Le renflouement qui coule la Grèce

Comme je l’ai prévu depuis le début, un pays sacrifié pour payer les banquiers, les détenteurs d’obligations, et l’euro.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le renflouement qui coule la Grèce

Publié le 21 juin 2011
- A +

Bien que tardivement, bon nombre de commentateurs se pressent maintenant autour du consensus sur l’inutilité du renflouement de la Grèce. Ils ont tout faux : les renflouements, bien loin d’être inefficients, ont été particulièrement délétères. La Grèce est encore plus endettée aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a un an, et les pertes engendrées par un défaut ne se feront maintenant plus seulement sentir par un seul petit nombre de banquiers, mais par nous tous.

La dégringolade devrait détruire des carrières à travers toute l’Union Européenne. Ministres, gouverneurs de banques centrales, économistes, journalistes : des centaines de coupables ont soutenu une politique qu’ils savaient illégale, alors qu’ils ne comprenaient en rien combien elle pouvait être destructrice. Mais, bien évidemment, ceci n’arrivera pas.

Tout comme tout ceux qui avaient tout faux sur l’euro sont toujours présentés par nos télévisions comme des experts impartiaux, ceux qui ont tout faux sur les renflouements (généralement, les mêmes personnes, d’ailleurs) ressortiront de cette catastrophe avec une réputation intacte. Dans la vie publique, il vaut mieux faire partie d’un etablishment s’embourbant dans l’erreur que d’avoir eu raison trop tôt.

Il n’y a alors, j’en ai peur, aucune façon de présenter cela modestement. Ce blog a constamment vu juste concernant le cas grec depuis le tout premier démenti officiel sur la possibilité d’un renflouement en février de l’année dernière. Durant la campagne électorale britannique, je n’ai cessé de m’étonner de l’échec des médias à couvrir un problème qui allait sûrement devenir un des premiers tests du nouveau gouvernement. En mars dernier, usant de la même métaphore sophocléenne que celle utilisée par Boris aujourd’hui, je prédisais que plutôt que laisser la Grèce se découpler de l’Europe, dévaluer et faire défaut, l’Union Européenne multiplierait les renflouements successifs.

« Si nous devons étudier le thème de la tragédie grecque, faisons cela correctement. Nous avions déjà la part d’hubris : la croissance artificielle, à l’heure où les marchés se persuadaient que les dettes grecques et allemandes étaient interchangeables. Désormais, nous avons la nemesis.
Mais la catharsis n’est qu’artifice. En lieu et place d’une correction des marchés, une chute de la monnaie et d’un remaniement de l’économie, nous n’aurons qu’un autre renflouement. »

Pourquoi l’Union Européenne est-elle si déterminée à faire ce qu’il ne faut pas ? Après tout, la Grèce ne compte que pour moins de trois pourcents de son économie. La réponse est la même que celle que donne le Dr Zhivago à Gromeko lorsqu’il demande, misérablement, pourquoi les bolcheviks avaient tué le tsar : « C’est pour montrer qu’il n’y a pas de voie de retour ». L’UE dépend, dans un bien plus grand degré que celui habituellement reconnu, d’un sentiment inéluctabilité. Si les gens s’habituent à l’idée que l’on peut se soustraire de certains aspects de l’intégration européenne, c’est tout le système qui risquerait de s’écrouler.

C’est ainsi que l’on se retrouve avec toute une génération de galériens grecs condamnés à la pauvreté et à l’immigration dans le seul but de maintenir l’euro.

Notre génération considère qu’il était incroyable que dans l’Europe de l’Ancien Régime, la noblesse fusse exemptée de taxes. Comment, nous demandons-nous, pouvait-on concevoir un système dans lequel le fardeau fiscal ne reposait que sur les pauvres ? Pourtant nous en sommes désormais revenu précisément au même niveau de racket, les banquiers européens et les porteurs de bonds rejetant leurs responsabilités sur les contribuables.

La seule voie de sortie pour la Grèce est de quitter l’euro, de se réévaluer sur les marchés et de commencer à retrouver le chemin de la croissance par l’exportation. Le défaut de paiement arrivera tôt ou tard, et le retarder ne fait que rendre l’addition plus salée.

—-

Quelles suites pour la crise grecque ?

—-

Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La dérive du budget de l’État français en 2024 est l’aboutissement d’une évolution historique : l’immixtion de la puissance publique dans tous les domaines de la vie. Le politique est partout, conformément à la formule simpliste de la gauche radicale depuis environ un siècle : « tout est politique ».

La liberté individuelle ne peut que s’amenuiser si le pouvoir politique réglemente toute action sociale. Le risque ultime est donc la disparition de la démocratie libérale, caractérisée par la place importante qu’elle accorde aux initiativ... Poursuivre la lecture

Le FMI a publié ses prévisions pour l’année 2024 : 2,9 % pour la croissance mondiale, et 1,2 % pour la zone euro, avec un net recul de l’inflation.

« So far, so good ! »  a commenté, non sans humour, Alfred Kammer, le directeur du Programme Europe de l’organisme international. C’est en effet un peu mieux que ce que l’on pouvait craindre, sachant que la plupart des économies européennes sont fortement affectées par la guerre en Ukraine.

En France, nos dirigeants n’ont pas devant eux une page blanche, loin s’en faut. Des niveaux r... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF.

En janvier dernier, dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, annonçait la fin du « quoi qu’il en coûte ».

L’examen parlementaire en cours des projets de loi de finances de fin de gestion pour 2023, et de loi de finances pour 2024 montrent à l’inverse que, loin d’être fini, le « quoi qu’il en coûte » se poursuit. Et ce en dépit d’un goulet d’étranglement appelé à se resserrer du fait de l’aggravation de la charge de la dette dans les prochai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles