Défaites historiques des socialistes en Espagne

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mairie de Barcelone (Crédits : Pcarbone, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Défaites historiques des socialistes en Espagne

Publié le 23 mai 2011
- A +
Mairie de Barcelone (CC, Pcarbone)

Lourde défaite pour les socialistes espagnols lors des élections municipales et régionales de dimanche. Selon les estimations faites à la sortie des urnes, ils perdraient Barcelone et Séville, ainsi que plusieurs régions. Après dépouillement de 85% des suffrages, les conservateurs (PP) étaient à 37% des suffrages exprimés au niveau national, contre 29% aux socialistes (PSOE).

Ce sont les plus mauvais résultats pour le parti socialiste depuis le retour à la démocratie en 1978. Barcelone était contrôlé par les socialistes depuis lors et Albacete depuis 28 ans. A Barcelone, c’est une coalition des nationalistes et des conservateurs qui devrait gouverner. La mairie de Madrid, déjà aux mains des conservateurs, devrait rester ancrée à droite selon les estimations des sondeurs. Les conservateurs accroîtraient leur majorité au parlement régional, avec 72 à 74 sièges contre 67 auparavant. Une seule des 17 régions espagnoles resterait aux mains des socialistes.

Ces résultats interviennent après d’importantes manifestations de rejet des politiques d’austérité. Les résultats catastrophiques pour le PSOE compliquent la tâche du gouvernement socialiste espagnol; ce dernier est sous très forte pression pour réduire son déficit et sa dette dans un contexte de crainte sur la capacité du pays à éviter le recours à un plan de sauvetage. Le premier ministre, José Luis Rodriguez Zapatero, a annoncé qu’il ne se représenterait pas aux élections nationales de 2012, essentiellement pour ne pas obérer les chances de son parti.

Vendredi, le spread entre le taux payé par l’Allemagne et celui payé par l’Espagne était revenu au niveau de janvier, en très forte hausse. L’annonce de déficits plus importants que prévus dans plusieurs régions continue à nourrir les craintes des investisseurs, de même que l’indécision européenne sur la marche à suivre face à la crise de la dette publique.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède ... Poursuivre la lecture

Depuis une semaine, un enfant de 5 ans et sa famille sont harcelés et menacés par le nationalisme catalan dans la ville de Canet de Mar. Leur tort ? Avoir demandé l’application d’une décision judiciaire du Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne, qui consacre le droit des enfants catalans à recevoir 25 % de leur éducation en espagnol. Revenons sur ces évènements, témoins de l’apartheid linguistique qui sévit en Catalogne.

Eléments de contexte : qu’est-ce que l’immersion linguistique ?

La décentralisation politique est un des princip... Poursuivre la lecture

Par César Casino Capian.

Le libéralisme est en deuil. Ce dimanche 21 novembre, le philosophe Antonio Escohotado s’est éteint, entouré de sa famille, dans son havre de paix d’Ibiza. Afin de lui rendre hommage, revenons sur sa trépidante biographie qui, du Viêt-Cong au libéralisme en passant par le mouvement hippie espagnol, fut une ode à la liberté, à la responsabilité individuelle et à la curiosité intellectuelle.

la  biographie passionnante de Antonio Escohotado

Né à Madrid en juillet 1941, c’est au Brésil qu’Antonio Escohotado... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles