les années 70 Libe était lu et même écrit par une partie de ceux qui voulaient libéraliser la société conservatrice, mais depuis ils se sont recalés sur le fameux axe droite – gauche avec tous les réflexes attachés : vouloir tout situer sur cet axe et relativement à soi….2 erreurs en fait !
    Le libéralisme ne peut être ni de droite ni de gauche, il est un rempart contre leurs 3 tendances principales : le conservatisme, l’étatisme et le fascisme.

  • Ouich, m’enfin quand même, la loi de la jungle et le droit du plus fort, si ça n’a jamais été vraiment des idées de droite, c’est pas de gauche non plus.
    En fait, vous avez raison, il faudrait trouver une troisième catégorie. Mais où la mettre… mystère… Au dessous de tout ?

    • T’as déjà vu un politicien de droite dire qu’il est favorable à la loi de la jungle et le droit du plus fort, c’est marrant parce qu’avec De Gaulle ou Chirac on l’aurait vu je crois.

    • « You have to really decide where you want to live: if you want to live in the jungle or in the zoo. Because if you want the beauty, if you want freedom, the jungle is… that’s your world. But you’re in danger there, you have to live with snakes, sharks, tigers, skunks, you know, mosquitoes, leeches. You want to be safe, you have to live in the zoo. (…)And you will be surprised how many people prefer to live in the zoo; they are not ready to pay for the freedom; they think that freedom should be, you know, for free, even for granted, which never is, never is. » (Milos Forman)

  • En tout cas le droit de réponse est très bon. Bravo

  • @Tremendo, euh… c’est à l’école publique, ou dans le privé, que vous avez appris à lire… ????

  • @lexinton, après lecture de l’article dont je vous remercie de m’avoir indiqué l’adresse, me voilà rassuré : je suis du coté du plus fort.
    Autrement dit, votre façon de voir me convient très bien. D’ailleurs… n’est-ce pas dans un monde libéral tel que vous le préconisez que nous vivions tous à la Préhistoire ?
    Et depuis, les meilleurs ont su imposer leur vision de la société, un état, un droit, pour un minimum de justice.

    • Je connais des auteurs selon lesquels la préhistoire était communiste (Marx), si vous enconnaissez qui la voit libérale il faudra nous les citer…

  • @Milos Forman, j’ai bien aimé Amadeus, n’empêche que Salieri je l’ai vu aussi dans Last Action Hero…
    Triste pensée simiesquement binaire, que celle d’un monde où l’on devrait choisir entre l’asservissement et la lutte de tous contre tous.
    Heureusement, grâce au libéralisme, toute jungle sera transformée en palmerais à huile, ça sera moins compliqué, c’est vrai. Un monde à votre mesure, comme aurait dit Mozart.

    • ne confondons pas un monde libéral ou s’en approchant et un monde libertarien . Et à l’école privée, on apprend que palmeraie prend un e . ( je suis de mauvaise foi, je fais très souvent des fautes de frappe, c’est de l’humour turbolibéral )

    • On ne peut pas choisir entre l’asservissement et la lutte de tous contre tous. Nous sommes toujours tout le temps et partout en lutte de tous contre tous.

      On peut seulement choisir quelles sont les armes légitimes de cette lutte ; notamment si ça inclut l’asservissement d’autrui…

      • Qui défendra les plus faibles ? Rien qu’avec la question des handicapés, des personnes agées, et pire, des enfants, votre truc ne tient pas la route… Heureusement que c’est pas la lutte de tous contre tous !

        • Leurs familles, leurs amis, les Eglises, les œuvres charitatives, etc…

        • Ah bon, c’est pas la lutte de tous contre tous ? Je dois être parano alors. Magnifique. Et vous habitez où ?

          J’avais pour cru observé qu’on parlait beaucoup de politique (dont on sait pourtant depuis Clausewitz et Foucault qu’elle est déjà la guerre, même si elle « froide ») ici même, et que « l’extension du domaine de la lutte » était caractéristique de notre époque. Et bien sûr il n’existe aucune entité qui aurait déclenchée une guerre à la drogue ou la « délinquance routière », j’ai juste fait un cauchemar idiot.
          Bon. Je vais me réveiller et tout ira bien, ouf, merci à vous.

  • « « dans un web majoritairement de gauche, l’homme de droite ne pourrait pas avancer de manière frontale » mais forcément masqué. »

    Et c’est un journal de gauche qui le dit… Donc alors nous ne vivons pas dans un monde ou la presse est majoritairement dominée par des industriels capitalo-néolibéro-facho-conservateurs???

    Mince .. On m’aurait menti alors? Les gentils ils sont dans la voix du maitre??

    • industriels capitalo-néolibéro-facho-conservateurs
      vous avez oublié pédophiles aussi et mangeurs d’enfants pauvres

  • @ Li Po, Oups, pas eu le temps de vérifier !
    En tout cas, content que vous n’ayez trouvé que ça à redire …!

  • Le comité de rédaction de Contrepoints.org : « Ainsi, les libéraux défendent tant les valeurs de la liberté individuelle, chère à la gauche »
    ————————–
    Liberté individuelle, « valeur chère à la gauche » ??? Ca alors, c’est un scoop, ça doit être tellement cher qu’elle la cache bien.

  • excellent article de contrepoint.org

    • Attention, Contrepoints.org et non Contrepoint.org, ou vous risquez d’avoir une crise cardiaque!

      • damned ! je viens d’aller voir contrepoint.org ! effectivement, une lettre sépare les deux sites, mais elle est lourde de sens !

  • Et à remarquer que l’article que Libération classe également à droite le blog de l’un des nôtres : « hastable » (excusez la faute si toutefois il y en a une, c’est pas une appellation très facile à se souvenir…..) ! Ne pensez-vous pas qu’il faudrait peut-être « ne pas l’oubier » et demander à la rédaction de Libération des excuses « également pour lui » ?!

    • Bah il était déjà de notoriété publique que Hashtable fait partie d’une vaste nébuleuse de blogs d’extrême droite, donc je pense que h16 n’en est plus à ça près 🙂

    • A défaut de pouvoir les mettre dans des camps, ********* met les libéraux dans des petites cases.

      Sinon, quel intérêt à perdre son temps à répondre à ces prostituées ?

  • I give it two thumbs up !

  • Contrepoints avancerait masqué! Vu la teneur, et le ton des articles, ainsi que la présentation du site, c’est absurde.

  • Je me demande: est ce que ce n’est pas seulement depuis Marx que la gauche est devenue antilibérale ? Ou bien…?

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Être libéral est un style de vie, fait de symboles et d’éléments culturels. Notre chroniqueur Olivier Palettu vous en fournit les clefs pour vivre votre libéralisme au quotidien.

Remis au goût du jour par Édouard Balladur, un maître en matière de style français, le mocassin à pampilles (ou à glands), fit florès dans les années 1980 quand, au milieu du mitterrandisme triomphant, les libéraux espéraient renverser la vapeur et se montraient volontiers plus Thatcher que Bérégovoy. Si certaines illusions furent dissipées, le mocassin à pam... Poursuivre la lecture

Être libéral est un style de vie, fait de symboles et d’éléments culturels. Notre chroniqueur Olivier Palettu vous en fournit les clefs pour vivre votre libéralisme au quotidien.

Rendue célèbre par la chanson de Metallica, Dont’t tread on me (« ne me marche pas dessus », « ne me foule pas aux pieds »), l’expression est devenue la devise du mouvement libertarien.

Il s’agit du fameux Gadsgen Flag, avec le serpent à sonnette, qui trouve ses origines dans la Révolution américaine.

Ce serpent est dessiné par Benjamin ... Poursuivre la lecture

Dans les années 1970, les États-Unis étaient en proie à un nombre croissant de problèmes, dont la plupart résultaient d'une intervention excessive de l'État dans l'économie et de la prolifération des programmes d'aide sociale, ce qui contredisait l'image populaire européenne des États-Unis comme exemple type d'une économie de marché libre de tout programme ou institution d'aide sociale. Corrigées de l'inflation et de la croissance démographique, les dépenses fédérales par habitant pour les programmes sociaux ont presque doublé, passant de 129... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles