Y a-t-il vraiment trop peu d’agents du fisc ?

En Belgique, les fonctionnaires du fisc sont environ 29.000, l’administration fiscale fédérale américaine en emploie 28.000

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Y a-t-il vraiment trop peu d’agents du fisc ?

Publié le 7 mars 2011
- A +

Des syndicats de fonctionnaires manifestent et font grève, une fois de plus, parce qu’ils prétendent ne pas être assez nombreux pour effectuer les contrôles qui, d’après eux, s’imposeraient.

En Belgique, les fonctionnaires du fisc sont environ 29.000.

Aux États-Unis, l’administration fiscale fédérale emploie 28.000 personnes, soit un peu moins que la Belgique, pour un pays… 25 fois plus peuplé !

 Comme l’a rappelé le Secrétaire d’État belge à la lutte contre la fraude fiscale, l’administration fiscale néerlandaise, pourtant reconnue pour être tatillonne, gère les obligations fiscales de 17 millions de Néerlandais (soit une population de 50% plus élevée que la population belge), avec 17.000 fonctionnaires.

Si l’administration considère ne pas être assez efficace, il semble donc que le problème ne réside pas dans le nombre de fonctionnaires, et qu’une nouvelle augmentation de ceux-ci (qui sont en Belgique les plus nombreux au monde par habitant) n’est pas une réponse appropriée aux problèmes évoqués.

On pourrait peut-être suggérer d’autres pistes de réflexion, à propos d’autres motifs qui expliqueraient un éventuel manque d’efficacité de notre administration fiscale :

– une législation injuste, qui pousse continuellement les contribuables à l’évitement licite de l’impôt, voire à la fraude ;
– une législation inutilement complexe, avec des taux d’impôt élevés, et de très nombreuses exceptions ou modérations de taux, qui entraînent une multiplication des données à vérifier, alors que le recours à une « flat tax », à taux moins élevé mais sans exception ni exonération permettrait en même temps de réduire les tâches administratives et l’incitation à la fraude ;
– une absence de réalisme dans le chef de nombreux agents de l’administration, qui effectuent des enquêtes approfondies et détaillées sur des contribuables dont l’insolvabilité est évidente, y compris des sociétés déjà en état de faillite ;
– une fiscalité essentiellement fondée sur l’impôt sur les revenus, qui est l’impôt le plus difficile à contrôler, le plus facile à frauder, et où pratiquement l’ensemble de la population est sujette à contrôle (alors qu’en matière de TVA, il suffit de contrôler les assujettis) ;
– une hiérarchie où les nominations politiques (d’ailleurs sans cesse annulées par le Conseil d’État) découragent les meilleurs.

Lorsque ces questions auront été réglées, on pourra peut-être parler réellement d’un « service public fédéral » des finances.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France est le pays le moins compétitif des pays occidentaux sur le plan fiscal. C’est en tout cas ce qui ressort du dernier rapport du centre de recherche américain Tax Foundation qui évalue la compétitivité et la neutralité du système fiscal des différents pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

Cette situation met en lumière des tendances internationales et montre des pistes de réformes souhaitables en France.

 

Le cas français : des taxes plus élevées et nombreuses qu’ailleurs... Poursuivre la lecture

Il y a de cela 50 ans, Sacheen Littlefeather s’était présentée à la cérémonie des Oscars en lieu et place de Marlon Brando pour refuser le prix du meilleur acteur en signe de contestation face au « mauvais traitement des Indiens d’Amérique dans l’industrie du cinéma ». Habillée en costume traditionnel apache, elle qui se présentait volontiers comme indienne, tout en consacrant toute son existence à la défense des droits de la minorité amérindienne, se fit à la fois applaudir et huer.

Dans un entretien pour Variety sorti en septembre el... Poursuivre la lecture

piscine - image libre pixabay
10
Sauvegarder cet article

En France, pendant que les médias persistent à s'inquiéter de la virilité ou non des barbecues, la crise énergétique enfle doucement. Cet hiver, les Français pourraient passer brutalement des coupures de presse aux coupures de courant. Alors oui, certes, la situation est grave mais pas désespérée et comme en 1974 où, à la suite du choc pétrolier, les Français découvraient qu'à défaut de pétrole, ils avaient des idées notamment nucléaires, il en ira de même en 2022 où ils n'ont toujours pas de pétrole et plus d'idées nucléaires mais au moins o... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles