PIB/hab. régionaux européens 2008

Le PIB/hab. européen varie entre 28% de la moyenne dans la région du Severozapaden (Bulgarie) à 343% dans celle d’Inner London

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

PIB/hab. régionaux européens 2008

Publié le 28 février 2011
- A +

Le PIB par habitant variait entre 28% de la moyenne de l’UE27 dans la région du Severozapaden en Bulgarie et 343% dans celle d’Inner London

Selon les données publiées par Eurostat, en 2008, exprimé en standards de pouvoir d’achat, le PIB par habitant des 271 régions NUTS-23 de l’UE27 variait entre 28% de la moyenne de l’UE27 dans la région du Severozapaden en Bulgarie, et 343% de cette moyenne dans la région d’Inner London au Royaume-Uni.

Huit régions-capitales dans les dix premières places

En 2008, les régions qui occupaient la tête du classement des PIB régionaux par habitant, étaient Inner London au Royaume-Uni (343% de la moyenne), le Grand-Duché de Luxembourg (279%), Bruxelles en Belgique (216%), Groningen aux Pays-Bas (198%), Hambourg en Allemagne (188%) et Prague en République tchèque (172%). Parmi les 40 régions dépassant le seuil de 125%, dix régions se situaient en Allemagne, cinq aux Pays-Bas, quatre en Autriche ainsi qu’au Royaume-Uni, trois en Espagne ainsi qu’en Italie, deux en Belgique et en Finlande, une région en République tchèque, au Danemark, en Irlande, en France, en Slovaquie et en Suède, ainsi que le Grand-Duché de Luxembourg.

Il convient de noter cependant que, dans certaines régions, le niveau du PIB par habitant peut être fortement influencé par les flux de navetteurs. Les arrivées nettes de navetteurs dans ces régions accroissent la production à un niveau qui ne pourrait être atteint par la seule population active résidente. En conséquence, le PIB par habitant apparaît être surestimé dans ces régions et sous-estimé dans les régions où habitent les navetteurs.

Une région sur quatre en dessous de 75%

Les régions ayant le plus faible PIB par habitant se situaient toutes en Bulgarie et en Roumanie, les niveaux les plus bas étant enregistrés dans la région de Severozapaden en Bulgarie (28% de la moyenne), suivies de celles du nord-est en Roumanie (29%), de Severen tsentralen et Yuzhen tsentralen en Bulgarie (30% chacune). Parmi les 64 régions disposant d’un PIB par habitant inférieur à 75% de la moyenne, quinze régions se situaient en Pologne, sept en République tchèque ainsi qu’en Roumanie, six en Bulgarie ainsi qu’en Hongrie, quatre en Italie ainsi qu’au Portugal, trois en Grèce, en France (départements d’outre-mer) ainsi qu’en Slovaquie, deux au Royaume-Uni, une région en Espagne, ainsi que l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le pouvoir d’achat, qui a été au cœur de la campagne présidentielle, est-il un indicateur statistique fiable ? Deux auteurs, l’un plutôt inspiré par Marx et l’autre par Bastiat, se rejoignent pour critiquer la manière dont l’Insee calcule le niveau de vie des Français. Dans son essai sur la Lutte des classes en France au XXIe siècle Emmanuel Todd reprend la critique adressée par l’économiste libéral Philippe Herlin au mode de calcul du pouvoir d’achat des Français formulé par le célèbre institut étatique[1. Philippe Herlin, Pouvoir d’achat, L... Poursuivre la lecture

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles