DSK et l’argent des autres

Dominique Strauss Kahn DSK (Crédits : FMI, licence Creative Commons)

La sexualité obéit à des pulsions incontrôlables qui relèvent de la pyschiatrie ; mais dépenser l’argent des pauvres relève de l’abus de pouvoir

Attendons le procès de DSK avant d’affirmer qu’il est un récidiviste du sexe. Mais sans attendre, étonnons-nous que le Directeur général du FMI dont l’objet est d’aider les peuples pauvres, ait occupé une suite à 3000 $ la nuit, au Sofitel de New-York. Il existe de bons hotels moins coûteux. S’agirait-il par hasard du même DSK qui, avocat, facturait ses conseils au prix fort à la Mutuelle de Etudiants ? 600 000 F, en 1997, avec production de rapports anti-datés et une étrange relaxe par la Justice.

La sexualité obéit à des pulsions incontrôlables qui relèvent de la psychiatrie ; mais dépenser l’argent des pauvres, étudiants et pays pauvres, relève de l’abus de pouvoir. Cet abus-là me semble au moins aussi disqualifiant pour des hautes fonctions que la faiblesse de la chair.

Article repris du blog de Guy Sorman, avec l’aimable autorisation de son auteur

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.