Et vos efforts, M. le Ministre ?

Notre gouvernement est comme le corps de Jean Pascal : que du muscle, aucun gras à couper

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Et vos efforts, M. le Ministre ?

Publié le 19 mars 2011
- A +

Jeudi, c’est le budget du Québec. Cet événement annuel où vous apprenez quelles nouvelles taxes vous allez payer, quels nouveaux frais vous allez payer, quelles nouvelles cotisations que vous allez payer. Où on vous explique pourquoi c’est absolument im-pos-si-ble de réduire les dépenses du gouvernement. (Paraît que notre gouvernement est comme le corps de Jean Pascal : que du muscle. Aucun gras à couper.)

Concrètement, qu’est-ce qui va monter cette année ? Dans la catégorie « assuré » : taxe d’une cent de plus sur l’essence, hausse de 1% de TVQ, hausse de la contribution santé de $25 à $100. Probablement une hausse des frais de scolarité. Et l’an prochain, hausse de votre facture d’Hydro.

Dans la catégorie « taxe à payer très bientôt » : le Régime d’assurance parentale, le Régime des rentes et les garderies à $7 sont tous en déficit. Attendez-vous à voir vos cotisations augmenter bientôt sur votre chèque de paye, ou à la garderie du coin.

Les promesses

Le ministre des Finances nous a fait de belles promesses lors du dernier budget. Le gouvernement fera 62% de l’effort du retour à l’équilibre budgétaire, disait-il. Va-t-il nous annoncer jeudi qu’il a réussi ?

En juillet dernier, mon collègue Mathieu Turbide faisait la démonstration que l’effort du gouvernement n’était pas de 62%, comme il le prétend. Mais plutôt quelque chose qui ressemble à 50% – 50% entre l’État et les contribuables.

Surtout, il rappelait avec justesse que cet « effort » du gouvernement ne représente pas des compressions budgétaires. Plutôt un « ralentissement de la croissance des dépenses ». En d’autres mots : le gouvernement va dépenser encore plus chaque année, mais à un rythme inférieur à ce qu’il faisait les années auparavant.

Si au moins c’était vrai. En octobre, les documents gouvernementaux nous apprenaient que les dépenses de programmes du gouvernement ont augmenté non pas de 2,9%, comme il avait prévu, mais de 3,4%.

Ce n’est pas fini. En janvier, le Vérificateur général nous apprenait que 67 organismes et 34 fonds spéciaux du gouvernement — comme la Société d’assurance-automobile du Québec ou Héma-Québec, par exemple — continuent de dépenser sans contrôle. À un rythme deux fois plus élevé que les autres dépenses du gouvernement.

1 $ de plus = 1 $ de moins

Le ministre Bachand va quand même pouvoir se réjouir jeudi. La croissance économique a été plus forte que prévu. Les gouvernements du monde entier ont endetté les générations futures pour acheter quelques points de PIB. Les gens ont dépensé beaucoup, et payé beaucoup de taxes et d’impôts. Ça veut dire plus de revenus que prévu pour le gouvernement.

Mais ça ne durera pas. Et si on veut éviter de payer de nouvelles taxes à chaque budget pour le reste de notre vie, un jour ou l’autre il faudra établir une règle simple : si on met $1 de plus dans un programme existant ou un nouveau programme, il faut mettre $1  de moins ailleurs. Nous n’avons plus le choix : il faut commencer à faire des choix.

En attendant, j’ai hâte à jeudi. Pour écouter le ministre nous expliquer comment il a fait deux fois plus d’efforts que nous, contribuables. Permettez-moi d’en douter.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Ah tiens ? vous avez les memes au canada que nous en france ???
    Je parierais que les votres ont fait science-(pot/peau) a paris…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

YAKA : c'est à partir de cette formule magique qu'une majorité de Français résoudrait une grande partie des problèmes du pays. Je me permets de parler des Français et non pas de certains d'entre eux car ils sont une large majorité (66 %) à soutenir l'idée d'Oxfam d'une taxe sur la fortune des milliardaires français pour combler le déficit du financement des retraites. Mais ils ne s’arrêtent malheureusement pas à ce prélèvement sur les milliardaires.

 

OXFAM France

En effet, dans son dernier rapport Oxfam a la solution pour ... Poursuivre la lecture

Mi-novembre, la conférence interministérielle des pays membres de l’ESA a discuté et approuvé son nouveau budget. Il est en forte hausse : 17 % soit 16,9 milliards d’euros pour 3 ans (contre 24,4 milliards de dollars pour la seule année 2022 pour la NASA). Les ministres ont « confirmé la nécessité absolue pour l’Europe de disposer d’un accès indépendant à l’espace ». Mais aussitôt cette forte déclaration faite, il est précisé que son objet est de « continuer à bénéficier des retombées du spatial sur Terre ». Là, on retombe effectivement bel e... Poursuivre la lecture

corruption ukraine
3
Sauvegarder cet article

Le budget de la France est en déficit depuis maintenant quarante ans.

Chaque année, l’État est dans l’impossibilité d’équilibrer ses comptes.

Cette situation est très préoccupante car la dette extérieure ne cesse de croître et a maintenant atteint des limites à ne pas dépasser.

Le premier déficit budgétaire est apparu en 1975 avec la relance Chirac. Et depuis, les comptes nationaux sont chaque année en déséquilibre. Le pays est donc incapable de respecter la règle de Maastricht qui voudrait que le déficit budgétaire des p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles