Quelle réforme fiscale ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quelle réforme fiscale ?

Publié le 9 avril 2011
- A +
(illustratin René Le Honzec)

Aujourd’hui, les impôts sont beaucoup plus lourds en France que dans les autres pays européens alors que l’économie stagne. Non seulement la dépense publique est très élevée, dépassant de plus de sept points du revenu national la moyenne des autres pays européens, mais cette dépense alimente une hausse continue des prestations sociales plutôt qu’elle ne prépare l’avenir de la nation.

En 2011, selon la Commission européenne, la dépense publique en pourcentage du PIB atteint 56% en France, 51,5% en Suède, 50,5% aux Pays-Bas, 50% du PIB en Italie, 49,5% au Royaume-Uni, et seulement 45,5% en Allemagne et 43,5% en Espagne. Le poids de la dépense publique en France est de très loin le plus élevé de la zone euro et dépasse la moyenne de la zone euro hors France de plus de 7 points de PIB. Surtout, la France est le seul grand pays de la zone euro à ne pas réduire le poids de sa dépense publique de 2009 à 2011, alors que ce poids (en % du PIB) baisse de 2 points en Allemagne, en Italie ou en Espagne.

De plus, les impôts sont mal conçus et découragent la prise de risque entrepreneurial et l’investissement. Ils font fuir les talents individuels et rendent l’action collective impuissante. Il devient donc urgent de reprendre en main les finances publiques de la France et de refonder si fiscalité afin d’arrêter le déclin et redonner espoir.

Dans cette optique, l’Institut Montaigne a tenu à alimenter le débat sur la fiscalité en rendant publique une étude inédite de l’économiste Christian Saint-Etienne. L’auteur est professeur titulaire de la Chaire d’Économie industrielle au Conservatoire national des arts et métiers, docteur d’État ès Sciences économiques et a travaillé au Fonds monétaire international et à l’OCDE.


Quelle réforme fiscale pour la France ? par institutmontaigne
Pour télécharger l’étude : Quelle réforme fiscale pour la France ?

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Bonne vidéo mais quelques points divegents:
    – augmenter la TVA: elle est déja la plus forte d’europe et n’aideront que les entreprises exportatrices.
    – 3 tranches d’impôt différentes: ne serait-il pas plus judicieux d’adopter réellement la flat tax (par exemple à 15%) comme aux usa mais également dans certains pays de l’Est comme la roumanie? Impôt sur les revenu de la fortune ou l’isf n’a pas beaucoup de différences car cela fera fuire ceux qui veulent payer moins.
    – De plus, selon l’association « liberté chérie », nous pouvons réduire à 20 pages seulement le code du travail. La réforme de la fiscalité passe aussi par une réglementation bien moins complexe. Cette clarification aurait pour avantage de ne rien coûter à l’état (au contraire).
    – Et si on pouvait virer la banque de france qui est l’équivalent de la fed pour nous, dont on voit la « prodigieuse efficacité » de cette dernière.

  • « la dépense publique en pourcentage du PIB atteint 56% en France »

    A quoi servent les 44% restant ? à payer la dette et ses intérêts ou bien sont-ils utilisés différemment ?

  • La dette et les intérêts sont inclus dans les 56% de la dépense publique

  • Tout à fait dans la ligne de l’Institut Montaigne…parfaitement collectiviste : je me demande vraiment pourquoi certains activistes de gauche s’obstinent à dénommer « ultra-libéraux » de tels « think tanks »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dépenses publiques n’ont cessé d’augmenter depuis un siècle. Elles sont financées de deux façons : les prélèvements obligatoires (impôts et cotisations sociales) et les emprunts publics. Comment ont évolué ces trois masses financières colossales depuis le début du XXe siècle ? La réponse est bien connue : ça monte, ça monte. Mais comme les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel, il faudra bien mettre fin un jour à cette évolution suicidaire. 90 % du PIB de dépenses publiques, c’est le totalitarisme. Nous étions à 62 % en 2020. Jusqu’où no... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Arnaud Pineau-Valencienne. Un article de l'IREF Europe.

En quatre décennies, le déficit public du pays devient vertigineux. Son origine remonte à la première alternance de la Ve République. La France subit par dogmatisme un chambardement en matière de gestion de ses finances publiques. Nos partenaires américains et anglais nous le ferons comprendre lors d’un somptueux dîner à Versailles par leur silence éloquent.

Les promesses démagogiques fleurissent, « flattent les mouvements d’option » et l’addition se paie immédiatement

Poursuivre la lecture

Formidable développement ce dimanche 19 décembre en politique américaine : le Build Back Better (BBB), 5 trilliards de folles distributions d’argent public aux clientèles démocrates, vaisseau amiral législatif de la présidence Biden, vient d’être officiellement et définitivement coulé par le sénateur démocrate Joe Manchin, qui refuse de cautionner cette orgie de dépenses publiques, la plupart sans motif, dans un contexte désormais inflationniste. Inflation, gestion covid, déroute afghane, absence de résultats, la présidence de Biden menace de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles