Le Soir fait des perles

La perte de qualité journalistique des grands quotidiens belges n’étonne plus grand monde

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
index

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Soir fait des perles

Publié le 15 juin 2011
- A +

La perte de qualité journalistique de grands quotidiens belges n’étonne plus grand monde. Qui s’émeut encore de voir des fautes d’aurtografes sur leur première page voire carrément dans les gros titres? Les personnes que ça affecte ont, depuis longtemps, résilié leur abonnement entraînant ainsi la perfusion constante de la presse par le gouvernement.

Un peu comme un abonnement obligatoire pour toutes les personnes qui paient des impôts mais… le journal en moins.

Les aides se répartissant entre les quotidiens Le Soir, ceux du groupe Sud Presse, La Dernière-Heure, La Libre Belgique, ceux du groupe Vers l’Avenir et l’Echo s’élèvent à 6.969.000€ auxquelles il faut ajouter une TVA à 0% pour la vente des journaux, un tarif préférentiel pour la Poste, un budget de 254.000€ pour l’achat de journaux dans les écoles, un bonus de 65.000€ pour payer le déplacement de journalistes dans ces écoles afin de vanter les mérites de notre merveilleuse presse et 100.000 autres euros, parce qu’on n’est plus à ça près, pour organiser des activités de sensibilisation dans les établissements d’étude secondaire. Pfiou, rien que ça et je ne vous ai pas parlé de Belgacom qui assure « à ses frais » un tarif spécial à nos joyeux groupes en pressdition.

Avec une perfusion pareille, on a de bonnes raisons de se demander s’il n’est pas temps de débrancher la presse dite traditionnelle au profit de journaux de qualité à moindre frais. Si le gouvernement en est venu au constat amer qu’il faut nourrir, loger et toiletter nos médias, ce n’est pas dû au désintéressement des nouvelles générations comme on l’entend clamer si souvent par ces dévoreurs d’argent public mais plutôt à cause de la chute sans fin de sa qualité journalistique.

Mon exemple, ci-dessus, peut sembler un peu maigre. Qui résilierait son abonnement pour une coquille de temps en temps dans un quotidien? Sur 365 éditions par an, il peut arriver que le correcteur soit malade et que, ce même jour, le rédacteur de l’article, l’éditeur puis l’imprimeur laissent passer une petite typo en première page. Après tout, c’est un travail stressant et qui ne laisse pas toujours le temps à la relecture.

La presse francophone est partisane et ça l’amène à faire des erreurs de jugement comme qualifier Ron Paul de « libertaire » ou « ultra-libéral »? À diaboliser McCain, bien que je ne sois pas partisan du personnage, et à prêter à Obama des intentions qu’il n’avait pas? À nous sortir du réchauffement climatique pour chaque épiphénomène dont la durée de vie est trop courte pour pouvoir parler de climatologie car, de l’aveu d’un journaliste, le rédac’chef refuse de remettre en cause les grandes politiques climatiques mises en place même avec un rapport scientifique contraignant à l’appui?

Si ce n’était que ça, tout le monde a le droit d’être subjectif et partisan. Produire du torchon souillé est un droit que je ne contesterais pas. Ce que je conteste est l’usage d’argent carotté aux honnêtes citoyens. Et pour produire quoi? Des perles, pardi! De jolies perles que l’on regarde jusqu’à ce que la rétine vous brûle.

Je ne suis pas chiche, je vais vous donner aussi le plaisir de rencarder votre ophtalmo:

Traduit, ce texte veut dire que Facebook voit une baisse importante de son trafic aux USA et au Canada alors qu’il approche les 700 millions d’utilisateurs à travers le monde.

Maintenant, voyons ce qu’un journaliste du journal Le soir spécialisé dans les articles pour Geek en pense:

Outch! 700 millions d’utilisateurs perdus? Facebook n’est pas prêt de s’en relever. Il doit lui rester les utilisateurs chinois et encore…

Petit-calculons pour rigoler. Si tous les habitants des USA, d’Angleterre, de Norvège, de Russie et du Canada avaient un compte et qu’ils décidaient de le fermer en même temps, Facebook perdrait 563 millions d’utilisateurs. Zut, je m’ai trompé. Pas moyen d’atteindre 700 millions d’utilisateurs à moins que les coquinous aient un autre compte. Probablement un pour la famille et l’autre pour échanger les photos de fins de soirées douloureuses.

Evidement, cet article fut retiré en moins de 24h ce qui ne me laisse pas le loisir de vous donner le lien mais je pense que Google va le garder encore un petit moment dans son cache pour que les plus dubitatifs n’aient pas à me croire sur parole.

Comme dirait h16 entre deux souffles rauques produits par son masque qu’il n’enlève jamais, même en privé: « Franchement, à bien y regarder, ces journalistes sont foutus… »

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • C’est le résultat du cumul de 2 facteurs: l’ignorance crasse et le passéisme dans tout ce qui concerne les nouvelles technologies ajoutée à un niveau d’anglais déplorable…

  • « Et on paie pour ça monsieur??? »

    Ah bien oui ma bonne dame, vous payez pour ça même si vous ne la lisez pas…

    « Mais c’est du vol! »

    Ah non madame, je ne vous permet pas, c’est de la presse sérieuse… C’est de la presse d’état.

    « Eh bien je vais changer de pays alors, ça leur fera des pieds! »

    Mais ma bonne dame c’est comme ça dans toute l’Europe!

  • Une presse indépendante qui mange dans la main du pouvoir, ça ne choque pas.

  • Bien tapé.
    Pour le cache, c’est rapé, Google ne référence plus les journaux francophones belges 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
9
Sauvegarder cet article

Ah, finalement, qu'il est doux d'être journaliste en France dans un journal de révérence !

Jadis, c'était un travail fatigant, voire stressant et parfois même risqué : il fallait aller chercher l'information directement sur le terrain et la corroborer le carnet de notes à la main. Certains événements pouvaient impliquer de mettre sa vie en danger ; et certaines informations, une fois obtenues, pouvaient signifier une exposition directe aux rétorsions des puissants...

Heureusement, en France, ce temps est révolu : de nos jours, l... Poursuivre la lecture

Dans un précédent billet d'octobre, je notais l'apparition d'internet et de la décentralisation massive de la diffusion d'information qui ont conduit à une désaffection grandissante des médias d'information traditionnels.

Cette désaffection, en retirant progressivement aux États le pouvoir de manipulation des foules par la propagande, commence à se voir.

D'un côté, les gouvernements multiplient les lois de plus en plus restrictives sur ce qu'on peut publier, ce qu'on peut dire et ce qu'on peut diffuser. La liberté d'expression n... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Les narratifs s’épuisent

par h16

Il règne une étrange ambiance dans la presse, les médias officiels et les nombreux fact-checkers plus ou moins autoproclamés : progressivement, il apparaît qu'on doive donner un peu de crédit aux thèses farfelues (évidemment farfelues) des complotistes, ces petits rongeurs agaçants, qui sentent le dessous de bras et suintent la haine d'extrême droite voire le populisme rance et facile.

Bien évidemment, ces médias officiels ne peuvent ni l'admettre ni, à plus forte raison, expliquer où, quand et combien ils se sont trompé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles