La puissance de l’UE

Bruxelles apprécie le Premier irlandais qui a accepté d’hypothéquer son pays pour soutenir l’euro

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La puissance de l’UE

Publié le 1 mars 2011
- A +

Pour saisir la magnitude de la Force Hideuse* de l’UE, méditez l’extirpation du grand parti Fianna Fail en Irlande. Jusqu’à la semaine dernière, il était le pivot du système politique irlandais, l’étoile autour de laquelle orbitaient les autres partis. Il avait gagné, au sens d’avoir obtenu plus de voix que tout autre parti, toutes les élections depuis 1932. Son score était typiquement entre 40 et 50% des voix. Bien des Irlandais partaient du principe que son ascendance était permanente. Ils n’avaient pas compté sur Bruxelles.

Rappelons nous comment Brian Cowen était arrivé au poste de chef du parti qu’il a détruit. Les eurocrates étaient inquiets que le référendum irlandais sur le traité de Lisbonne pourrait souffrir des allégations de malversations qui pesaient sur son prédécesseur Bertie Ahern. Et donc, pour gonfler la force de la campagne du Oui, Ahern a été mis sur la touche en faveur du plus euro-fanatique des membres de son gouvernment (voir ici). Ce qu’il advint, en fin de compte, c’est que le sacrifice de Bertie a été en vain : l’Irlande a voté « Non » au premier référendum. Face à un verdict aussi clair, Cowen n’a pas hésité un seul instant : il a rejoint le camp de Bruxelles contre celui de son propre peuple, et a insisté pour un nouveau vote.

Vous vous rappelez son slogan pour le deuxième référendum ? Eh oui : « Oui à l’Europe, oui à l’emploi ! » Il s’en est suivi que Cowen a présidé à la pire calamité économique qui soit jamais tombée sur la République : une contraction de 20% de son PIB. Et alors même que la foule descendait dans la rue, la loyauté envers l’UE du Toaiseach [Premier Ministre en Gaélique, NdT] ne s’est jamais démentie, et il a accepté d’hypothéquer tout son pays pour soutenir l’euro. Eh oui : Cowen est le genre d’Irlandais qu’on apprécie à Bruxelles. Son parti a été décimé, on a mis sur les épaules de ses contribuables le fardeau de sauver la totalité du système bancaire européen, le pays est désormais confronté à une génération de pénurie et d’émigration, mais le processus de construction européenne a été sécurisé.

Que va-t-il se passer maintenant ? J’ai prédit la séquence des évènements il y a quelques mois : une grosse victoire pour Fin Gael et les travaillistes, une coalition de ces deux partis euro-fanatiques, une renégociation bidon, pour la forme, des termes du sauvetage qui masque le maintien, pour l’essentiel, de la politique déjà menée, un effondrement du soutien pour le nouveau gouvernement dans les 18 mois qui suivent, et ensuite, une nouvelle élection. Jusqu’ici, j’ai bon.

* : expression tirée du titre d’un ouvrage de C.S. Lewis, NdT

Repris du blog de Daniel Hannan sur le site du Telegraph avec son aimable autorisation.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Moui, mais quel rapport entre l’UE et l’effondrement du système bancaire irlandais ?
    Du coup, s’il croit effectivement en celle-ci, cet effondrement n’a effectivement pas à lui faire changer d’avis, c’est une question relativement indépendante. Au moins ne joue t-il pas dans le populisme comme nos chers politiques français qui, eux, auraient immédiatement sauté sur l’occasion pour accuser l’UE de tous les maux de leur pays et sauvegarder leurs pouvoirs et leur Etat.

    • Lien on ne peut plus direct : taux d’intérêts procycliques bien trop bas pour une économie en plein boom économique (grâce à sa bonne politique fiscale). Les taux d’intérêts sont fixés à Francfort pour convenir à l’Allemagne, et ont été désastreux pour l’Irlande. C’est donc bien l’euro qui a été la cause de leur misère. Quant au « populisme », à savoir respecter la volonté de son peuple : plus longtemps les politiciens irlandais iront contre les souhaits de la population, plus la colère va monter. Et la colère, c’est comme la dette publique, ça ne monte pas jusqu’au ciel. Tôt ou tard, ça pète.

      • Comme Gilles, j’ai trouvé cet article un peu facile et pas très convainquant. Ensuite, oui, les taux d’intérêt trop bas de la BCE sont, en partie, responsables de la bulle immobilière. Toutefois, le Fianna Fail a une responsabilité colossale dans ce qui arrive à l’Irlande en ce moment : dans les années 2000, ils ont rompu avec le consensus qui prévalait avant et qui consistait à aller vers toujours moins d’état et de dépenses publiques, et ils ont transformé leur pays en social-démocratie.
        Un article de Vincent Bénard l’avait bien montré : http://www.objectifeco.com/economie/economie-politique/article/vincent-benard-crise-irlandaise-etat-coupable-plan-europeen-inepte
        Voici l’extrait qui résume cela le mieux : « Entre 1998 et 2006, les recettes fiscales de l’état Irlandais ont été multipliées par près de 3. Mais l’état Irlandais, au lieu de gérer ces surcroîts de taxes en bon père de famille, a augmenté les dépenses publiques dans les mêmes proportions. Les salaires de la fonction publique ont été multipliés par plus de 2 entre 2000 et 2008, alors que l’inflation n’a été « officiellement » que de 25% dans ce laps de temps. »
        D’autre part, Cowen a aussi très mal géré la crise, en commençant par faire de la surenchère sur la garantie des comptes, en refusant de faire rapidement une politique d’austérité draconienne comme ont pu le faire les pays baltes ; quant au plan de sauvetage des banques irlandaises…

  • PS: n’oublions pas que les Irlandais ont démontré, au XXème sicèle, qu’ils sont tout à fait prêts à se battre pour leur indépendance. Et à gagner.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À cause de l'inertie de la Banque centrale, sur un an, l'euro a chuté de 14 % par rapport au dollar.

Mais pas d’inquiétude, explique un article chez Bloomberg. Cela touche toutes les monnaies, pas seulement la nôtre.

La livre sterling est aussi en baisse de plus de 10 %, et le yen, la pire des grandes devises, a chuté de près de 15 % sur un an, par rapport au dollar.

L’auteur, Marcus Ashworth, précise que « c’est un problème collectif. Et la résolution du problème sera collective également… »

Par ailleurs, Capital ... Poursuivre la lecture

Par Tho Bishop. Un article du Mises Institute

Plus d'un mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le conflit militaire est resté un conflit régional. Si la Russie a pu fortifier ses revendications dans l'est de l'Ukraine et a progressé dans le sud, les récentes contre-offensives des Ukrainiens ont éloigné l'armée de Vladimir Poutine de Kiev. Parallèlement, les allégations de crimes de guerre commis par les forces russes pendant le conflit ont donné au président ukrainien Volodymyr Zelenskyy de nouveaux arguments dans sa campagn... Poursuivre la lecture

Depuis les résultats du premier tour de l’élection présidentielle en date du 10 avril 2022, des critiques, émanant de grands juristes et constitutionnalistes (Dominique Rousseau, Olivier Beaud, Xavier Magnon), visent le projet de Marine Le Pen d’inscrire dans la Constitution la priorité nationale, notamment par l’utilisation de l'article 11 de la Constitution du 4 octobre 1958.

Cet article aura pour objet de montrer comment la révision de la Constitution s’effectue et montrera ensuite l’importance du contrôle juridictionnel dans la pro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles