L’intervention en Libye crée un précédent positif

Légale, populaire et humanitaire, l’intervention militaire en Libye est un pari risqué mais nécessaire

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’intervention en Libye crée un précédent positif

Publié le 1 avril 2011
- A +

Légale en droit international, soutenue par les peuples arabes et motivée par le choix de protéger des civils contre un autocrate, l’intervention militaire en Libye est un pari risqué mais nécessaire.

L’intervention a commencé alors que les forces de Kadhafi allaient envahir Benghazi et sans doute y perpétrer un massacre, au moment où cette ville était le dernier grand centre de pouvoir anti-Kadhafi.

L’alternative à l’action de l’ONU ce jour-là était très probablement un assassinat en masse des opposants politiques le jour suivant.

L’intervention doit donc être jugée en fonction de cette alternative, une hypothèse qui est maintenant seulement hypothétique, mais qui était très réelle alors.

L’opération de l’ONU cherche à éviter la situation du Rwanda en 1994, quand les preuves du massacre imminent avaient été largement ignorées. Il y a des chances que ce faisant, elle répète l’intervention somalienne de 1993, si mal exécutée.

La mobilisation internationale pour l’aide humanitaire n’est jamais certaine de réussir, et l’histoire nous enseigne plutôt que plus les plans sont grandioses, plus les chances de succès sont faibles. Mais dans le cas qui nous occupe les risques semblent moins graves que ce qui aurait eu lieu si l’ONU et les autres étaient restés sur la touche.

Le résultat de la guerre reste incertain. L’aide internationale aux rebelles renforce leurs capacités mais ne peut remplacer l’insurrection populaire qui a lancé la révolution. Il ne le faut pas et ce n’est pas possible. L’impasse est clairement une des possibilités (même si nous ne parlons pas ici de statu quo ante : Kadhafi ne pourra pas récupérer sa position de dirigeant légalement reconnu).

Aux échecs, l’interprétation de l’impasse, qu’on appelle « pat » (une position dans laquelle un camp n’étant pas sous le coup d’un échec ne peut plus jouer sans mettre son propre roi en échec), a évolué avec le temps. En Europe, elle était autrefois considérée comme une victoire pour le joueur à l’offensive. En Russie et en Inde, c’était une victoire pour le joueur dans l’impasse.

Aujourd’hui on s’accorde à considérer qu’il y a match nul. En Libye, une telle situation serait vraisemblablement considérée comme une victoire pour Kadhafi. Aux États-Unis, ce serait aussi l’interprétation de Louis Farrakhan ou Michelle Bachman, qui ont tous deux suggéré que s’attaquer à Kadhafi était une erreur.

Mais il serait irresponsable de suivre leurs conseils. La preuve la plus claire étant qu’ils sont contredits par ceux qui, en Libye, assument les risques et les coûts de l’insurrection contre le dictateur, et qui devront ensuite vivre avec lui.

Lire la suite de cette analyse par Ian Hurd sur le site de Telos.

Ce paragraphe a été reproduit avec l’accord de Telos.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Kadafi a fait beaucoup pour son Pays et l’Afrique ce n’est pas le Salop décrit dans les médias Systémique, attention, beaucoup de monde prends sa défense, allez lire le site du prof d’histoire de l’université de Genèvre en Suisse Jean paul Pougala ou le site Africa Boyebi, vous allez êtes boulversifié.

    Dans vos propos et action vous êtes les Idiots utiles des USA et d ‘USraël ce sont eux qui ont organisé les révolutions Arabes la revue Kivouim a Jérusalem en février 1982 décrivait le futur de ces pays page 49 à 52 c’est ce qui se passe en 2011, l’éclatement de la Sirye et a venir, notre NABOTLEON de proche dépense 4,5 millions d’euros/jour avec juste le Charles de Gaulle pour leur cause, et nous connard on se sert la ceinture, souhaitons que notre charlie tombe en rade le plus vite pour revenir en remorque comme son prédécesseur….

  • « L’intervention en Libye crée un précédent positif »

    Oui, comme celles en Afghanistan, en Irak ou en Somalie… Ca n’a rien d’un précédent, du coup, et l’issue est déjà connue : ultranégative, comme d’hab…

  • Les « soutiens arabes » ce sont barré ou nierons nous avoir soutenu, les autres ne nous seront jamais reconnaissant, personne n’aime un grand frère armé et envahissant. Les rebelles semblent moins réclamer la démocratie qu’une part du gâteau, que le pouvoir leur lâche la grappe ou qu’ils remplacent ce pouvoir et pour l’instant (début avril) ils retraitent.

    Dans le tout meilleurs cas c’est un claquage de fric pour un résultat négatif dans le pire c’est un gros claquage de fric pour un énorme échec.

    Moralement, quoi que fasse l’occident dans ces régions c’est une défaite, à cause de l’histoire, de la philosophie et de la religion. (cf: Toutes les interventions depuis 1956 et la crise de suez)

    Après, rien n’empêche de se taper dans le dos en ce racontant des histoires.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
ur
3
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follett.

 

Notre cinquième Centre du progrès est la ville mésopotamienne d'Ur pendant ce qu'on appelle la Renaissance sumérienne, au XXIe siècle avant J.-C.

Ur était alors la capitale d'un roi nommé Ur-Nammu. Sous sa direction, la ville a publié le plus ancien code juridique existant au monde, le code d'Ur-Nammu, qui précède de trois siècles le code d'Hammurabi, plus connu. Le code de lois d'Ur-Nammu, gravé sur des tablettes de terre cuite et distribué dans tout son royaume, a représenté une avancée signi... Poursuivre la lecture

Plus de 20 % du territoire ukrainien est occupé par les Russes. Des villes et des villages détruits, des milliers de victimes, des millions de réfugiés… Et pourtant, le service après-vente de Poutine fonctionne toujours.

 

La thèse d’une OTAN se précipitant, dès la fin de la guerre froide, pour s’étendre à l’Europe centrale et orientale ne correspond pas aux faits historiques

Le maître tout-puissant du Kremlin a décrété que l’Ukraine et la nation ukrainienne n’existaient pas ? Fadaises. Intox. Et de toute façon ce n’est pas... Poursuivre la lecture

Simple opération « quart d’heure de célébrité » (seize minutes en l’occurrence) ou pavé bienvenu lancé dans le discours quasi religieux que toute entreprise se doit de tenir dorénavant sur la profondeur de ses engagements sociaux et environnementaux ?

Invité à s’exprimer lors de la conférence Moral Money organisée par le Financial Times (FT) la semaine dernière, le patron mondial des investissements responsables de la banque britannique HSBC Stuart Kirk a créé la surprise et soulevé beaucoup d’indignation en axant son discours sur le t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles