PIB/hab. régionaux européens 2008

Le PIB/hab. européen varie entre 28% de la moyenne dans la région du Severozapaden (Bulgarie) à 343% dans celle d’Inner London

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

PIB/hab. régionaux européens 2008

Publié le 28 février 2011
- A +

Le PIB par habitant variait entre 28% de la moyenne de l’UE27 dans la région du Severozapaden en Bulgarie et 343% dans celle d’Inner London

Selon les données publiées par Eurostat, en 2008, exprimé en standards de pouvoir d’achat, le PIB par habitant des 271 régions NUTS-23 de l’UE27 variait entre 28% de la moyenne de l’UE27 dans la région du Severozapaden en Bulgarie, et 343% de cette moyenne dans la région d’Inner London au Royaume-Uni.

Huit régions-capitales dans les dix premières places

En 2008, les régions qui occupaient la tête du classement des PIB régionaux par habitant, étaient Inner London au Royaume-Uni (343% de la moyenne), le Grand-Duché de Luxembourg (279%), Bruxelles en Belgique (216%), Groningen aux Pays-Bas (198%), Hambourg en Allemagne (188%) et Prague en République tchèque (172%). Parmi les 40 régions dépassant le seuil de 125%, dix régions se situaient en Allemagne, cinq aux Pays-Bas, quatre en Autriche ainsi qu’au Royaume-Uni, trois en Espagne ainsi qu’en Italie, deux en Belgique et en Finlande, une région en République tchèque, au Danemark, en Irlande, en France, en Slovaquie et en Suède, ainsi que le Grand-Duché de Luxembourg.

Il convient de noter cependant que, dans certaines régions, le niveau du PIB par habitant peut être fortement influencé par les flux de navetteurs. Les arrivées nettes de navetteurs dans ces régions accroissent la production à un niveau qui ne pourrait être atteint par la seule population active résidente. En conséquence, le PIB par habitant apparaît être surestimé dans ces régions et sous-estimé dans les régions où habitent les navetteurs.

Une région sur quatre en dessous de 75%

Les régions ayant le plus faible PIB par habitant se situaient toutes en Bulgarie et en Roumanie, les niveaux les plus bas étant enregistrés dans la région de Severozapaden en Bulgarie (28% de la moyenne), suivies de celles du nord-est en Roumanie (29%), de Severen tsentralen et Yuzhen tsentralen en Bulgarie (30% chacune). Parmi les 64 régions disposant d’un PIB par habitant inférieur à 75% de la moyenne, quinze régions se situaient en Pologne, sept en République tchèque ainsi qu’en Roumanie, six en Bulgarie ainsi qu’en Hongrie, quatre en Italie ainsi qu’au Portugal, trois en Grèce, en France (départements d’outre-mer) ainsi qu’en Slovaquie, deux au Royaume-Uni, une région en Espagne, ainsi que l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La semaine dernière, le magazine Marianne nous a gratifiés d’une très jolie pièce d’anticapitalisme que je n’hésite pas une seconde à qualifier de légèrement primaire. Primaire dans sa méthode, primaire dans sa compréhension du rôle et du fonctionnement de l’entreprise, et finalement, primaire dans sa conclusion qui n’a d’autre objet, une fois de plus, que de scinder le monde économique entre les gentils travailleurs et les méchants capitalistes. Le tout bien médiatiquement enveloppé dans l’expression ô combien racoleuse de « jour du dépassem... Poursuivre la lecture

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

Notre système économique basé sur l’impôt est appelé à s’améliorer, à s’améliorer toujours, et à s’effacer au niveau de l’impôt sur le revenu pour réaliser autrement sa mission de service public.

Supprimer un impôt n’est pas supprimer les autres impôts. Notre système économique est malade. La suppression de l’impôt sur le revenu signifie 20 % des recettes de l’État afin de relancer l’emploi par la consommation. Il serait alors judicieux de s’interroger pour savoir si les 80 milliards dédiés au plan de relance de l’industrie seront util... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles