Demande de mandat d’arrêt contre Kadhafi

Le procureur de la Cour pénale internationale demande trois mandats d’arrêt pour crimes contre l’humanité contre Kadhafi et son cercle restreint

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Demande de mandat d’arrêt contre Kadhafi

Publié le 16 mai 2011
- A +

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, a annoncé aujourd’hui 16 mai 2011 lors d’une conférence de presse à La Haye où siège le CPI, avoir demandé des mandats d’arrêt contre Mouammar Kadhafi, son fils aîné Seif Al-Islam et le chef des services de renseignements de l’Etat libyien Abdallah Al-Senoussi pour crimes contre l’humanité.

Les juges de la CPI doivent encore décider s’ils vont accepter la requête du procureur, la rejeter ou lui demander des informations complémentaires.

Le gouvernement libyen a déjà souligné qu’il ne tiendra pas compte de l’annonce, étant donné que la CPI n’est pas reconnue par la Libye.

M. Moreno-Ocampo a déclaré qu’après avoir examiné plus de 1200 documents et fait passé 50 entrevues avec des personnes-clé et des témoins, son bureau avait obtenu des preuves montrant que Mouammar Kadhafi avait « personnellement ordonné des attaques contre des civils libyens non armés ».

« Mon bureau a rassemblé des preuves d’ordres directement émis par Mouammar Kadhafi, des preuves que Saif Al-Islam organisait le recrutement de mercenaires et des preuves de la participation directe de Abdallah Al-Sanussi dans les attaques contre les manifestants. »

Les charges font uniquement référence aux jours qui ont suivi le début des protestations contre le gouvernement socialiste du colonel Kadhafi le 15 Février. Entre 500 et 700 personnes auraient trouvé la mort lors du premier mois de l’insurrection.

Si Mouammar Kadhafi est effectivement poursuivi, il n’existe qu’un seul précédent de mandat contre un chef d’Etat : celui du président soudanais Omar Al-Bashir qui a été inculpé pour génocide au Darfour.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • je demande aMr; khaddafi mammar laisse ta place pour les jeunes sont toutes les peuples libyennes sont vos enfants avant tout regarder demain vous rencontre votre dieu ???? là il n y a de piston avec le dieu celui-ci qui a tuer leurs peuples a la fin du monde toutes les morts vous passera devant la balance il y a le paradis? et l’enfer .le proverbe réfléchir avant d ‘agir.
    LE DIEU VOUS PARDONNE;

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Augustine Atry. Un article de The Conversation.

Le 3 novembre 2021, le bureau du Procureur de la Cour pénale internationale (ci-après « CPI » ou « Cour ») a décidé d’ouvrir une enquête sur les crimes contre l’humanité qui auraient été commis depuis 2017 sur le territoire de la République bolivarienne du Venezuela. Aucune enquête de ce type n’avait encore été ouverte concernant un État américain depuis la création de la Cour.

Le lancement de cette procédure ne signifie pas que des individus seront nécessairement jugés, mais s... Poursuivre la lecture

Par Laurent Sailly.

En septembre 2019, face à la détérioration de la situation politique au Venezuela, le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies a confié à Marta Valiñas, juriste spécialisée dans les questions relatives à la justice internationale, la mission de faire la lumière sur les accusations portées par l’opposition vénézuélienne à l’encontre de Caracas, et ce depuis la mort de Hugo Chavez en 2013.

Un précédent rapport rédigé par des experts mandatés par l’Organisation des États américains avait déjà porté de lou... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Ted Galen Carpenter[1. Analyste senior au Cato Institute, auteur de dix ouvrages sur les affaires internationales.].

Un article de Libre Afrique

Lorsque le maréchal Khalifa Haftar a lancé son offensive militaire début avril pour se saisir de Tripoli, capitale de la Libye, les États-Unis et ses alliés européens semblaient unis quant à la politique à adopter : s'opposer catégoriquement à son initiative. L’Armée nationale libyenne (ANL) de Haftar est le bras militaire d’un gouvernement rival sis à Benghazi qui s’oppose au Gouve... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles