Les États-Unis ferment le 18 mars !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les États-Unis ferment le 18 mars !

Publié le 3 mars 2011
- A +

Ils avaient jusqu’à vendredi, ils ont tranché hier soir : la Chambre des représentants a adopté mardi 1er mars en fin de soirée une solution de secours pour permettre au gouvernement fédéral de continuer à payer ses fonctionnaires et ses fournisseurs… jusqu’au 18 mars. Les Républicains veulent tailler dans le budget en cours, les Démocrates s’y refusent. Si un compromis n’est pas trouvé rapidement, les services publics américains devront cesser de fonctionner, faute de trésorerie.

Aux États-Unis, tout est excessif, la politique incluse. Le 18 mars, très probablement, l’État fédéral américain tombera en panne, faute de budget : les administrations seront fermées, les fonctionnaires non payés, les militaires ne recevront plus leur solde. La majorité républicaine au Congrès, élue en novembre dernier sur un programme de réduction, pas seulement du déficit, mais des dépenses publiques, exécute ses engagements. Aux États-Unis, les mandats électifs sont brefs (2 ans) et les députés, sous le contrôle permanent de leurs électeurs. La jeune garde républicaine est résolue à ramener le budget à ce qu’il fut avant Obama, soit un tiers de dépenses en moins.

Obama, cible des Républicains

À Obama, les Républicains reprochent d’avoir gaspillé les fonds publics pour “relancer” l’économie et engagé des réformes “socialistes” comme l’assurance maladie pour tous, des grands travaux et des programmes de lutte contre le réchauffement climatique. Obama socialiste ? L’assurance pour tous, socialiste ? Vus de France, ces Républicains nous semblent… populistes. Mais juger des États-Unis par comparaison avec l’Europe, conduit à n’y rien comprendre : les Américains ne sont pas comme nous mais ailleurs, surtout ces Républicains dits « conservateurs ».

Un conservateur américain se fait une certaine idée (rêvée) des États-Unis. Il considère son pays comme une quasi terre promise fondée sur la notion de mérite. Et l’État fédéral – Washington plutôt que les États locaux, auxquels on s’identifie volontiers – c’est le Mal. “L’État n’est pas la solution, c’est le problème”, disait Ronald Reagan en 1980. Puisque l’État est mauvais – l’armée faisant exception – le réduire c’est restaurer la « civilisation américaine ».

Les USA des conservateurs

Un conservateur ne tolère pas que l’État se mêle de santé ou d’éducation. Voilà pourquoi Obama et son parti démocrate sont dénoncés comme “européens”, une insulte pour la droite américaine. Cette croisade nationale des conservateurs est relayée localement par les nouveaux gouverneurs républicains : la même idéologie les conduit à licencier les fonctionnaires et à briser les syndicats de la fonction publique.

C’est à Madison, dans le Wisconsin, que le conflit se cristallise : les représentants syndicaux qui occupent le Capitole, comparent leur combat à celui mené récemment par les Égyptiens. “Madison, c’est Le Caire”, lit-on sur les banderoles. Après le 18 mars ? On négociera : Obama est tout de même Président et le Sénat à majorité démocrate.

Chacun compte ses voix : lorsqu’en 1985, les Républicains, dans des circonstances comparables, avaient refusé le budget de l’État, l’obligeant à fermer ses portes, ils firent le jeu de leur adversaire Bill Clinton qui apparut soudain, comme un leader sérieux. En attendant le compromis, soyons attentifs : ce qui se passe aux États-Unis gagne souvent l’Europe ; avec un décalage, certes édulcoré, mais il arrive.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Mouairf. Voir une fronde anti-fonctionnaire et une volonté de réduction forte de l’Etat gagner l’Europe (ou la France), je doute très fortement, tout de même. Le petit Français est bien trop engoncé dans la culture du service public pour se laisser ainsi intimider par ces « ultra-néo-libéraux » d’Américains…

  • Le petit français est prêt, bien au contraire !! Voir à quel point il prend son pied à cracher sur les fonctionnaires…envieux qu’est ce peuple arrogant, capricieux et encore trop riche …..

  • méfiez vous de la presse aux ordres de l’Europe,
    l’Europe aux ordres de ceux là qui coulent en ce moment,
    et feront couler le reste du monde avec eux ?
    vive LEUR REVOLUTION !!!!!!!

    • La presse française aux ordres de l’Etat, certainement. C’est pour ça qu’il subsiste quelques magazines exotiques et indépendants, comme celui sur lequel vous venez de poster. Merci de votre soutien. 🙂

  • Mauvaise langue.
    11 avril 2013 at 10 h 12 min

    Pour une grande partie d’américains lucides, le modèle européen est la démonstration par l’absurde de ce qu’il ne faut surtout pas faire.

    Difficile à comprendre en France, où il n’y a aucun parti libéral ou de droite, mais juste « diverses gauches », et où pour faire joli, on va jusqu’à appeler le FN « extrême droite », quand ce parti se situe à la gauche de Mélanchon.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles